Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Plusieurs pays de la Caraïbe ont exprimé leur inquiétude après la non-publication des résultats des élections générales du 16 Février à St-Kitts-et-Nevis. La mission d'observation de la CARICOM qui attend les résultats officiels, a félicité le peuple de la fédération, pour sa réponse éclairée aux défis liés aux élections générales de lundi. De Trinidad, en passant par Grenade, les voix s'élèvent pour exiger que les résultats officiels soient publiés. L’OECO a exhorté « l’ensemble des parties à maintenir le calme et à s’abstenir de commentaires pouvant porter atteinte au maintien de l’ordre public et au climat de confiance dans le système électoral. » 

 

Le gouvernement des pays de la Caraïbe a maintenu la pression mardi sur le Superviseur des élections à Saint-Kitts-et-Nevis, George Wingrove, pour proclamer les résultats des élections tenues dans la Fédération de deux îles, lundi.

A Grenade, le Premier ministre de la Grenade Keith Mitchell, a déclaré : « D'après ce que j’ai compris de ce qui se passe, le superviseur a arrêté de compter les votes dans certaines circonscriptions et c’est assez effrayant ».

« Par conséquent, au nom du gouvernement et du peuple de la Grenade j’appelle le Superviseur des élections à déclarer les résultats de ce scrutin, que les gens attendent. Les gens ont voté, l’expression du peuple doit être respectée », a t-il ajouté.

Le Premier ministre a indiqué que la Grenade ne veut pas interférer dans la politique intérieure de St Kitts, mais il ressent la douleur que les gens éprouvent à travers cette situation, ajoutant que ce qui se passe à Saint-Kitts-et-Nevis a des implications pour l'ensemble de la Caraïbe.

Le Premier ministre de Trinidad-et-Tobago, Kamla Persad Bissessar, a également commenté la situation, soulignant que son administration respecte l'indépendance de toutes les institutions légitimes à Saint-Kitts-et-Nevis, mais « en même temps nous pensons que l'échec du Superviseur des élections à proclamer les résultats en temps opportun, pourrait donner l'impression qu'il y a une ingérence dans le processus démocratique, que nous chérissons dans la Communauté des Caraïbes. »

« Je crains aussi que la réputation de la région pour le respect de la démocratie et des élections libres et équitables, ne soit menacée par cette situation à St-Kitts-et-Nevis, qui n’est toujours pas résolue. »

«En tant que région, nous devons être très attentifs aux messages que nous envoyons et ce qui émane de Saint-Kitts-et-Nevis n’est pas le genre de message que nous voulons envoyer à notre peuple et au monde. » Le Premier ministre de Trinidad a ajouté « nous attendons les résultats du vote et nous accueillerons celui qui est le vainqueur. »

Les élections ont mis face à face le Parti Travailliste de St Kitts-Nevis (SKNLP) et Unity Team, une coalition de trois partis d'opposition.

Le Premier ministre Denzil Douglas, qui cherchait à devenir le premier leader régional à remporter cinq élections générales consécutives, semble avoir perdu son pari.

Le superviseur des élections à Saint-Kitts-et-Nevis, George Wingrove, qui n’avait pas encore fait de déclaration publique sur la question, a brisé le silence en annonçant la victoire de Unity Team qui a remporté 7 des 11 sièges à pourvoir au Parlement. Le Superviseur n’a pourtant pas annoncé les chiffres du vote pour l’instant. 

  

La déclaration de la CARICOM du mardi 17 février 2015

Le Secrétariat de la CARICOM, à l'invitation du gouvernement de Saint-Kitts-et-Nevis, a envoyé une mission d'observation aux élections nationales qui ont eu lieu le 16 Février 2015.

La Mission d'observation de la CARICOM est composée  de l’Ambassadeur Rudy Collins, chef de mission et ancien président de la Commission des élections du Guyana et de M. Anthonyson chef de la Commission électorale d'Antigua-et-Barbuda.

La Mission d'observation de la CARICOM, qui est arrivée seulement deux jours avant la date du scrutin, a concentré son attention sur la conduite des élections elles-même. Elle a visité toutes les circonscriptions de Saint-Kitts et celles de Nevis et observé les activités de plus de cinquante bureaux de vote.

Le processus, dans pratiquement tous les cas, était ordonné et semble avoir été administré dans le cadre de toutes les lois, règles et règlements pertinents. Le processus électoral dans ses aspects juridiques, institutionnels et opérationnels, a affronté de nombreux défis qui risquaient de perturber les électeurs dans l’exercice pacifique de leur droit de vote.

La Mission d'observation de la  CARICOM tient à félicité les électeurs et même la population de Saint-Kitts-et-Nevis, pour leur réponse éclairée à ces défis.

La maturité de leur réponse a abouti à la conclusion satisfaisante de toutes les activités le jour de ces élections libres, sans incident significatif qui empêcherait l'exercice de leur droit démocratique, de voter pour le candidat de leur choix.

Dans ce contexte la Mission d'observation de la CARICOM est profondément préoccupée par le retard dans la communication au public des résultats des choix respectifs, exprimés par les électeurs à ces élections.

La Mission d'observation de la CARICOM a engagé de nombreuses discussions avec des représentants du Parti travailliste de Saint-Kitts-et-Nevis, avec des représentants de partis d'opposition et avec les groupes de la société civile et les citoyens concernés.

Leurs points de vue collectifs, exprimés ouvertement et parfois avec une franchise gênante,  révèlent les nombreux défis juridiques, institutionnelles et administratives auxquels ils ont eu à faire face, et qui de leur point de vue, ont eu un impact significatif sur l'efficacité du processus électoral à Saint-Kitts-et-Nevis dans son ensemble.

La Mission d'observation CARICOM va analyser ces déclarations ainsi que toutes les autres données pertinentes, en vue de formuler des recommandations de fond pour l'avenir.

Elles seront formulées par le Secrétariat de la CARICOM, en vue d'assurer que les normes régionales communes, deviennent la marque de fabrique des élections dans les États membres de la Communauté de la Caraïbe. 

Le communiqué de l'OECO 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Catherine Conconne, Première vice-présidente PPM du Conseil Régional de Martinique, adjointe au maire de Fort-de-France, en charge de la sécurité de la capitale,  vient d’être co

Trois ressortissants des Caraïbes, dont une femme, la jamaïcaine Patricia R.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »