Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La présidente de l'Université des Antilles, Corinne Mencé-Caster, continue à être injuriée, diffamée, pour avoir osé dénoncer les détournements de fonds européens au CEREGMIA, ce que ses prédécesseurs se sont bien gardés de faire, malgré les rapports de la Cour des Comptes révélant de multiples dysfonctionnements. Les douces sanctions du Conseil de discipline de Toulouse qui souligne les fautes professionnelles des protagonistes du CEREGMIA, Fred Célimène le directeur, Kinvi Logossah son adjoint et Eric Carpin le doyen de la Faculté de Droit et d'Economie, semblent redonner des armes aux acteurs, amis et complices de ce scandale de détournement de 10 millions de subventions européennes. 

Des élus s'émeuvent de l'arrestation de deux jeunes Martiniquais impliqués dans des trafics de drogue, de l'arrestation d'un autre à l'aéroport d'Orly, transportant une valise contenant 500 000 euros sur lesquels ont été relevées des traces de cocaïne et d'héroïne, mais silence des mêmes quand la présidente de l'Université est victime d'une violence insupportable pour avoir eu le courage de dénoncer un délit financier. Les détournements de fonds, qui doivent être remboursés, impactent le fonctionnement de l'université où vont étudier les jeunes du pays. Cette femme a eu droit à toutes les insanités depuis plus d'une année : un conseiller régional PPM est allé jusqu'à modifier une photo d'elle, prise aux cotés du Président de la République, François Hollande,  pour la transformer en chien. Un photomontage qui a largement circulé sur les réseaux sociaux. Qui s'étonnera encore qu'une bonne partie de notre jeunesse parte à la dérive ?

Communiqué de presse

 

Des personnes s’expriment sur les médias, en qualité d’universitaires au nom de l’Université des Antilles, alors qu’elles ne sont pas des personnels de l’université des Antilles, pas plus qu’elles ne le sont d’autres universités.

Rattachées comme membres associés au laboratoire CEREGMIA, nombre de ces personnes ont inondé la communauté universitaire de mails injurieux et diffamatoires à l’encontre de la présidence actuelle, dès lors que cette dernière a entrepris les procédures disciplinaires et judiciaires en cours.

La présidente de l’université est consternée par la répétition de ces propos diffamatoires qui sont tenus lors des interventions de ces personnes, qui n’ont aucune qualité ni compétence pour formuler ce qui n’est qu’opinion partisane, justifiée par leur étroite association avec le CEREGMIA. Ces jugements vont à l’encontre de tout ce qui est dit dans les rapports d’experts officiels.

Toutes les procédures engagées l’ont été sur la base initiale du Rapport de la Cour des Comptes et de l’enquête préliminaire initiée par le Procureur de la Cour des Comptes auprès du Procureur de la république, et sur le fondement d’autres rapports d’institutions expertes.

Aucun rapport produit sur l’UAG ne met en cause les Facultés de l’université. Les défaillances constatées entre 2005 et 2009 sur la gestion des heures complémentaires ont été réglées sous la mandature de Pascal Saffache. L’actuelle présidente de l’université a été doyen de la Faculté des Lettres à compter d’avril 2009. Sa gestion ne saurait donc être mise en cause dans ce rapport de la Cour des Comptes, pas plus que celle de l’actuel doyen, élu en 2013.

Il est regrettable que des personnes impliquées dans le dossier à divers titres se répandent sur les médias pour cautionner la gestion désastreuse du CEREGMIA par son ex-directeur, lequel vient d’être sanctionné à ce titre par la commission de jugement de Toulouse.

Ces mêmes personnes ne parlent jamais des rapports officiels produits et les escamotent, passent sous silence les au moins 8 millions d’euros que l’université doit rembourser et essaient de faire passer l’idée d’un conflit personnel, là où il y a une démarche de bonne gestion de l’université.

Le 27 juin 2015

 

Le 27 juin 2015

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Un an après que le conseil de discipline se soit réuni à Toulouse, pour statuer sur le cas des trois enseignants au coeur du scandale du CEREGMIA, aucune décision n’est intervenue.

En consultant le portail de l'Etat en Guadeloupe, on découvre que le Président de la République recevra des étudiants, ce que ceux de Martinique réclament.

La surprise a été grande de découvrir dans le vide sanitaire de l’Université de Martinique, sous la bibliothèque qui accueille étudiants et enseignants, des centaines d

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Alfred Marie-Jeanne a pris contact avec le gouvernement cubain pour concrétiser l’arrivée en Martinique de médecins cubains, en renfort au Centre Hospitalier Universita

Cinq organisations syndicales du secteur hospitalier ( la CGTM, la CDMT, FO, l'UGTM, l'USAM) se mobilisent pour exiger des moyens, pour faire face à l'augmentation cons

Maitre Raphaël Constant et Philippe Pierre-Charles n’ont pas envie de rire et ils le font savoir au Directeur de l’Agence Régionale de Santé de Martinique.

L'UGTG avait saisi le Tribunal administratif le 25 mars dernier, pour contraindre l'Agence Régionale de Santé (ARS) et le Centre Hospitalier Universitaire de Guadeloupe

Pages

1 2 3 4 5 »