Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Dès le lendemain du passage de la tempête tropicale Erika qui a durement frappé l’île de la Dominique le 27 août dernier, faisant plus d’une trentaine de morts et de nombreux disparus, la solidarité s'est organisée partout dans la Caraïbe. Les Martiniquais ont à cette occasion démontré les liens forts qui unissent spontanément les peuples de la Caraïbe. Mais c'est peu de dire que la télévision publique reste à coté de la plaque, hors des réalités des peuples de la Caraïbe. Un reportage diffusé le 11 septembre par France Télévision baptisée localement « Martinique 1ère », pourrait s'intituler « Destruction massive autour de la solidarité.

Sur la chaine publique ce 11 septembre ce fut un torrent de mots qui assomment, comme pour minimiser ou détruire plus vite qu’Erika, l’énorme travail accompli en peu de jours par des bénévoles qui se sont organisés sur les réseaux sociaux, pour venir en aide à la population de la Dominique.

« On retrouve des produits périmés, des objets hors d’usage ou inadaptés, tout cela dû à la maladresse de donateurs ou au manque de formation de certains bénévoles… »

Sans apporter un seul élément de preuves, le torrent emporte sur son passage médiatique, tout l’élan de solidarité de marins-pêcheurs qui ont pris la mer pour transporter les vivres et objets de premières nécessités offerts par la population et recueillis par ces valeureux et admirables bénévoles.

Leur indignation est compréhensible, ils la manifestent dans un texte « Droit de réponse du réseau citoyen et solidaire » et par une vidéo qui fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux, où ils sont largement partagés et commentés.

On sait que la télévision publique en Martinique est née dans les bureaux de la Préfecture, qu’elle a été inaugurée par Alain Peyrefitte.

Mais quand même, tant d’années plus tard, on s’attendait à ce qu’elle devienne un peu martiniquaise, un peu caribéenne (ce que quelques rares dirigeants locaux ont essayé de faire) et qu’elle essaie de comprendre les ressorts de ce peuple.

Manifestement le poids de celles et ceux qui n’ont retenu que l’ordre de Pompidou en 1970, pèse toujours plus lourd dans la balance de l’information, à la station de Clairière :« Etre journaliste à l’ORTF, ce n’est pas la même chose qu’être journaliste ailleurs. L’ORTF, qu’on le veuille ou non, c’est la Voix de la France.»

Il est temps d’ouvrir les yeux sur la réalité : les réseaux sociaux ont changé la donne. Les Martiniquais peuvent s'exprimer sans passer par la télévision.

Lisa David

 

Chers amis et membres de ma famille sur facebook, 

Le mouvement "Koudmen ba la Dominik" tient à partager avec vous son droit de réponse faisant suite aux deux reportages du journal télévisé de 13h00 et 19h00 de Martinique 1ère télé du vendredi 11 septembre 2015.

"Denrées périmées, objets défectueux, manque de formation des bénévoles, donateurs trop généreux, manque de logistique du gouvernement de la Dominique" : 
Autant de propos recueillis qui n'ont su être appuyés par des preuves matérielles et vérifiables dans le sujet traité.

Selon mon avis personnel : Ce sujet manque cruellement d'investigations et de professionnalisme.
Si i tonbé nan jaden Stéphanie Octavia, di'y planté'y pou rékolté'y! (nous nous tenons comme à notre habitude à la disposition de la chaine) 

JAMAIS NOUS NE NOUS SERIONS ENGAGES DANS CETTE DÉMARCHE SANS CONNAITRE LES RÈGLES ELEMENTAIRES DE COLLECTE DE PRODUITS DE PREMIÈRES NÉCESSITES. 

Nous nous devons de répondre car nous estimons que cet élan citoyen et solidaire qui a été initié pour la Dominique, a été possible, que grâce à votre concours, à travers vos dons de qualité et surtout de votre cœur.

N'hésitez pas à partager ce sujet car c'est ensemble que cette action a pu être possible et c'est ensemble que nous rétablirons le respect.

Nous ne laisserons aucune entité salir cette initiative collective.

A vous de juger !

 

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Les Martiniquais appellent inquiets les radios. La panique gagne les automobilistes bloqués dans des embouteillages, pires que ce qu’ils rencontrent tous les jours.

Le cri est apparu sur Facebook où son auteure Karine Varasse, une jeune femme martiniquaise de 40 ans, fait le buzz ce matin.

Au Port de Fort-de-France hier soir, une soixantaine de militants écologistes ont été violemment bousculés, trainés par des gendarmes déchaînés. Ces militants n'étaient

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

« < 1 2 3 4 5 »