Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’appel est apparu sur Facebook dans la semaine, le rendez-vous pris pour le samedi 9 avril, à 19 heures sur La Savane à Fort-de-France. La Nuit debout martiniquaise est née et on peut considérer que c’est déjà un petit succès, puisque un peu moins d'une centaine de personnes se sont rassemblées sur le gazon pour discuter de ce mouvement qui a débuté sur la place de la République à Paris, à l’issue de la manifestation du 31 mars contre la loi El Khomri. Jusqu’à très tard dans la nuit jeunes, moins jeunes, chômeurs, salariés, retraités ont dit pourquoi en Martinique, les citoyens ne peuvent pas rester en dehors de ce mouvement populaire, qui permet au peuple de prendre la parole et de peser sur son destin. Dès ce dimanche soir, les indignés de Martinique se retrouveront au même endroit à 19 heures. Nous vous proposons les photos pour ce premier soir et nous ferons le point régulièrement.

Pour ce premier soir, les prises de parole ont été nombreuses pour que chacun explique les raisons de sa présence, le sens de la mobilisation en Martinique ou ce qu’est la loi El Khomri qui menace l’avenir des salariés, mais plus largement tous les citoyens quand celles et ceux qui travaillent sont renvoyés au moyen-âge, sans droits. Des propositions d’organisation ont été émises pour que la Nuit debout martiniquaise soit une occasion d’organisation solidaire, qui s’installe dans le temps.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Alfred Marie-Jeanne avait demandé aux organisations syndicales qui ont appelé à la grève, de débloquer les lycées et collèges avant toute négociation.

Lundi il y aura 6 jours que la grève est commencée à la CTM et le climat de haine politique qui y règne, peut légitimement inquiéter.

Alfred Marie-Jeanne, le président de la Collectivité Territoriale de Martinique et son premier vice-président Daniel Marie-Sainte, ont rencontré ce jeudi une délégation de l’intersyndicale des chef

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

Pages

1 2 3 4 5 »