Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Un post publié sous le profil « Forces de Sécurité Françaises » fait le buzz sur Facebook, où s’affichent le meilleur et le pire, depuis le passage de l’ouragan Irma. Ce témoignage annoncé comme étant celui d’un gendarme en poste à Saint-Martin, indigne, sans étonner vraiment.

En lisant ce post sur une page Facebook « Forces de Sécurité Françaises », comment croire que des gens qui ont un tel mépris pour les habitants des pays dits "d'outre-mer" peuvent assurer leur sécurité, ont envie de les aider, de les secourir ?  

Et si nous n’avions que le mépris que nous méritions, a force de subir, de ne pas voir que nous sommes capables de gérer notre propres affaires. A force de ne pas avoir confiance en nous-mêmes.

Et si nous étions capables d'arrêter de nous attribuer, comme le font nos ennemis, les défauts que les maîtres de la plantation nous ont entrés dans la tête pour mieux nous asservir ?

Irma nous démontre, une fois de plus, que nous ne sommes que des « Français » dont les pays assurent la grandeur coloniale de la France. Point barre.

Quel que soit le « département français »  de leur « outre-mer » où un ouragan frappera, ce sera le même traitement, la même manipulation, la même désinvolture au niveau de l’Etat français.

A travers son manque d’anticipation alors que l’ouragan dévastateur était annoncé, le message envoyé par l'Etat est clair : les colonies ne sont que des colonies. Il suffisait pour nous de le savoir, de ne pas l'oublier.

La suite n’est que blabla de désespoir face à notre rêve mal papaye, d’être des Français comme les autres.

Lisa David

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

L’information était apparue sur le Net, suivie de démentis.

La lecture du journal anglais « Dailymail » de ce lundi 4 août 2014, frappe de stupeur.

Le gouvernement des Bahamas a considéré comme  «malheureux» le commentaire qui aurait été fait par de hauts fonctionnaires de l'Association Grand Bahama des droits de l

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

La commémoration de la libération des esclaves le 22 mai 1848 en Martinique, a été salie à Sainte-Philomène, lieu historique de la révolte dans la ville de Saint-Pierre

Cuba est endeuillé après l'accident d'avion qui s'est produit ce 18 avril 2018, aux environs de midi. Une centaines de victimes est à déplorer.

Un héritage peut virer au cauchemar. La maison obtenue peut cacher des fissures où une invasion de thermites.

Si les cyclones qui frappent la Caraïbe en évitant la Martinique, arrangent des fois le tourisme au pays, celui provoqué par Karine Mousseau, présidente du Comité

Des élus du MIM, mais pas qu’eux, se sont abstenus lors du vote du budget du Comité Martiniquais du Tourisme et pour sa présidente Karine Mousseau, soutenue par Yan Mon

Pages

1 2 3 4 5 »