Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

En consultant la presse sur le Net, on peut difficilement y échapper. « Rencontres DOM-TOM » est presque partout dans la rubrique « Contenus sponsorisés », située en dessous des articles dans de nombreux médias en ligne. Freepawol est allé voir ce qui se cache derrière cette invitation et on peut s’étonner qu’au moment où le gouvernement envisage des lois pour protéger les mineurs, un site qui s’approche davantage de la pornographie et de la prostitution en ligne puisse s’afficher aussi facilement.

Vous vous intéressez aux réactions dans le monde après l’annonce dangereuse de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et vous croisez ce visage d’une femme Noire qui vous invite aux rencontres dans les DOM-TOM. Manifestement les propriétaires ont de confortables revenus, pour occuper ainsi les espaces publicitaires de la presse écrite et audiovisuelle en ligne.

 


Tout paraît très convivial en lisant la page d’accueil du site de « rencontre » : « Nous avons sélectionnez pour vous les meilleurs sites de rencontre pour les DOM-TOM ». La faute d’orthographe dès la première ligne étonne, mais on sourit en lisant :

« Il n’est pas toujours facile de faire des rencontres en dehors de la Métropole. Nous avons testé pour vous tous les sites de rencontre avec tchat gratuit et nous avons sélectionné le meilleur pour chaque département. Testez et rencontrez une personne pour une relation sérieuse ou juste pour passer une bonne soirée près de chez vous en quelques clics ! »

Nous voilà parti pour les clics qui permettent de découvrir les rencontres dans les différents pays ensoleillés. Un paragraphe plus loin, l’aventure en colonie se révèle plus sexe que sourire. Difficile pour les responsables du site de ne pas déshabiller rapidement leurs intentions.

« Kiss La Réunion » Rencontres sans prise de tête, avec 85 000 membres annoncés. 

«FCKBook Gwada» Réseau social pour adultes (41 000 membres).

«Meet Madinina» Rencontres coquines (43 000 membres)

« Kanake Flirt » Géolocalisation des filles (24 000 membres)

Polynésie Book » Réseau social pour adultes (43 000 membres)

RDV Lagwiyann » Petites annonces coquines (24 000 membres).

« Clic Maoré » Rencontres d’un soir (20 000 membres).

Les choses se précisent rapidement

Un paragraphe est consacré aux « raisons du succès des sites de rencontre dans les DOM-TOM. On y apprend que :

« Les femmes des DOM-TOM sont nombreuses à rechercher l'amour et la plupart aujourd'hui passe par Internet ! Certaines sont des femmes mariées qui s'ennuient avec leur mari, d'autres vont plutôt rechercher un sexfriend qui saura répondre à leur attente... Désormais trouver un partenaire devient facile grâce à notre sélection de sites pour plan cul spécial DOM-TOM.  

 

Toujours au paragraphe conseils :

« Lors de votre première rencontre, soyez prévoyant et prenez sur vous plusieurs préservatifs ! On n'est jamais à l'abri d'un problème technique, et de toute façon, nos membres sont assez gourmands pour qu'une seule ne suffise pas ! Cela serait dommage de finir une soirée trop tôt à cause de ce genre d'oubli n'est-ce pas ? 

Pour votre premier rendez-vous, nous vous conseillons un endroit public, afin de ne pas effrayer les membres. Si tout se passe bien, rien de vous empêche ensuite de l'inviter chez vous pour un diner romantique... »

A Mayotte des filles venues d’où ?

Nous poursuivons la visite et choisissons d’aller voir ce qui est proposé à Mayotte, département français où la population majoritairement de religion musulmane est jeune, souvent pauvre et où le chômage sévit. C’est parti pour un « Clic Maoré ».

Pas le temps de lire l’annonce en première page, une image surgit et c’est déjà le « premier message reçu » montrant la photo suggestive d’une jeune fille, « Florise 18 ans de Mayotte. » qui vous invite : « Pour lire son message et lui répondre
inscrivez votre adresse email »
. Nouvel essai et c’est une autre fille qui apparaît : « Tal, 25 ans ».

