Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Après 76 jours de grève, les agents du Parc Naturel Régional ont enfin obtenu la signature d’un protocole de fin de conflit. Il leur a fallu résister, essuyer mépris et injures, leurs revendications étant qualifiées de revanche politique de l’opposition PPM qui gérait l’ex Conseil Régional, avant la naissance de la nouvelle Collectivité Territoriale de Martinique. 

Ce conflit a eu pour point de départ le licenciement annoncé du DGS, Ronald Brithmer, pour « insubordination », par le président du Parc Naturel Régional de Martinique, Louis Boutrin. « La goutte d’eau qui a fait débordé le vase » avaient tout de suite annoncé les agents grévistes, qui subissaient déjà le mauvais climat de travail instauré par les méthodes de management du président.

 

Après ces 76 jours de grève, le protocole signé précise que :


« Les agents grévistes ne seront victimes d’aucune sanction directe ou indirecte du fait de leur participation au conflit.

L’ARACT ou l’Association des médiateurs sera missionnée pour intervenir sur l’amélioration des conditions de travail, des relations internes dans le cadre des règlements et dispositions en vigueur.

Un comité paritaire de suivi sera mis en place pour la vérification de l’application de ce présent accord. Il travaillera en liaison avec le CHSCT.

 

 

Le Directeur Général des Services a été licencié après avoir été trainé dans la boue, coupable d’être un Martiniquais Directeur dans son pays et de bénéficier du salaire correspondant. Sa fiche de salaire a été publiée, échangée sur les réseaux sociaux, comme l’objet du délit d’un voleur. L’histoire retiendra qu’aucun cadre supérieur, venu d’ailleurs, n’a subi un tel lynchage.

Notre rédaction n’a pas été épargnée pour avoir relaté les faits, alors même que le président du Parc Naturel, élu de la majorité politique au pouvoir à la CTM, bénéficiait de nombreux médias et blogs pour déformer la réalité, dans le but de régler des comptes politiques, sur le dos de salariés.

Les responsables politiques ont nié la soufrance de ces femmes et ces hommes libres qui réclamaient le respect de leur dignité au travail. Une dignitée bafouée par les comportements autoritaires d’un président, qui dans tous les secteurs où il a été désigné responsable grâce à son poste d’élu de la CTM, est contesté.

Il est à souhaiter que les salariés qui ont eu le courage de se battre, reprennent le travail dans un climat serein, qu’ils trouvent la force de regarder sans haine leurs collègues qui ont choisi le camp du chef Boutrin, qui n'hésitait pas à demander aux agents les plus précaires, de choisir leur camp.



En Martinique et ailleurs, des barrages sont souvent posés en signe de protestation devant les entreprises lors des conflits sociaux. Au Parc Naturel Régional, des salariés non-grévistes ont osé enlever, avec l’aide du secrétaire général de la CFDT, Eric Picot, les barrages installés devant le siège du Parc. La politique s’étant mêlée à cette grève, elle a été celle de tous les excès.

Lisa David
 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Un article paru sur le site de la télévision publique, qui comme d’habitude reprend comme un service de communication, les annonces

Au Sommet UE-CELAC (Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes), (10-11 juin 2015), l'Union européenne (UE) a signé un n

Depuis 3 jours des femmes et des hommes soucieux de l’avenir de la jeunesse martiniquaise, viennent  brandir leurs affiches ou bande

Pages

« 216 217 218 219 220 »

Articles récents

Vendredi 31 janvier 2014 se tenaient les derniers préparatifs pour l’entrée dans la nouvelle année lunaire du cheval de bois, le soir même à minuit.  A Tahiti, le passage au nouvel an chinois se fê

Pages

« < 215 216 217 218 219 »