Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Caraïbes

Le gouvernement de la Dominique a rompu le silence sur l'arrestation et l’expulsion du chanteur jamaïcain de dancehall, Tommy Lee Sparta. Un événement qui fait couler beaucoup d’encre et enflamme les réseaux sociaux dans la Caraïbe. Arrivé dimanche 23 février dans le pays,  pour un concert à Portsmouth, le chanteur et deux membres de son groupe,  se sont vu refuser l’entrée sur l’île. Le motif évoqué, un risque de trouble à l’ordre public.

L’avocat de l’artiste, Maître Tehani Béhanzin,  a évoqué la possibilité de saisir la CCJ  (Caribbean Court of Justice), basée à Trinidad.  L’année dernière la Cour avait condamné la Barbade pour violation des droits humains,  pour avoir refusé l’entrée sur son territoire à une femme jamaïcaine. la Cour s’est appuyée sur les dispositions de la CARICOM, qui prévoit la libre circulation des citoyens des Etats membres de la Communauté.

Tommy Lee Sparta, de son vrai nom Leroy Russel, a quitté la Dominique lundi.  Il avait auparavant rappelé sur sa page Facebook,  qu'il est un citoyen de la CARICOM.

Ce mardi, le gouvernement de la Dominique a justifié cette expulsion, « une action préventive » au vu des informations reçues qui suscitaient des inquiétudes pour la sécurité  publique.

L'Association des Églises évangéliques de  la Dominique ( DAEC ) avait appelé au boycott du concert du chanteur jamaïcain qui selon elle, glorifie Satan dans ses chansons.  Un porte-parole de cette église,  l'évêque Michael Daniel a déclaré lundi à la radio, être heureux que le concert prévu ne se soit pas tenu. Il a affirmé que les églises n’ont eu aucune influence,  dans la décison prise d'expulser le chanteur jamaïcain.  Seules leurs prières ont été exaucées.

Si Tommy Lee Sparta  n’a pas eu le temps de poser les pieds devant une église de la Dominique, on peut parier que ses clips l’ont précédé sur les bancs de l’église. Exemple le clip « Psycho », une chanson écrite en hommage à l’équipe olympique de la Jamaïque avec l' immense champion Usan Bolt.  Sans nul doute,  le très controversé clip « Shook Uncle demon » a du troubler le sommeil des gens d’église. Vu par plus d’un millions d’internautes, Shook était déjà sur le territoire de la Dominique et lui,  il ne pourra pas être expulsé.

 

 

 

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

LIRE ET ETRE LU…

Ce dont un écrivain a le plus besoin, c’est d’un lecteur. »

Dany Laferrière

Les organisateurs avaient prévu la manifestation avant les élections à Saint-Pierre, mais vraiment ça tombe bien.

Makadanm Street revient dans la capitale après les mois d’activité de 2009 dans le carré vert de la rue François Arago et avant, rue Garnier Pagès.

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

Olivier Montézume n'a pas déserté le cinéma à cause du confinement, il nous revient avec ses conseils.

Des faits de maltraitance sur une enfant dans un centre de protection de l’enfance, ont é

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a choisi un titre provocateur pour dire le racisme institutionnalisé en France, déjà prouvé par les contrôles au

Pages

« < 1 2 3 4 5 »