Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La Fédération de la police jamaïcaine a demandé l'intervention du gouvernement pour obtenir la libération d'un policier actuellement en détention au Canada. 
Le gendarme Witney Hutchinson, accusé de faire partie d'un escadron de la mort à Clarendon, a été arrêté par les autorités canadiennes de Toronto en Juin, suite à une demande de la Commission d'enquête indépendante, INDECOM. 
Les autorités canadiennes ont estimé que le maintien en détention de Hutchinson est justifié parce qu’il représente une menace pour la sécurité publique.

La Fédération de la police est en colère, pour elle INDECOM n'avait pas le pouvoir de demander la détention du policier. Elle a adressé un courrier au Directeur des Poursuites Pénales (DPP), au ministre de la Justice et à celui des Affaires étrangères pour se plaindre des actions d’INDECOM et du gouvernement canadien. L’organisation policière réclame la libération de l’agent Hutchinson qui « veut rentrer à la maison et subir son procès ».

Le suspect âgé de 28 ans, contre lequel un mandat d’arrêt avait été prononcé en Jamaïque,  a été arrêté par la police de Toronto et la Gendarmerie Royale du Canada le 27 juin, dans la banlieue d’Ajax lors d’une visite à son épouse. Des voisins ont raconté à « CTV Toronto » que Hutchinson vivait dans un appartement du sous-sol depuis les deux derniers mois.

Witney Hutchinson est soupçonné d’être  impliqué avec huit autres officiers, dans une série de 40 meurtres commis par un escadron de la mort, « The Jamaïcain Death Squad »

En janvier dernier, un policier à la retraite qui a voulu gardé l’anonymat, a confié au journal Gleaner » (19 janvier 2014) qu’il y a eu, à un certain moment au sein de la police jamaïcaine, des « escadrons de la mort » qui opéraient sur ordre de leurs supérieurs pour procéder à des exécutions extrajudiciaires. L’article cite un autre policier expliquant que « malgré les protestations des associations de défense des droits de l’homme, ces assassinats restaient nécessaires pour maintenir l’ordre et arrêter le chaos ».

Le chef adjoint de la police jamaïcaine a démenti ces affirmations. Mais le chef de la police Owen Ellington a promis l’entière coopération de la police dans l’enquête ouverte par l’INDECOM (l’organe indépendant de surveillance du comportement de la police) sur ces escadrons de la mort (Gleaner 22 janvier).

Les associations de défense des droits de l’homme ont déclaré que ces informations corroboraient les plaintes qu’elles recevaient de diverses communautés du pays. INDECOM a enregistré en 2013 une forte hausse des crimes impliquant policiers et civils : 258 civils ont été tués par des policiers en 2013, et au cours de l'année 2012 on en comptait 219.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Une folle rumeur a circulé, affirmant que le corps de l'institutrice du Couvent de Cluny, Francette Pierre-Emile a été retrouvé. Il n'en est rien.

Un homme pendu sur une place publique, parce qu'il est Haïtien.

Un membre d'équipage et deux intérimaires sont morts quand un incendie a éclaté à bord d'un navire de croisière de luxe, amarré à Sainte-Lucie.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Après une longue période d’absence sur le grand écran du cinéma, Spike Lee, cinéaste engagé depuis toujours, réapparait dans un film très nourri pour dénoncer le racisme américain dans ses codes, s

La CTM communique des numéros de téléphone pour que les citoyens qui constatent des dégradations provoquées par la tempête Isaac sur les routes départementales et nationales, les signalent afin de

A l’initiative du Député Jean-Philippe Nilor les parlementaires de Martinique écrivent au Président de la République, Emmanuel Macron, pour déplorer ce qu’ils qualifient d’acharnement administratif

Pour ce deuxième jour du Biguine Jazz festival, le public n’a pas boudé son plaisir et il l’a montré.

Pour sa 16ème édition, le Festival Biguine Jazz a offert au public venu nombreux hier samedi 11 août à l’Hôtel Batelière, un spectacle époustouflant.

Pages

1 2 3 4 5 »