Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Depuis mardi, enseignants, étudiants, personnels administratifs de l’Université des Antilles en Martinique, tiennent des barrages pour empêcher l’accès à l’établissement aux dirigeants du CEREGMIA, Fred Célimène et Kinvi Logossah. Ils sont mis en cause dans les rapports de la Cour des Comptes, de l’Inspection de l’Education Nationale et du Senat, sur les détournements de millions d’euros de subventions européennes. Ce vendredi les indignés attendent un arrêté d'interdiction d'accès à l'établissement que doit prendre la Présidente de l’Université, Corinne Mencé-Caster, pour éloigner les indésirables protagonistes du CEREGMIA. La condition pour lever les barrages.

Devant l’Université à Schoelcher, les poubelles et autres objets sont toujours là, preuve que la détermination des indignés est la même. Hier jeudi, ils ont rencontré la Présidente de l’Université et la Rectrice , mais faute d’une décision qui garantisse que les dirigeants du CEREGMIA ne reviendront pas tranquillement à l’Université, malgré le dossier accablant des 10  millions d’euros détournés, les barrages seront maintenus.

La  gendarmerie et la police sont venus constater que les barrages sont toujours installés, le quotidien local ayant annoncé la fin du mouvement de protestation. Le fonctionnement de la justice reste au centre des discussions, personne ne comprenant qu’aucune mise en examen n’ait été prononcée un an après l’ouverture d’une information judicaire pour détournement de fonds publics et escroquerie aux subventions en bande organisée.

Les étudiants attendent que cette affaire se termine, les examens ne sont pas terminés et ils veulent travailler dans la sérénité.  Une future doctorante, Sabrine Ullindah qui vient chaque jour apporter son soutien aux indignés explique sa présence :

Les barrages devraient être levés ce vendredi après-midi et la décision du Conseil de discipline qui s’est tenu en janvier dernier à Toulouse est attendue.

Fred Célimène, Kinvi Logossah et Eric Carpin sont convoqués à Toulouse les 9 et 10 juin prochain, pour connaître la décision qui a été prise par l’instance disciplinaire. Le conseil de discipline peut statuer même en cas d'absence des interessés, sauf s'il s'agit d'une raison de force majeure. Il n'y a pas de règle stricte en la matière, le conseil est libre de prendre la décision qui lui semble la plus pertinente.

Lisa David

 

Dernière minute :

Par arrêté en date du du 29 mai 2015, la Présidente de l'Université des Antilles, Corinne Mencé-Caster a pris une mesure d’interdiction d’accès aux enceintes et locaux de l’établissement, à l’encontre de Messieurs les Professeurs Fred Célimène et Kinvi Logossah.  « Une mesure qui vise à rétablir l’ordre public au sein de l’établissement,  à assurer son maintien, et à garantir la sécurité des personnes, y compris celle des deux personnes concernées elles-mêmes, et des biens. »

La mesure d’interdiction prise le cadre du pouvoir de police que confèrent à la présidente de l’Université, les dispositions du Code de l’Éducation, est  d’une durée de 30 jours.  Si une procédure disciplinaire ou judicaire est en cours, la durée peut être prolongée.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Corinne Mencé-Caster terminera son mandat à la tête de l’Université des Antilles, en fin d’année.

En Martinique les syndicats d’étudiants, ceux des personnels, le chef de pôle Jean-Emile Symphor et les enseignants chercheurs ont tous joués l’apaisement, à la veille

Le vice-président du pôle universitaire de Martinique, Jean-Emile Symphor, fait le point sur les résultats de la réunion qui s'est tenue le lundi 16 mars, au ministère

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

Pages

1 2 3 4 5 »