Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Société

Yvette D. Clarke a exhorté ses collègues à la Chambre des représentants des États-Unis, à ne pas supprimer la protection juridique des enfants pour tenter de résoudre la crise humanitaire dans laquelle ils se trouvent. Plus de 50 000 enfants immigrés sont actuellement détenus aux USA.

Fille d'immigrants jamaïcains, représentante du 9ème arrondissement du Congrès à Brooklyn, Yvette D. Clarke a déclaré : « Je crois que nous avons la responsabilité de démontrer de la compassion envers ces enfants, qui ont droit à l'application régulière de la loi, lors des audiences en matière d'immigration». «Beaucoup de ces jeunes femmes et jeunes hommes pourraient être admissibles à l'asile, à la loi applicable à tous ceux qui ont souffert de persécutions, ou ont une crainte légitime de persécution», a déclaré Madame Clarke.

 «Ces enfants devraient avoir accès à des conseils juridiques et à la possibilité de présenter leur demande d'asile », a t-elle poursuivi. «Je suis prête à appuyer le plan du Président Obama pour améliorer la sécurité à la frontière et d'accélérer la présentation des enfants non accompagnés devant les juges de l'immigration, avec les protections que notre Constitution exige. »

La représentante du Congrès a précisé que la plupart des enfants arrivent du Guatemala, du Honduras et du Salvador, où des centaines d'enfants sont morts en raison de la violence des gangs, au cours des dernières années. En vertu d'une loi visant à prévenir la traite des personnes, les enfants qui arrivent à la frontière des États-Unis à partir de pays autres que le Canada ou le Mexique, sont autorisés à avoir une audience avec les autorités judiciaires de l'immigration pour demander l'asile. Pour elle, la suppression de crédits supplémentaires,  proposée par les Républicains, affaiblirait - et dans certains cas éliminerait – la protection de base des enfants victimes de la traite.

Elle a rappelé que l'organisation internationale des droits de l'homme, Human Rights Watch, a exhorté le Congrès américain,  à assurer les garanties de procédure aux familles de migrants et l'augmentation du financement pour les installations où sont détenus ceux qui traversent la frontière sud des États-Unis.

Human Rights Watch a averti que si le Congrès américain approuve la suppression d’un financement supplémentaire, il ne ferait qu'augmenter le nombre de familles et d'enfants qui pourraient être détenus, pendant des périodes prolongées.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Haut commissaire itinérant du Royaume Uni pour la Barbade et les West Indies, Victoria Dean,  a déclaré que son pays n'entendait jouer aucun rôle dans l'

Un grand groupe Afro Américain de New York a annoncé qu’il sera l'hôte du prochain sommet de la  Commission des réparations de la Communauté des Caraïbes  (CARICOM), au début de cette année.

Celui qui se décide à écrire à l’instant aime les musiques urbaines. Je ne suis pas de ceux qui les critiquent à tout va sans vraiment connaître leur essence.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »