Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Amériques

Elle était à peine capable de marcher une semaine avant, à cause de la goutte. Mais Calypso Rose a trouvé l'énergie pour séduire son public, à Brooklyn qui lui a rendu hommage dimanche dernier. La ville a voulu honorer la femme qui « a brisé le plafond de verre» dans le monde du calypso. Calypso Rose a été la première femme à gagner la Road March en 1977. Avant cette victoire, on parlait de Calypso King. Le trophée a été rebaptisé Calypso Monarch.

 

«Chaque fois que vous voyez une femme chanter le calypso aujourd'hui, c’est grâce à Calypso Rose », a déclaré Harold Pysadee, une personnalité de la radio et maître de cérémonie.

Reconnue comme « Calypso Queen of the World », Calypso Rose, née McCartha Linda Sandy-Lewis à Tobago, a écrit son premier morceau de calypso à 15 ans, c’était en 1955.

Au Brooklyn Christian Center où une cérémonie de plus de 3 heures lui a été consacrée, les nombreux intervenants ont vanté le talent de la chanteuse caribéenne.

Notant l’importance de la communauté des Caraïbes, la plus grande population de personnes des Caraïbes en dehors des îles, « essentielle pour tous les secteurs de la vie de notre ville», le maire de New York , Bill DeBlasio, a déclaré que cet hommage à Calypso Rose  est «une merveilleuse occasion de célébrer l'une des pionnières » du calypso.

« En partageant les sons riches et les rythmes contagieux de Trinidad-et-Tobago, Calypso Rose a fait un grand cadeau au monde », a déclaré DeBlasio dans son message. « J’applaudis son talent extraordinaire et l'héritage distingué, qui enrichit la ville à travers les cinq arrondissements et bien au-delà. »

« Au nom de la Ville de New York, Chirlane et moi disons nos félicitations à Calypso Rose pour son doctorat honorifique décerné par l'Université des West Indies et lui disons nos meilleurs vœux pour une célébration joyeuse. Que son succès continue d’unir le monde à travers la chanson », a ajouté le maire.

Le révérend Dennis Dillon, pasteur et fondateur d'origine jamaïcaine du Brooklyn Christian Center, a dit qu'il était « reconnaissant » pour « le leadership de Calypso Rose, son inspiration pour faire ce que peu de gens ont fait. »

« Beaucoup de gens au Christian Center dansent souvent sur votre musique», a t-il ajouté en regardant Calypso Rose, assise au premier banc. «Nous vous saluons, vous êtes une source d'inspiration pour nous tous. »

Mgr Dillon a rappelé que « Calypso Rose est le Dr Lewis McArtha », faisant allusion au doctorat honorifique, décerné récemment à Calypso Rose par l'Université des Antilles.

Ont suivi des hommages en chansons, des discours, des danses, des poèmes, avant que Calypso Rose ne s’exprime : « La semaine dernière, je ne pouvais pas marcher. Merci Dieu pour la médecine de brousse. »

Elle a ensuite chanté de grands succès de son répertoire très diversifié, ainsi que du gospel contemporain et des chants de Noël, sans oublier de dire : « Merci Dieu de m’avoir donné l'inspiration pour écrire mes chansons. »

Calypso Rose a fait trembler le centre avec son énergie et ses titres comme « Jesus is My Rock »,  « You Must Call », « Coming up the Mountain »,  « Senior Citizen Day »,  son célèbre « Fire, Fire » écrit en 1966 et « O Christmas ».

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Avec « Cry To Me », Skyp Passer Marley signe son arrivée dans le monde de la musique.

Ce mardi soir 7 mars Makadanm Street fera un clin d'oeil à l'Afrique, en signe de bienvenu aux Amazones d'Afrique qui à l'occasion de la journée de la femme, seront en

Pascale Pidibi poursuit son parcours musical, appuyé sur la base du Bèlè.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

À l’occasion du 10èmeanniversaire de la mort d’Aimé Césaire et à l’initiative de la Collectivité Territoriale de Martinique, une exposition itinérante gratui

Figure de proue de l’élite intellectuelle afro-américaine, Ta-Nehisi Coates, né en 1975 à Baltimore (Maryland) est aussi un journaliste influent.

Suite à notre article paru hier 4 octobre 2018, la Direction du Centre Hospitalier et Universitaire de Martinique a c

Les Martiniquais connaissaient déjà l’état de délabrement du Centre Hospitalier Universitaire abandonné par l'Etat, mais en découvrant indignés les mots employés dans l

Pages

1 2 3 4 5 »