Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Caraïbes

La Compagnie Foyalaise de Transport Urbain (CFTU), laisse régulièrement les usagers sur le bord des routes. Les grèves ne se comptent plus dans cette entreprise où un récent mouvement de grève du personnel, a duré 16 jours, sans un maintien minimum du service public. A peine la reprise du travail annoncée le 25 novembre, les usagers de Fort-de-France et du Lamentin ont découvert le matin du lundi 10 décembre qu’aucun bus ne circulait pour cause de blocage opéré par un sous-traitant, Transcapital. Celui-ci réclame le remboursement d’une facture d’achat de bus. Et pour finir d’épuiser les usagers qui souffrent de ces arrêts répétés du transport public, la CSTM (Confédération Syndicale des Travailleurs Martiniquais) bloque les BHSN, ces bus du TCSP attendus plus de 10 ans par les Martiniquais et qui circulent enfin depuis août dernier. Trop c’est trop, Alfred Marie-Jeanne, président de Martinique Transport, à annoncé dans un communiqué qu’il « proposera au Conseil d’Administration qui se tiendra le lundi 17 décembre 2018, les modalités de résiliation de cette délégation de service public, devenue inopérante. ». Depuis quelques semaines, sur les réseaux sociaux, c’est ce que réclament de nombreux usagers en colère.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Caribbean Airlines (CAL) va t’elle voler jusqu’à Saint-Vincent-et-les-Grenadines qu’elle envisage d’ajouter  parmi ses destination dans les Caraïbes ?

Dans les Département d’Outre Mer, les subventions européennes arrosent autant l’agriculture, que les pesticides et les arrêtés préfectoraux qui autorisent  leur épandage aérien.

Celui qui se décide à écrire à l’instant aime les musiques urbaines. Je ne suis pas de ceux qui les critiquent à tout va sans vraiment connaître leur essence.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

Pages

1 2 3 4 5 »