Quand vous avez enfin accès au texte, une image surgit en bas à droite : « Isa a posté une nouvelle vidéo, soirée cokine à la maison. » Et là vous êtes averti : « Ceci n’est pas un site de rencontre !  Vous risquez de voir des Mahoraises que vous connaissez. Merci de rester discret ! »

Ensuite il faut répondre à quelques questions, exemple :

«Beaucoup de ces mahoraises sont des célibataires désespérées qui trompent leur mari et qui recherchent de l'amusement. Elles pourraient être vos voisines, ou quelqu'un que vous connaissez. Êtes-vous d'accord de garder l'identité de ces femmes en secret ? » Entre autres il est aussi demandé : "Quel genre de relation recherchez-vous ? A choisir : Boire un coup, Diner romantique, Amitié, Rencontre amoureuse, Mariage.»

 

Même si vous ne répondez pas aux questions, que vous n’avez choisi aucun âge ou profil de filles, il vous est annoncé que « 38 Mahoraises correspondent à 94%. Des photos surgissent sans cesse pour vous retenir. Exemple celle de Nellie, « pour un plan rapide chez moi ce soir.» Les clients ne semblent pas pressés pour le plan.

Une fois validée la majorité en cliquant simplement sur un oui, vient l’étape de la bourse. Votre identité n’est pas demandée, seulement le numéro de votre carte de crédit (qui dira votre identité) pour un montant de 0,00 € et une précision « Votre carte ne sera pas débitée pour confirmer votre majorité. » 

Inutile d’essayer de continuer sans avoir livré tous les éléments de votre carte bancaire, (même les trois chiffres de sécurité au dos) qui permettent d’avoir accès à votre argent.  Mais en bas de page des photos sans aucune ambiguïté sont là pour attirer le chaland : « elles habitent près de chez vous ».

On ne vous laissera pas partir, tout est prévu pour que vous sortiez la carte de crédit. Une petite enveloppe verte vous signifie encore que vous avez reçu un message. Allons-y voir. Même s’il faut montrer patte bleue pour vérifier votre majorité, quatre photos de filles sont affichées sous la case à remplir pour la carte de passage. Ces photos qu’on peut voir sans avoir payé, donc accessibles pour un mineur, sont plus qu’osées.

Le Procureur de la République de Martinique refuse de répondre à nos questions

La Martinique étant concernée, nous avons tenté de rencontrer le Procureur de la République pendant plusieurs semaines pour l’interroger sur la légalité d’un tel site, nos tentatives sont restées vaines. Il a d’abord voulu prendre le temps de se renseigner. Nous lui avons adressé un mail en octobre dernier, avec des photos ne laissant aucun doute sur la réalité des faits qui justifient notre enquête. Mais presque deux mois plus tard, le chef du Parquet de Martinique ne répond plus.

Nous publions ces photos du site que nous avons envoyées au procureur de la République (en floutant ici, l'une d'elle qui ne fait auncun doute sur le cractère du site). Nous avons pu les consulter, sans avoir communiqué les références d'une carte de crédit. Ce que peut faire à partir de sa tablette ou son smartphone, un enfant de 11 ans naturellement curieux. De très nombreux enfants surfent seuls sur le net, devenu leur média préféré où ils échangent sur les réseaux sociaux, les messageries instantanées ou via des chats.

Quand Rencontres DOM-TOM où le client est géolocalisé, annonce « Votre carte ne sera pas débitée pour confirmer votre majorité », peuvent-ils ignorer que la curiosité peut pousser à utiliser la carte de crédit d’un parent ?  Ce site présente un danger pour les mineurs et nul n’ignore les conséquences, parfois catastrophiques, que représentent des images pornographiques, vues à un si jeune âge. 

Les autorités judiciaires sont-elles moins concernées quand la prostitution vise les jolies colonies de la France où on sait que le taux extrême de chômage des jeunes attire tous les trafiquants, qui profitent de leur situation de vulnérabilité ?


