Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Toutes les propositions du gouvernement grec ayant été rejetées depuis des mois par les créanciers du pays, la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI), le peuple a été appelé à se prononcer hier dimanche sur l’accord « réformes contre argent frais». Le Non l’a emporté à 61,31%, les Grecs ont ainsi renouvelé leur confiance à leur gouvernement pour trouver des solutions qui ne favorisent pas que les plus riches. Dans les jours qui viennent, on saura si la démocratie a un sens pour les dirigeants européens et le FMI. Par leurs réponses à la crise qui a déjà appauvri les habitants, détruisant le système de santé, les créanciers diront si les peuples doivent être punis quand ils osent se prononcer sur leur avenir. Pour le CNCP (Conseil National des Comités Populaires), les Grecs ont répondu : « Non ! Vous ne nous volerez pas nos vies ! » 

 

 

« NON ! VOUS NE NOUS VOLEREZ PAS NOS VIES !  

  VOILA CE QU’A DIT LE PEUPLE GREC.

 

Enfin ! La Grèce sort de l’inconnu! Pendant que les propagandistes du libéralisme sauvage agitent leur épouvantail, le peuple Grec a signifié que l’incertitude et l’irresponsabilité consistaient précisément  à  rester sous la coupe des spéculateurs et des usuriers ! Les économistes de service et les politiques aux ordres ont eu beau rivaliser dans la désinformation, le peuple Grec a compris que  les institutions financières et leurs gouvernements relais n’ont jamais « aidé la Grèce » en réduisant les salaires et les pensions ou en détruisant le secteur public, mais que leur seule préoccupation était d’aider les spéculateurs à rafler la mise. Les efforts  pour attiser les égoïsmes et les chauvinismes afin d’isoler le peuple Grec ont été vains. Sa résistance  a recueilli encouragement et soutien  de la part de tous les autres peuples européens. Ceux-ci ont bien compris que le pillage dont ils sont victimes ne cesserait absolument pas même si les « créanciers » parvenaient à étrangler le peuple Grec.

Enfin !  La Grèce pourra envisager la fin de la faillite! Pendant que  les profiteurs  crient au loup,  le peuple Grec énonce que  sa faillite à lui  est fruit de l’austérité et qu’il s’agit de reconstruire une économie qui soit au service des êtres humains !

La poignée des mercenaires du capital qui dirige l’Union Européenne fulmine. Tous ses efforts pour imposer sa dictature sont mis à mal par le courageux  verdict du peuple Grec. Consultés, les peuples Français et Hollandais avaient dit non à la vision antidémocratique et antisociale d’une Union Européenne soumise aux banques et aux multinationales. Leur choix avait été piétiné. Le recours aux référendums avait, alors, été  purement et simplement balayé, combattu même, comme cela a été le cas en Grèce. Le bradage des services publics, la surexploitation des classes populaires et des classes moyennes pouvaient désormais  se généraliser.

Confortant les résistances qui germent partout en Europe, le Peuple Grec  a répondu aux raquetteurs : « NON ! ». « Non ! Vous ne nous volerez pas nos vies ! »

Robert SAE

Responsable aux affaires extérieures du CNCP

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le 2e Sommet UE-CELAC s’ouvre aujourd'hui à Bruxelles où pendant deux jours le

Les Vénézuéliens étaient appelés ce dimanche 16 juillet à voter, lors d’une consultation populaire organisée par l’opposition sans l'aval des autorités, dans le but de rejeter la future Assemblée c

La secrétaire d'Etat adjointe pour l'Amérique latine, Roberta Jacobson,  se rendra dans la capitale cubaine où débuteront à partir du 21 janvier, des entretiens en vue de la normalisation des relat

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Entre l'Espace Sud et la Société de restauration collective Datex, de Muriel Palandri, la justice tient la louche.

La Compagnie Foyalaise de Transport Urbain (CFTU), laisse régulièrement les usagers sur le bord des routes.

La Confédération Générale des Travailleurs Martiniquais (CGTM) appelle à la grève ce vendredi, pour une augmentation générale des salaires des travailleurs du secteur p

Sur la Rocade de Fort-de-France, le radar situé dans le sens Schoelcher vers le Lamentin est habillé d'un gilet jaune.

Le gouvernement a choisi d'envoyer l'armée en renfort face aux Réunionnais en gilets, qui ne sont pas que jaunes.

Pages

1 2 3 4 5 »