Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La ridicule déclaration de Nicolas Sarkozy sur les « Gaulois » a une nouvelle fois démontré son ignorance, mais aussi atteint l’un des buts recherchés par l’ancien Président de la République française et candidat aux primaires de la Droite : faire le buzz. Le Gaulois venu de Hongrie qui tente par tous les moyens, d’obtenir les suffrages des électeurs de l’extrême Droite pour revenir à la tête du pays dit des Lumières, ne supporte aucune tentative d’indépendance, de liberté, chez les journalistes. Sa dernière charge contre ceux de France Télévisions, pourtant pas dérangeants du tout, fait réagir le SNJ/CGT (Syndicat National des Journalistes CGT).

Sarkozyx le Gaulois contre les médias

 

Sans doute dopé par une assistance en transe, lors d’un dîner-débat avec des lecteurs de Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy s’est lâché : « Ceux qui réussissent plus que les autres sont attaqués parce que la réussite est suspecte. Moi, je veux une capacité de réussite pour chacun d'entre nous. C'est compliqué dans un pays comme le nôtre car ça va demander du courage, et certainement des médias orientés un peu plus comme Valeurs actuelles et un peu moins comme France Télévisions ! »

Puis, comme son auditoire en demandait plus, il a enfoncé le clou :« Les journalistes de France 2, ça donne une idée de ce qu’était Che Guevara. »

Sarkozyx le Gaulois est reparti en guerre contre les journalistes et contre les médias qui, quand ils ne sont pas à ses pieds pour l’adorer (selon lui), sont aussitôt taxés de militantisme d’extrême-gauche.

Que David Pujadas et Léa Salamé soient d’infâmes gauchistes, voilà qui avait dû échapper à beaucoup de téléspectateurs. Sarkozyx avait sans doute abusé de potion magique pour oser comparer les journalistes de France 2 à Che Guevara.

La campagne électorale est d’ores et déjà indigne d’un pays qui se réclame encore des Lumières. Les arguments les plus scandaleux ont cours et, les échéances s’approchant, on peut craindre le pire (s’il n’est pas déjà atteint).

Le candidat Sarkozy donne largement le ton de l’indécence, dénonçant les journalistes, renvoyant des étudiants gabonais dans leur pays et, bien entendu, fermant les frontières aux « invasions des hordes islamiques », bref multipliant toutes les outrances pour exister dans les médias et pour ramener son électorat parti à
l’extrême-droite.

Dans son dernier ouvrage Tout pour la France, il souhaite retirer au CSA la nomination des présidents d’audiovisuel public, supprimer progressivement la publicité à Radio France et France Télévisions. Il estime qu’il y a sans doute une chaîne de trop et ajoute « Quant à la nouvelle chaîne d’info du service public, quelle est son utilité alors même qu’il y a déjà trois chaînes d’info gratuites et TNT ? ».

Sarkozy souhaite aussi une loi pour favoriser la concentration dans le secteur des médias ! Il écrit aussi « La dérision, la polémique, l’investigation racoleuse ont trop souvent pris le pas sur la découverte, la science, la culture », faisant référence à des programmes comme Cash Investigation ou les émissions d’humour de France Inter.
Le SNJ-CGT appelle les journalistes à dénoncer ce qui ne doit pas être réduit à de simples dérives verbales ou à des insultes gratuites, mais ce qui correspond bien à des orientations politiques de plus en plus xénophobes et à des régressions sociétales.


Montreuil le 22/09/2016

SNJ-CGT

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le « Canard Enchaîné » révèle que sous les mots déguisés en colère, du chef du patronat français Pierre Gattaz, se cache un cri de joie.

Les assises du Sport se sont tenues le 18 Juin et le Conseiller Exécutif de la CTM chargé des sports a bien précisé : « Soyez rassurés, ce n’est pas un appel aux armes à l’instar de l’Appel du 18 j

Ce n’est pas souvent que la presse de la Caraïbe anglophone s’intéresse à la Martinique.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Il n'avait échappé à personne aux Antilles ou dans les aut

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

Le courage des femmes et hommes politique de Martinique n'est pas leur point fort. A de rares exceptions, les difficultés des citoyens ne les intéressent que le temps des campagnes électorales.

Pages

1 2 3 4 5 »