Réaction rapide du Parquet à Paris

Quand en octobre dernier un site norvégien de « rencontres en ligne » a fait circuler dans Paris des affiches visant les étudiants, une enquête pour « proxénétisme aggravé » a été ouverte immédiatement. Si les sites de rencontres sont autorisés, la prostitution en ligne ne l’est pas. La loi du 13 avril 2016 interdit l’achat d’actes sexuels. La justice en France n’ignore pas que depuis l'entrée en vigueur de la loi pénalisant les clients de prostituées il y a un an, le phénomène s’est déplacé de la rue vers les sites d'annonces en ligne. Les asociations qui travaillent sur la prostitution constatent que dans les appartements, les filles sont plus exposées aux violences.

La surprise du drapeau Rouge, Vert, Noir pour Meet Madinina

La seule image qui surprend sur ce site dont le but ne fait aucun doute, est celle des drapeaux choisis par ses propriétaires. Pour aucun des pays des outre-mer ne figure le drapeau français Bleu,Blanc,Rouge. Les Antillo-Guyanais affichant de plus en plus fièrement leur drapeau, on se s’étonne pas du choix fait dès la page d’accueil. Mais pour la Martinique c’est l’insupportable emblème aux 4 serpents qu’on découvre avec dégout. Le drapeau Rouge,Vert,Noir n'apparaît que quand on entre dans le vif du sujet.

 

En visitant le site, vous êtes géolocalisé et les propositions non loin du lieu où vous êtes repéré, surgissent. Exemple Philogone qui propose « un plan rapide chez moi ce soir ». Un vrai catalogue de prénoms ! La visite de Meet Madinina révèle que les inscriptions ne sont point gratuites, alors si vous croyez au piège de la carte de crédit pour vérifier la majorité, la suite de la visite peut réserver bien des surprises. La preuve en une ligne : Offre limitée : fermeture des inscriptions gratuites pour les hommes dans 29 minutes (42 sec).

 

Quand nous avons visité le site en étant à Fort-de-France, beaucoup de rendez-vous nous ont été proposés par des filles, toujours avec la même adresse que nous ne manquerons pas de chercher. 

Selon l’association abolitionniste française, le Mouvement du Nid, aujourd’hui 62 % de la prostitution en France passe par Internet. Les contenus de « Rencontre dans les DOM-TOM » qui revendique plus de 200 000 membres, sont sexuellement explicites avec sous des photos suggestives de femmes proposant des « plan cul ». Pourquoi n’y-a-t-il pas encore, comme c’est le cas en France pour plusieurs sites, ne serait-ce que l’ouverture d’une enquête préliminaire pour proxénétisme aggravé en Martinique et dans les autres pays concernés ?

Lisa DAVID

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Serge Letchimy s'est indigné des propos tenus au sein de l'Assemblée Nationale à l'occasion du débat sur la Loi Asile et Immigration.

Les Députés de Martinique Jean-Philippe Nilor, Josette Manin et Serge Letchimy ont signé la motion de censure présentée par les groupes parlementaires Nouvelle Gauche,

Pages

« 216 217 218 219 220 »

Articles récents

Si les dernières élections municipales en Martinique ont eu au moins un mérite, c’est celui d’avoir permis de révéler l’impensé d’un certain nombre de commentateurs, journalistes

Une femme martiniquaise, Corinne Mencé-Caster,  compétente, respectée, admirée de celles et ceux pour qui elle travaille honnêtement, les étudiants, est attaquée pour son courage

L'information judiciaire pour «escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics en bande organisée », concernant le CEREGMIA (Centre d’Etude et de Recherche en Eco

Le  sixième Sommet de Chefs d’Etat et/ou de Gouvernement de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) se tiendra à  Mérida,  au Mexique, du 28 au 30 avril 2014.

Après la réunion tripartite de conciliation ce mercredi 2 avril entre l’intersyndicale, la direction de l’UAG et le Recteur des Universités de Guadeloupe, les syndicats font de la résistance et inv

Pages

« < 216 217 218 219 220 »