Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Environnement

Serge LETCHIMY, Député de la Martinique et Chantal BERTHELOT, Députée de Guyane, ont défendu conjointement les intérêts des collectivités d’Outre-Mer sur le projet de loi relatif à la biodiversité au cours des discussions en Commission du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, mardi 24, mercredi 25 et jeudi 26 juin à l’Assemblée nationale.

Les deux députés ont fait évoluer le texte afin de donner aux Outre-Mer la place et le poids correspondant à la part considérable de la biodiversité ultramarine qui constitue 80% de la biodiversité française.  

Des avancées très importantes ont ainsi été obtenues.

Concernant, dans un premier temps, la composition des instances créées par le texte : désormais, la composition du Comité Nationale de la Biodiversité, future instance de gouvernance, devra concourir à une représentation significative des territoires ultramarins tenant ainsi compte de la richesse de leur biodiversité.

Avec le soutien de Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, les deux députés ont obtenu que l’Agence Française de la Biodiversité, créée par le texte et qui a vocation à mettre en œuvre les politiques publiques liées à la biodiversité,  dispose de délégations dans chaque bassin océanique ultramarin (Océan Atlantique, Océan Indien et Océan Pacifique). Il est apparu, en effet, essentiel aux deux députés que l’Agence soit présente sur les territoires Outre-Mer afin que l’ingénierie de la connaissance, de la protection et de la valorisation de la biodiversité soit en adéquation avec les enjeux locaux.

De plus, un amendement a été adopté précisant que la composition du conseil d’administration de l’Agence concourt à une représentation équilibrée des enjeux liés à la biodiversité en particulier ultramarine. En outre, seront membres observateurs de ce conseil un représentant de chacun des trois bassins océaniques ultramarins.

Concernant, ensuite, l’introduction en droit français des procédures d’accès aux ressources génétiques et organisant le partage juste et équitable des avantages tirés de cet accès (procédures dites APA), chapitre essentiel pour les Outre-Mer, les deux députés ont aussi permis des avancées importantes.

Serge LETCHIMY et Chantal BERTHELOT ont ainsi obtenu l’automatisation de la consultation des collectivités territoriales d’Outre-Mer dans l’élaboration des décrets établissant les modalités d’application de ces procédures d’APA.

De plus, l’Agence Française pour la Biodiversité devra tenir compte de la part importante de la biodiversité des Outre-Mer lorsqu’elle redistribuera les avantages financiers tirés de l’APA.  

Enfin, un amendement de la rapporteure sur le texte, la députée Geneviève GAILLARD, sur proposition du Gouvernement, permet la reconnaissance des pratiques et savoirs traditionnels respectueux de la biodiversité dans les collectivités d’Outre-Mer, autres que ceux spécifiques aux communautés d’habitants. Cet amendement ouvre aux pratiques et savoirs traditionnels présents dans les Outre-Mer le bénéficie du partage des avantages liés à l’accès aux ressources génétiques.

En conclusion, les deux députés se félicitent des victoires obtenues pour les Outre-Mer lors de ce premier examen du projet de loi. Ils saluent également la détermination de la Ministre pour une meilleure valorisation la biodiversité inhérente à ces régions.  

                                                             

                                                                    

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Les écologistes de l'ASSAUPAMAR s'inquiètent pour le patrimoine naturel de la Baie de Fort-de-France. Henri Louis-Régis, Président de l’association écologiste, signe un texte au nom des membres du

Les Martiniquais appellent inquiets les radios. La panique gagne les automobilistes bloqués dans des embouteillages, pires que ce qu’ils rencontrent tous les jours.

Le Collectif Martiniquais pour la Protection de l'Air n’est pas optimiste quant à la transition énergétique en Martinique.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »