Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Conseiller régional et 1er adjoint de l'ancien maire de Sainte-Luce, José Maurice a du s’expliquer devant le représentant du Procureur de la République,  suite à la décision de la justice de lui infliger un rappel à la loi, pour travail dissimulé. Une sanction légère, pour un délit qui a été classé sans suites. L’élu devra s’acquitter de lourdes sanctions administratives.

José Maurice, membre de la majorité « Ensemble pour une Martinique Nouvelle », a occupé de nombreuses fonctions électives puisque adjoint du maire Louis Crusol à Sainte-Luce (battu aux dernières élections), il a été responsable de la politique financière et des ressources humaines de la commune et membre de la commission d’appel d’offres. Informations affichées sur le site de la municipalité. http://www.sainteluce.fr/Jose-MAURICE.html

On peut s’étonner qu’ayant occupé de telles fonctions, l’élu ignore la législation en matière de travail dissimulé.  

 José Maurice s’en sort sans trop de dégâts parce que ce délit entraîne des sanctions non seulement civiles et administratives, mais également pénales. Les personnes mises en cause dans ce cas risquent 3 ans d’emprisonnement et une amende de 45.000€.

Les sanctions administratives peuvent dissuader de recommencer. Il s’agit du rappel des cotisations, impôts et taxes dus, avec application de majorations et pénalités et sans bénéfice des mesures de réduction ou d’exonération de cotisation. La sanction peut aller jusqu’à l’annulation rétroactive des réductions et exonérations de cotisations appliquées ou encore le refus des aides à l’emploi ou à la formation professionnelle pendant 5 ans.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

On ne les entend pas souvent les 9000 greffiers que comptent les tribunaux de France.

Le Mouvement International pour les Réparations (MIR), présidé par Garçin Malsa, tenait une conférence de presse à Fort-de-France le 23 mars dernier, dans le but d’informer sur la suite réservée à

Avec leurs tambours, ti-bwa, chants des militants du MIM, sympathisants ou autres citoyens solidaires étaient venus devant le Palais de justice témoigner de leur solida

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »