Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Selon The Guardian, le Premier ministre du Royaume Uni, Theresa May est pressée de toutes parts pour publier des avis juridiques tenus secrets qui démontrent que le Parlement pourrait encore arrêter le Brexit avant la fin de mars 2019, si les députés jugent qu'un changement d'avis est dans l'intérêt national. Le mécontentement augmente au fur et à mesure que les discussions de sortie avec Bruxelles laissent présager des catastrophes.

Les appels pressants au Premier ministre se multiplient pour que soient révélés les avis des principaux experts juridiques du pays, après les déclarations du gouvernement déclarant que le Brexit est maintenant imparable et que les députés devront choisir quelle que soit l'offre proposée l'année prochaine - même si elle est mauvaise - ou pas.

L'inquiétude a augmenté chez les députés et au sein de la profession juridique et du monde des affaires, sur ce que l'on qualifie d'approche « kamikaze » du gouvernement. Les ministres insistent eux sur le fait que l'arrêt du Brexit n'est pas une option, car les Britanniques ont pris leur décision lors du référendum de l'an dernier et le processus de l'article 50 est actuellement en cours, même si les conséquences peuvent se révéler dommageables, lorsque les négociations seront conclues.

Les craintes concernant le manque de souplesse de Theresa May se sont intensifiées suite à la chaotique conférence de presse du parti conservateur à Manchester et au discours malheureux de Theresa May. Les dirigeants européens se demandent maintenant si elle a l'autorité politique pour faire avancer les négociations vers un accord satisfaisant.

La célèbre avocate Jessica Simor QC, des Matrix chambers, a écrit à Theresa May pour lui demander de publier les avis juridiques en vertu de la Freedom of Information Act. Simor a déclaré qu'elle a été informée par « deux bonnes sources » que le Premier ministre a été informé « que la notification de l'article 50 peut être retirée par le Royaume-Uni à tout moment avant le 29 mars 2019, ce qui entrainerait le maintien du Royaume-Uni dans l'UE sur son actuel et favorable statut.

Les principales personnalités qui s'opposent à un Brexit dur et rejettent l'idée que le processus est irréversible, font valoir que le public est trompé par les ministres qui veulent faire croire qu'il n'y a plus d'alternative. Pour Jessica Simor, c’est un argument politique, non juridique.

Sur le plan politique, de nombreux partenaires de l'UE ont indiqué qu'ils n'avaient aucune objection à cela.

Il y a également une colère croissante quant au refus continu du gouvernement de publier des études qu'il mène sur l'impact qu’aura le Brexit sur les différents secteurs de l'économie

Source The Gardian (5/10/17)

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

A 80 ans, Pierre Samot, a été réélu dès le premier tour, maire du Lamentin, deuxième ville de Martinique.

Le non l'emporte au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse. Le dépouillement des 32 circonscriptions écossaises a donné vendredi matin la victoire du non à 55,3%  avec p

La Communauté des Caraïbes (CARICOM) qui a soutenu la résolution des Nations Unies sur l’élimination de l’embargo contre Cuba, a appelé mardi les Etats-Unis « à mettre fin à des décennies d

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les précisions scientifiques confirmant les conséquences dramatiques du Chlordécone sur la santé des Martiniquais et des Guadeloupéens se succèdent.

Il apparaît devant le public le dimanche gras d’habitude, mais déjà ce vendredi, 3 jours avant, Vaval se présente sur les réseaux sociaux. Vaval est dans l’air du temps !

Un groupe de militants du MIM a signé une lettre ouverte pour condamner les quelques élus de la CTM qui, après le scandale du Chlordécone, ont fait « le choix d’infliger à la population Martini

Dans son discours à l’occasion de la commémoration des 20 ans de l’assassinat du Préfet Claude Erignac, le Président de la République a déclaré que « ce qui s’est p

Pages

1 2 3 4 5 »