Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Conseil Représentatif des Associations Noires lance une action pour remplacer l'expression « nègre littéraire » par « prête-plume ». Une pétition initiée par Nelly Buffon et relayée par le CRAN compte déjà plus de 17 000 signataires. Le 8 mars prochain l’initiatrice et le CRAN serons reçus par le délégué général à la langue française pour en discuter. 

Communiqué de presse

      

         Remplaçons l’expression « nègre littéraire » par « prête-plume » !

         Louis-Georges Tin et Nelly Buffon reçus par le Délégué Général à la langue française

         Dans un contexte où des insultes comme « négro » ou « bamboula » sont considérées comme presque « convenables », voire « affectueuses » par certains représentants de la police et de la justice, le CRAN a décidé de s'associer à la pétition lancée récemment, ayant pour but de remplacer l'expression « nègre littéraire » par la formule « prête-plume ».

         Il y a quelques jours, en effet, le CRAN a reçu une lettre de Nelly Buffon : 

« J’ai fondé et je gère l’agence de conseil littéraire Enviedecrire et je me trouve régulièrement confrontée au fait qu’on me demande si l’agence propose des services de « nègre ». Je suis d'origine antillaise et cette expression « nègre littéraire » me heurte particulièrement, même si je sais bien qu’il n’y a pas de mauvaise intention de la part de mon interlocuteur. C’est juste que l’on a appris à ne pas entendre ce mot dans le cadre de cette expression. Mais ne pas entendre les mots qu’on prononce me semble être un comble dans le monde littéraire ! »

         Nelly Buffon a donc lancé sur change.org une pétition visant à remplacer l'expression « nègre littéraire » par « prête-plume », et a demandé le soutien du CRAN. Le CRAN n'a pu qu'accepter cette requête, évidemment. Et désormais, la pétition sur change.org compte plus de 17 000 signatures. Autrefois, il faut le rappeler, on utilisait la formule « prête-plume ». Mais avec l'essor de l'esclavage colonial, le terme « nègre » s'est imposé, justement parce que le prête-plume, comme le « nègre », est celui qui fait tout le travail, sans en retirer le véritable bénéfice.

         « Régulièrement critiquées, les « têtes de nègre » ont heureusement disparu au début des années 2000, a déclaré Louis-Georges Tin. En 2006, le CRAN a fait évoluer la définition du mot «colonisation » qui, dans le Dictionnaire Robert, parlait de « mise en valeur ». En 2014, le CRAN a fait débaptiser des pâtisseries nommées « Négro » et « Bamboula ». Tout récemment, le CRAN a fait changer le nom du « bal nègre ». Il est temps de modifier aussi la formule « nègre littéraire ».  Il est temps de décoloniser le langage », a ajouté Louis-Georges Tin.

         L'Office québecois de la langue française recommande à juste titre le terme « prête-plume ». C'est pourquoi Louis-Georges Tin et Nelly Buffon ont sollicité un rendez-vous à Loïc Depecker, le Délégué général à la langue française et aux langues de France, pour lui demander de faire de même. Ce rendez-vous aura lieu le mercredi 8 mars prochain.

         « En matière de lutte contre le racisme, il y a bien sûr des agressions physiques, qui sont bien plus violentes, et nous luttons contre elles, a déclaré Louis-Georges Tin. Mais nous sommes pour la tolérance zéro, et de même le gouvernement a proposé des mesures pour féminiser les noms de métier, nous pensons qu'il faut aussi éradiquer le racisme dont le langage est malgré nous le vecteur. C'est aussi cela, lutter contre les représentations racistes, c'est aussi cela lutter pour les réparations », a conclu le président du CRAN.

 

Retrouvez la pétition en ligne : change.org/StopNegreLitteraire

 

Contact :  tinluigi@aol.com

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La jeune Melissa Marie-Sainte a quitté le domicile de sa mère, situé au quartier Morne Coco à Didier, depuis le mercredi 15 octobre, aux alentours de 16 heures.

Cinq ans après le terrible tremblement de terre de magnitude 7,0 qui a frappé Haïti, juste avant 17 heures le 12 janvier 2010, le pays porte encore les stigmates de cet

A l'occasion de la journée de la femme et au moment où elle continue à être victime d'attaques inqualifiables, la Présidente de l'Université des Antilles reçoit des sou

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Il apparaît devant le public le dimanche gras d’habitude, mais déjà ce vendredi, 3 jours avant, Vaval se présente sur les réseaux sociaux. Vaval est dans l’air du temps !

Un groupe de militants du MIM a signé une lettre ouverte pour condamner les quelques élus de la CTM qui, après le scandale du Chlordécone, ont fait « le choix d’infliger à la population Martini

Dans son discours à l’occasion de la commémoration des 20 ans de l’assassinat du Préfet Claude Erignac, le Président de la République a déclaré que « ce qui s’est p

Décidément les comportements de voyous se multiplient chez les élus martiniquais.

Pages

1 2 3 4 5 »