Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L'ancien chef de la fédération de football du Pérou, Manuel Burga, a été arrêté à Lima dans le cadre de l’affaire de corruption de la FIFA. La télévision locale a diffusé des images de la maison de Burga entourée par au moins quatre voitures de police, lors de son arrestation vendredi soir.

La porte-parole de la police Veronica Marquez a déclaré samedi que Burga, qui a dirigé la fédération péruvienne de 2002 à 2014, a été emmené au siège de la police judiciaire à Lima.

Le ministre de l'Intérieur Jose Perez a déclaré que les Etats-Unis souhaitent l’extradition de Burga pour faire face à des accusations de corruption. Manuel Burga a nié les allégations, affirmant qu'il n'a pas reçu « un seul pot de vin. »

Les autorités américaines accusent Manuel Burga et 15 autres fonctionnaires du football dans le cadre de l'enquête.

Le juge guatémaltèque Hector Trujillo soupçonné de racket a été arrêté vendredi à bord d'un navire de croisière à Port Canaveral, en Floride.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Donald Sterling, le propriétaire des  Los Angeles Clippers,  été suspendu à vie de la NBA,  suite à ses propos racistes révélés par une conversation enregistrée .

Les autorités des Bahamas répondent que c’est «un montage faux et malveillant des événements », cette photo montrant un certain nombre de migrants parqués dans une cage comme du «bétail».

Le directeur du FBI James B.Comey, a prononcé un discours inhabituel jeudi, sur les « vérités dures » de la discrimination raciale par la police et la « déconnexion » entre les agents et les minori

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Pages

1 2 3 4 5 »