Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Fè moun ri

Man Lélé ayant entendu l’annonce de la nouvelle ministre de l’outremer, Erika Bareigts, concernant la reconnaissance de catastrophe naturelle, qu’attendaient les planteurs de bananes, son sang n’a fait qu’un tour. Mais tonan disô ! s’est-elle écriée : « Quand les Sargasses puent et empoisonnent tu peux tomber léta, il n’y a pas d’Etat. Je ne sais pas comment elle fait, mais la banane antillaise, elle peut tout obtenir. On dirait qu'elle peut envouter tout les gouvernements. Un coup à Droite, un coup à Gauche, elle sait faire tourner ses affaires, la banane !»

Il se raconte dans le pays Martinique qu'à Basse-Pointe, samedi, un ouvrier agricole courrait en criant que des zombies ont envahi la bananeraie où il travaille. Il affirmait avoir entendu les bananes chanter. Il a même juré avoir vu des régimes de bananes danser : « certains faisaient lafouka, oui ! »

Les médecins appelés en urgence, n'ont pas trouvé de médicament adapté à ce cas.

Au François deux personnes ont été prises de la même crise de panique. Comme il s'agissait de femmes, les voisins n’ont pas jugé nécessaire d’appeler un médecin, ayant immédiatement fait le diagnostique : « ce sont des hystériques ! »

Mais un peu plus tard, un homme est arrivé chez lui en hurlant, se précipitant à quatre pattes sous une grand-robe maternelle imaginaire. Sa femme ne portait qu’une leggins. Il repartit en courant. L’épouse en colère se leva de son tabouret où elle était tranquillement assise à moudre du café, en écoutant Francky Vincent. Elle se mit à poursuivre son malotru de mari, le moulin à café, brandi.

A Sainte-Marie, ville du Député Maire Nestor Azérot, ce sont deux ouvriers qui ont grimpé au même cocotier pour fuir un régime de bananes, qui dans sa danse ensorcelée a levé un coutelas et coupé en deux un tambour.

Pendant que le couple panique-et-colère, se donnait en spectacle dans son quartier du François, « Radio Boispatate » annonçait en premier titre du journal de 18 heures, que plusieurs cas de folie ont été constatés autour des bananeraies du Nord-atlantique et d’autres communes seraient concernées.

Le journaliste informa qu’un grand professeur de psychiatrie, qui nous a fait l’honneur de quitter les grands hôpitaux de la Métropole, pour venir exercer son art sous nos cocotiers, sera l’invité du journal. Il tentera d’expliquer ces étranges attaques de panique.

Le journaliste ajouta que si le vénérable professeur ne trouve pas de réponse médicale, il sera fait appel à Juvénal Rémir, qui connaît bien les joies de la banane et pourrait savoir ce qui peut la faire danser.

Mais à tout seigneur, tout honneur, c’est par la visite de la ministre de l’outremer, Erika Barreigts, que s’est ouvert le journal de radio Boispatate. La nouvelle locataire de la rue Oudinot, troisième ministre en visite en Martinique depuis mai dernier, était très attendue par les planteurs, après le passage de Matthew. Ce cyclone passé tellement gentiment chez nous que le Préfet n’a pas jugé utile de déclencher l’alerte Orange assez tôt pour que les entreprises libèrent leurs salariés, leur évitant ainsi de se mettre en danger sur les routes où tombaient des arbres et des roches. Les premières rafales de vent se faisaient déjà sentir quand des centaines de personnes entraient à leur domicile. Le directeur régional de Météo France, Jean-Noël Degrace, avait pourtant annoncé : « Il y a 60 % à 80 % de risques d'avoir des conditions difficiles en Martinique. » Matthew a continué sa route et causé des dégats mortels dans d'autres pays de la Caraïbe et d'Etats d'Amérique du Nord.

Mais il y a eu des dégâts dans la banane, pas catastrophiques certes, mais assez pour que les planteurs demandent que l’état de catastrophe naturelle soit reconnu par le gouvernement, leur ouvrant droit à des indemnisations. Même si les subventions européennes continuent à arroser les plantations chaque année, les planteurs ont le sait, sont toujours dans le besoin.

Alors que le professeur de psychiatrie enfilait sa cravate et que Juvenal Rémir faisait déjà démarrer son 4X4 pour se rendre dans l'en-ville, la nouvelle est tombée : Au François, dans la ville du Député-Maire PPMiste, Maurice Antiste, la ministre des colonies a annoncé que la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle est en cours, la procédure sera donc enclenchée pour les indemnisations des planteurs.

La décision a été rapide, même si les centaines de personnes qui ont subi les conséquences des algues Sargasse, n'ont pas été entendues par le gouvernement. Un gouvernement qui ne  risque aucune critique, puisque quand c’est pour la banane, aucun élu d’aucun bord politiques n’est vent débout. Pour elle, il sont tous bandés comme un ti-nain (banane verte) qui cherche sa morue.

Radio Bois Patate a du réorganiser ses programmes, tout le monde ayant compris pourquoi les bananes dansaient. Quand aux paniqués qui couraient partout, fuyant des zombis malfaisants qui provoquaient les danses parfois osées des régimes de bananes, ils sont devenus la risée de leur quartier et n’ont même pas eu droit à une journée de repos, pour se remettre de leur émotion. Sé pri fin.

Man Lélé

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Rédacteur en chef de « France-Antilles », Rudy Rabataly nourrit la rubrique « Pawol anba fey » qui est aussi le titre d’un recueil de ses chroniques (Editions Jasor), publié en 2012.

L’approche de l’élection présidentielle française fait rire ou pleurer, tellement les citoyens ne croient plus en la politique.

L'élection présidentielle française a secoué les dernières colonies de la France, notamment la Martinique ou, même si La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon l’empor

Articles récents

Enfin une décision concernant ce TSCP : Alfred Marie-Jeanne demande à la CACEM « de prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires pour assurer GRATUITEMENT le

L’affaire a été révélée par la presse, suite à un testing commandé par la ville de Villeurbanne (Rhône), en partenariat avec le Défenseur des droits, Jacques Toubon.

Dimanche dernier 17 septembre, Louis Boutrin, conseiller exécutif de la majorité à la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) et à ce titre Président du Parc Nat

L'alerte Violette a été annoncée par la Préfecture de Martinique, un peu avant 11h30. La population est invitée à se confiner.

On croit être en plein cauchemar, les yeux ouverts.

Pages

1 2 3 4 5 »