Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’écrivain Patrick Chamoiseau (Prix Goncourt 1992) qui  avait été recruté comme chargé de mission par Serge Letchimy, président de l’ex Conseil  Régional, pour piloter le projet du Grand Saint-Pierre et Embellie des Trois-Ilets, a démissionné de ses fonctions à l’arrivée d’Alfred Marie-Jeanne à la tête de la nouvelle Collectivité Territoriale de Martinique en décembre 2015. Ces projets qui étaient censés révolutionner l’imaginaire, ont rejoint les tiroirs surchargés de l’inachevé politique en pays dominé. Mais l’écrivain continue à réfléchir au développement de son pays natal et il écrit son inquiétude face à la montée annoncée des océans et ses conséquences dans une Martinique où « nos 34 communes ont organisé leur centre, leur cœur, leur âme, sur la frange littorale, à quelques mètres des premières vagues. »

Au cours des quinze à vingt ans qui viennent, la planète terre aura bien
 entamé une nouvelle jeunesse.

Dans le renouvellement de cet écosystème, il est à craindre une montée plus ou moins considérable du niveau de la
mer.

Quelle que serait l'ampleur du phénomène ?

·      Difficile à dire, mais il est inévitable que tout le littoral martiniquais se voit sérieusement avalé, creusé, - à tout le moins : très méchamment redessiné. 

·      Or, 27 de nos 34 communes ont organisé leur centre, leur cœur, leur âme,
sur la frange littorale, à quelques mètres des premières vagues.

·      Qu’en subsistera-t-il ?

·      Mystère.

·      A cela s'ajoutent l'actuelle lacune sismique et les bouleversements climatiques : cyclones, foudres, séismes et tsunamis...

·      Dans certaines conjonctions, la dévitalisation risque d'être totale. 

·      Et donc : envisager les années qui viennent sans une stratégiede redéploiement constitue plus qu'une aberration. 

·      Cela relève du crime.

Stratégie de redéploiement cela veut dire que la puissance publique exige
de chaque commune littorale qu'elle dispose d'un plan de redéploiement de son
centre, de ses lieux, de ses édifices stratégiques, vers les hauteurs et les
terres intérieures. 

Étalés sur dix à vingt ans, ces plans communaux feraient l'objet d'une priorité stratégique, d'un accompagnement financier massif et d'une réforme agraire.

Ces plans constitueraient une des politiques publiques majeures de la
future collectivité territoriale. 

Cette stratégie de redéploiement serait une des données
incontournables, voire opposables, du SAR.

Cette stratégie de redéploiement serait un des piliers de tous
les prochains plans opérationnels des fonds européens. 

Stratégie de redéploiement, veut dire : responsabilisation véritable nouveau partage des terres - mais aussi et surtout : chantiers, emplois, formations, métiers divers, redynamisations économique, technologique, territoriale, sociale, sociétale, culturelle...

            En clair : une nouvelle jeunesse.

 

Patrick CHAMOISEAU – 2014.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le site ayant été piraté voir ici sur le blog Médiapart : 

La centrale bagasse-biomasse ALBIOAMA n’est plus seulement une menace pour l’environnement, elle est en train de devenir une fumée polluante qui envahit le monde politi

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »