Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La grève déclenchée au Parc Naturel de Martinique à cause du licenciement du Directeur Général des Services, par le président élu de la CTM, Louis Boutrin, dure depuis un mois. Les salariés du Parc, nombreux à travailler avec un statut précaire en CDD, subissent un harcèlement continu, un chantage à l’emploi qui a détérioré les conditions de travail. Les élus du Syndicat Mixte du Parc ont par courrier demandé une réunion en session extraordinaire, refusée par Louis Boutrin au prétexte de la non représentativité d’une élue. Il a finalement décidé de convoquer cette réunion le 17 novembre prochain. Le DGS, Ronald Brithmer licencié pour « insubordination » et qui subit un lynchage médiatique où se mêlent intérêts politique et une conception macoute du pouvoir, continue de bénéficier de soutiens, sa compétence et son sérieux à son poste, étant reconnus. Mardi 14 novembre les grévistes se rendront à la plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique, pour tenter une nouvelle fois d’être entendus par les élus. Rencontreront-ils le déploiement de vigiles qu’on a vu lors de la dernière plénière pour leur interdire l'accès ?

 

 

L’association des Directeurs des Parcs Naturels Régionaux apporte son soutien à Ronald Brithmer

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La table ronde organisée hier mercredi 24 février à l’ancien Conseil Régional de Martinique a  commencé dans une ambiance tendue, les pompiers et personnels administrat

Après 45 jours de grève les salariés du Parc Naturel, faute de négociation, réclament la désignation d’un médiateur pour qu’enfin soit réglé ce conflit qui a démarré su

Le 25 juin 1805, vente, pour 850,0 Mardi, le Président de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne, a fait appel aux forces de l'Ordre, pour fair

Pages

« 3 4 5 6 7 »

Articles récents

Notre article a t-il réveillé le Président de l’Université des Antilles, Eustase Janky ?

On peut s’étonner du silence du Président de l’Université des Antilles, sur la crise que traverse l’institution depuis la décision de la Cour d’Appel de lever l'interdiction de pénétrer sur le camp

« Je vais te faire l'opération... J'espère que tu ne dormiras pas chez toi. Tu auras deux oreilles arrachées..

Les étudiants réclament du respect, et il était temps.

Le LKP met l’Etat français et les responsables politiques guadeloupéens face à leur responsabilité dans la dégradation générale que connaît la Guadeloupe.

Pages

« < 3 4 5 6 7 »