Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Raphaël Confiant réagit, après avoir lu l’interview de Roger De Jaham dans laquelle le président de l’Association « Tous Créoles » déplore son refus de le rencontrer et lui lance une invitation : « Raphaël Confiant, annou jwenn, annou asiz, annou palé ! » Dans sa réponse l’écrivain révèle qu’avec d’autres intellectuels, « chaque vendredi soir durant des mois, nous avons discuté, dans le plus grand secret, pour savoir comment nous pourrions décrisper les relations entre Martiniquais de couleur et Martiniquais békés. » Mais le coauteur de l’ « Éloge de la créolité » explique que ces discussions se sont arrêtées, parce que « nous nous sommes, hélas, vite rendus compte, que ce que R. de Jaham et ses amis voulaient, c'était la réconciliation sans la vérité. »

Raphaël Confiant : Roger de Jaham a la mémoire courte 

   J'ai lu avec intérêt l'interview de Roger de Jaham, président de l'Association « Tous Créoles » sur le site Freepawol et j'ai été sidéré par l'aplomb avec lequel il assène des contrevérités, en particulier une me concernant à savoir que je refuserais de le rencontrer et de discuter avec lui. Ceci est totalement FAUX !

En effet, une bonne quinzaine d'années avant qu'il ne créé « Tous Créoles » dans les années 90 du siècle dernier, pendant six mois, chaque vendredi soir, j'ai été face à face avec Roger de Jaham et quatre ou cinq autres Békés, cela dans son entreprise de la zone des Mangles. Face à eux, nous étions feu Raymond Relouzat, Jean Bernabé, Gerry L'Etang et d'autres. 

M. de Jaham a la mémoire bien courte.

   Et donc, oui, chaque vendredi soir durant des mois, nous avons discuté, dans le plus grand secret, pour savoir comment nous pourrions décrisper les relations entre Martiniquais de couleur et Martiniquais békés, je dis bien « Martiniquais » car pour moi, pour le coauteur de l’Éloge de la Créolité que je suis, les Békés sont des Martiniquais. Les discussions se sont toujours déroulées dans une bonne ambiance, mais nous nous sommes, hélas, vite rendus compte, que ce que R. de Jaham et ses amis voulaient, c'était la RECONCILIATION sans la VERITE. 

   Pour nous, pour moi, ce fut NIET !

   Il était hors de question pour nous de nous associer à un processus de réconciliation sans que la vérité soit D'ABORD mise au grand jour, sans que le lourd passé esclavagiste soit reconnu, sans que l'actuelle répartition des richesse entre Martiniquais de couleur et Martiniquais békés soit examinée de près et corrigée autant que faire se peut.

Nous avons donc rompu les négociations et je n'ai plus eu du tout de contact avec Roger de Jaham jusqu'à la date d'aujourd'hui. Sauf par mail lorsqu'en effet, dix fois, vingt fois, il a essayé de me faire venir faire un débat devant les membres de « Tous Créoles »  chaque fois que je publiais un livre. Il a raison : j'ai toujours refusé. Mais je n'en oublie pas pour autant que quinze ans avant qu'il créé « Tous Créoles »  je m'étais volontiers prêté à la discussion. J'espère qu'il aura l'honnêteté de le reconnaître.

   Quand il dit que 400 Békés ont signé un texte demandant que l'esclavage soit reconnu comme crime contre l'humanité, il omet là encore de dire que c'était à la même période où nous discutions dans son entreprise le vendredi soir. Ce fut un pas, un petit pas, mais bien insuffisant au regard des souffrances endurées par nos ancêtres et aux regard des injustices que subissent aujourd'hui même la majorité des descendants de ces derniers.

Je dis bien « la majorité des descendants d'esclaves », pas tous évidemment ! Je ne parle pas de l'instituteur, du cadre bancaire, de l'avocat ou du médecin. Je parle de l'ouvrier agricole contraint de manipuler des pesticides cancérogènes, des employés des zones dites industrielles ou commerciales qui gagnent juste un peu plus que le SMIG, des caissières de supermarchés, des travailleurs des entreprises de travaux publics, bref de ce que l'on appelait autrefois « la classe ouvrière.»

Pour toutes ces personnes, que des Békés reconnaissent que l'esclavage est un crime contre l'humanité leur fait une belle jambe ! Ils vivent l'exploitation au jour le jour et leur parler de réconciliation immédiate relève de la plaisanterie. De la mauvaise plaisanterie même.

   Presque deux décennies après la publication de l’« Éloge de la créolité », M. de Jaham et ses amis ont donc fait une OPA sur ce concept de Créolité élaboré, je le rappelle, par Patrick Chamoiseau, Jean Bernabé et moi-même.

Quand on examine la liste des fondateurs de l'association « Tous Créoles », on y trouve de bien curieux noms : Fred Célimène, Hector Elisabeth, Edouard Delépine et j'en passe. Ces grands amoureux du créole et de la créolité ( interdit de rire !) sont comme par hasard tous des membres ou sympathisants du PPM. Curieux, non ?

Mais ce qui motive encore plus mon refus de discuter avec Tous Créoles », c'est leur cécité envers (ou leur ignorance de) l'histoire : savent-ils que dans l'histoire du continent américain, "créolité" s'oppose à "européanité" ?

Savent-ils que ce sont des Blancs créoles anglais, espagnols ou portugais comme Simon Bolivar ou Georges Washington, qui ont mené des guerres contre les colons européens, les ont chassés pour construire de états indépendants ?

   Autrement dit, créolité a toujours voulu dire, historiquement parlant, indépendance par rapport à l'Europe et non assimilation. Or, « Tous Créoles » reprend le vieux discours assimilationniste que même la Droite martiniquaise n'ose plus sortir de nos jours. Comprenne qui pourra ? Si ce n'est pas du détournement de concept, je ne sais pas ce que c'est. Mais bon, ça ne m'empêche pas de dormir. François Duvalier a bien détourné, lui, le concept de Négritude et Aimé Césaire ne s'en est jamais senti responsable.

   En tant que coauteur de l' « Éloge de la Créolité », je ne me sens aucunement responsable des propos, écrits ou actions de l'association « Tous Créoles » de M. de Jaham.

​   Raphaël CONFIANT

 

                                                                                                  

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Articles liés

Roger De Jaham ne laisse pas indifférent.

Dans la même rubrique...

Attendu depuis plus de 10 ans, le TCSP ((Transport en commun en site propre) n’en finit plus d’être testé.

Pour ce premier dimanche de l'année 2016, la plage du Diamant connue pour ses grosses vagues qui attirent les adeptes de surf et de bodyboard, avait de quoi les combler.

Les réactions se multiplient en outremer après l'attaque au camion à Nice, le 14 juillet.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a choisi un titre provocateur pour dire le racisme institutionnalisé en France, déjà prouvé par les contrôles au

Philippe Joseph est professeur des Université d’Ecologie, de Biogéographie et de Botanique.

La côte martiniquaise allant des villes de Trinité à Saint-Anne, est incontestablement la plus belle.

Pages

1 2 3 4 5 »