Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

En tournée africaine à Accra (Ghana), le Premier ministre de la France a, comme tous ses congénères, donné sa petite leçon de savoir vivre avec la puissance coloniale : On laisse prendre tout, on ne demande rien. Dans une tribune envoyé au quotidien Le Monde, Manuel Valls annonce : « On ne peut pas réparer l'esclavage mais on peut préparer l'avenir ». Mais comme Nicolas Sarkozy qui avait affiché son ignorance en déclarant que « le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire », le chef du gouvernement français a, comme l’écrit le CRAN dans un communiqué, « raté quelques épisodes ».

Réparation : Manuel Valls a tout faux. Les réparations ont déjà commencé

Paris, le 31/10/16

 

            En tournée en Afrique de l'Ouest jusqu'au 31 octobre, Manuel Valls a envoyé au Monde une tribune dont le titre résume la philosophie : « on ne peut pas réparer l'esclavage, mais on peut préparer l'avenir »*. On pourrait contester longuement les propos tenus par le Premier Ministre :

-sur les chiffres, d'abord, car aux 12 millions de personnes déportées, il faut ajouter celles, sans doute bien plus nombreuses, qui sont mortes en Afrique en tentant de défendre leurs proches, et celles qui sont nées sur place dans les colonies d'Amérique et de l'Océan Indien, de génération en génération, ce qui fait que ce chiffre régulièrement colporté est honteusement sous-évalué.

-sur les dates, car comme la plupart des Français, Manuel Valls évoque la date de 1848, comme si l'esclavage avait été aboli à cette occasion. Or le CRAN rappelle que le travail forcé, esclavage déguisé, a été instauré sous la IIIe République, en violation du décret de 1848, et n'a été aboli qu'en 1946, par la loi Houphouët-Boigny, ce qui change singulièrement la perspective historique sur le sujet **.

-sur Césaire et Fanon, inlassablement récupérés par les conservateurs de gauche comme de droite pour justifier le refus de la réparation, alors que tous deux y étaient en fait favorables, si du moins on les lit de manière intégrale, sans couper à dessein tel ou tel citation.

-sur l'opposition superficielle et fallacieuse entre le passé et l'avenir, car on ne peut préparer l'avenir que si on a soldé les comptes du passé, justement, comme le rappellent l'ONU et le Conseil de l'Europe, qui ont pris position en faveur des réparations.

            Mais le CRAN qui a déjà longuement développé tous ces arguments dans ses communiqués, brochures et ouvrages, tient à informer Manuel Valls que le débat n'est plus de savoir si oui ou non il faut réparer. Les réparations ont déjà commencé, et celui qui l'a annoncé, n'est autre que... François Hollande.

            A la veille du 10 mai 2016, le CRAN avait réuni plus de 120 associations qui, toutes, demandaient réparation. La première parmi les requêtes formulées concernait la mise en place à Paris d'un musée de l'esclavage et d'une fondation pour la mémoire de l'esclavage. Or, c'est justement ce que le président de la République a annoncé le 10 mai dans son discours au Luxembourg***, et le travail de préfiguration est actuellement en cours. Le CRAN y est naturellement très impliqué.

            Il s'agit, on le voit, de réparations morales et financières. Un musée, c'est une réparation morale,  qui coûte de l'argent, et une fondation, c'est une réparation financière pour faire des actions  morales. Il y a donc actuellement une politique de réparation qui est en cours, même si ce n'est qu'un début à renforcer bien entendu.

            « J'ai l'impression que le Premier Ministre a raté quelques épisodes, a déclaré Louis-Georges Tin. Le débat a été tranché par le président le 10 mai 2016, et les réparations ont déjà commencé. Il serait bon à l'avenir que Manuel Valls révise davantage ses fiches, et s'informe un peu plus des décisions prises à l'Elysée. Sinon, il risque de multiplier les gaffes et les couacs, et de donner l'impression qu'il ne maîtrise pas du tout ses dossiers », a conclu le président du CRAN.

*http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/10/30/manuel-valls-on-ne-peut-pas-reparer-l-esclavage-mais-on-peut-preparer-l-avenir_5022659_3212.html

** https://blogs.mediapart.fr/olivier-le-cour/blog/090513/apres-l-abolition-de-l-esclavage-l-esclavage-toujours

 

*** http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/05/10/97001-20160510FILWWW00197-hollande-annonce-la-creation-d-une-fondation-pour-la-memoire-de-l-esclavage.php

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Les manifestations contre la Loi Travail El Khomri, qu’une majorité de Français rejettent, se multiplient depuis trois mois.

Francis Carole, président du mouvement politique PALIMA et aussi Conseiller exécutif de la CTM, ne reste pas insensible à l'actualité et la récente déclaration de François Fillon, l'ancien Premier

La Collectivité Territoriale de Martinique, mise en place en janvier 2016, a choisi d’ouvrir un concours pour la création de son logo.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »