Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Depuis ce mercredi 3 septembre, les salariés de la SME (Société Martiniquaise des eaux), affiliés à FO et à la CDMT ont cessé le travail. En cause la non application par la direction du point 9 du protocole d’accord de fin de conflit, signé le 6 août dernier et concernant la revalorisation en deux temps de la masse salariale de l'entreprise. La direction avance une autre interprétation de ce point et les agents grévistes qui n’ont pas trouvé leur compte sur leurs fiches de salaire ne comptent pas céder.

Daniel Marie-Sainte, ancien Secrétaire général de la CSTM a reçu une délégation des salariés. Dans un communiqué, il accuse la Direction de la SME de tromper l’opinion publique. 

LA DIRECTION DE LA SME  TROMPE L’OPINION PUBLIQUE !

J’ai reçu  à sa demande une délégation de salariés grévistes de la société Martiniquaise des Eaux (SME) qui ont dû se remettre en grève à partir du 3 septembre.

 Ces travailleurs nous ont communiqué le texte du protocole d’accord signé avec la direction, le 6 août dernier, et qui mettait, en principe, fin à la grève qui avait débuté le 21 juillet.

 Nous avons examiné, en particulier, les termes du point 9 du protocole d’accord qui  fait l’objet d’interprétation divergente entre la direction et les organisations syndicales concernées.

Ce point 9 prévoit  que :

 « La masse salariale des personnels sera augmentée de 2,3% au 1er j anvier 2014 et de 0,7% au 1er septembre 2014.

L’augmentation qui en résulte est servie à tous les salariés à part égal.

Le texte est très clair voire révolutionnaire, car égalitaire.

Ainsi chaque salarié doit avoir la même augmentation en euros, quelque soit sa position dans la hiérarchie !

La question qui se pose est, que veut dire « masse salariale des personnels » ?

Pour tout le monde cela signifie la somme des salaires bruts des personnels, c’est à dire salaires net plus les cotisations salariales appelées, aussi, « salaires indirects ».

Les cotisations patronales et les taxes sur les salaires, payés par l’entreprise, ne sont pas inclus dans la masse salariale des personnels, contrairement à ce que prétend la direction de l’entreprise.

La direction de la SME, en confondant « masse salariale » et « coût du travail », cherche en réalité à tromper l’opinion publique et à se dérober à ses engagements d’augmenter la masse salariale  des personnels de 3% au 1er janvier 2015 !

Le 4 septembre 2014

DMS

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Articles liés

Les usagers du Sud de la Martinique n'en pouvaient plus et les grévistes de la SME (Société Martiniquaise des Eaux) refusaient l'assèchement de leur porte-monaie.

Daniel Marie-Sainte a été pendant des années, Secrétaire générale de la CSTM (Centrale Syndicale des Travailleurs Martiniquais), mais la fibre syndicale ne s'est pas endormie.

Daniel Marie-Sainte, dans un communiqué dénonce une campagne de communication orchestrée par le Directeur Général de la SME, visant à discréditer les grévistes CDMT et FO qui ont cessé le travail d

Dans la même rubrique...

Le Conseil Régional invite à la prudence les passants et automobilistes qui empruntent la

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le versement de 39,8 millions de dollars et l'achèvement du huitième examen de la performance économique de la

Présent au 36e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CARICOM, qui s’est tenu à Bridgetown (Barbade), le Président de la R

Pages

« 231 232 233 234 235 »

Articles récents

On ne les entend pas souvent les 9000 greffiers que comptent les tribunaux de France.

LIRE ET ETRE LU…

Ce dont un écrivain a le plus besoin, c’est d’un lecteur. »

Dany Laferrière

A 80 ans, Pierre Samot, a été réélu dès le premier tour, maire du Lamentin, deuxième ville de Martinique.

Décidément la loi relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires du 17 mai 2013, n’aura pas fini de rendre dekdek (comme on dit e

Patrick de Carolis, président de France Télévisions de 2005 à 2010, a été mis en examen pour « favoritisme »  par le juge Renaud Van Ruymbeke dans une enquête sur des contrats pas

Pages

« < 231 232 233 234 235 »