Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Les citoyens ont de plus en plus conscience que la parole politique n’a plus de sens, que les promesses ne servent que le temps des élections. Quand dans le même temps ils constatent qu’ils ne sont que les déplumés qui servent à remplir les caisses de l’Etat, ils ne veulent plus se taire et même si la tendance est à la restriction des libertés, certains osent s’exprimer publiquement. Exemple cet universitaire qui, à l’occasion d’une contravention, adresse une lettre ouverte au Préfet de Martinique. 

Lettre ouverte à M. Fabrice RIGOULET-ROZE  

Préfet de Martinique                    

Schoelcher, le 2 janvier 2014

 

Monsieur le Préfet,

En sus de mes meilleurs vœux pour la nouvelle Communauté Territoriale de Martinique, je me permets de formuler quelques remarques sur l'avis de contravention 6225977648 que je viens de recevoir.

Il convient d'abord d'admirer l'extraordinaire célérité des services conjoints du Tribunal de Police de Fort-de-France, du « Centre d'encaissement TSA 30806 de Rennes » et de la Poste, puisque l'avis de contravention établi le 20/12/2015 à Schoelcher par une « 'agente verbalisatrice » (je me permets de féminiser l'intitulé d'une profession trop abusivement réduite au masculin) très efficace, posté le 29/12/2015 à Rennes, a été déposé par la poste dans ma boite à lettres à Schoelcher ce matin même, 02/01/2016, soit après 12 jours en pleine période de fêtes.

Qui dira, après cette performance, que les services publics de la République ne peuvent être efficaces quand les moyens leur en sont donnés et que la volonté d'agir est manifeste ?

Et l'on s'interroge alors sur l'inexplicable lenteur de plaintes déposées par l’Université des Antilles il y a un an ou deux, concernant des sommes de l'ordre de 10 millions d'euros à l'encontre d'un laboratoire de recherche indélicat dans sa gestion.

Je ne contesterai pas la verbalisation pour « inobservation par conducteur de l’arrêt absolu imposé par le panneau 'stop' à une intersection de route », puisque j'ai eu le tort de ne pas m’arrêter complètement à nouveau quand le conducteur arrêté devant moi a démarré.

Devoir payer 90€ pour une telle infraction me parait déjà sévère. Mais perdre 4 points du permis relève de l'abus d’autorité, car à aucun moment je n'ai mis d'autres usagers en danger, comme je l'ai souligné à l'agente, en ajoutant que je revenais d'une excursion dans le sud de l’Île qui m'avait valu au moins dix frayeurs causées par des fous du volant. Mais il est manifestement plus facile de se planquer derrière le mur du stade et de siffler les 'conducteurs paisibles' dont je fais partie.

Avec mes salutations distinguées

Charles Scheel

Professeur à l’Université des Antilles

Campus de Schoelcher

 

PS. Je signale que l'intersection dont il est question ici est mal configurée. Il n'y a d'ailleurs pas de panneau Stop dans la voie de gauche montant vers l'Enclos, seulement une ligne blanche que le conducteur non-averti peut ne voir que trop tard. Il me semble qu'un  rond-point à cet endroit permettrait aussi de résoudre le problème posé, 50 mètres avant, par le Stop sans visibilité à gauche en raison du pont de la voie rapide en face du Speedy.

PPS Dans la foulée, il me semble parfaitement irresponsable que la visibilité des 2 stops sur la route de l'Enclos à l'intersection de l'Avenue Delaroche ne soit pas renforcée par des feux clignotants permanents: tous les jours, les centaines de conducteurs – y compris, parait-il, le Maire de Schoelcher – qui montent l'avenue Laroche et doivent imposer leur priorité quand ils débouchent sans aucune visibilité sur la Route de l'Enclos, ont l'impression de jouer leur vie à la roulette russe: bonjour le stress inutile! Sans parler de l'ineptie d'un arrêt de bus situé juste après le ralentisseur devant le stop dans la descente vers Schoelcher et créant des embouteillages dangereux, vu la raideur de la pente, alors qu'un arrêt au niveau du parking de la boulangerie, 50m plus bas résoudrait ce problème-là. 

PPPS L'ancien professeur de logistique et de transport en IUT estime que ces expertises justifient un honoraire de 400€. Le citoyen les propose gratuitement.

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La jeune Melissa Marie-Sainte a quitté le domicile de sa mère, situé au quartier Morne Coco à Didier, depuis le mercredi 15 octobre, aux alentours de 16 heures.

Aux étudiants retardataires, il reste encore trois semaines, pour déposer vos demandes d'aides. 

Dès 6 heure ce matin, les plus déterminés à empêcher le retour des protagonistes du CEREGMIA s’activaient pour installer poubelles, pneus et autres objets à l’entrée de

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »