Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le LKP met l’Etat français et les responsables politiques guadeloupéens face à leur responsabilité dans la dégradation générale que connaît la Guadeloupe. L’état de catastrophe, annoncée déjà avant le grand mouvement social de 2009, se confirme. Les effets connus de l’empoisonnement au chlordécone sur la santé de la population, sans que des mesures soient prises pour la protéger et la soigner, fait monter la colère. Le long silence des politiques sur ce crime colonial, commis par l’Etat avec la complicité des grands planteurs de bananes, la répression syndicale, le chômage des jeunes, ont définitivement rompu la confiance et la rue risque bien de rappeler qu’ « un homme qui crie n’est pas un ours qui danse ».

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La Collectivité Territoriale de Martinique lance sa première plateforme de soutien scolaire, opérationnelle dès ce lundi 5 décembre 2016.

Les supporters des protagonistes des détournements de fonds européens du CEREGMIA auraient-ils pris le pouvoir à l'Université des Antilles ?

Un colloque sur Jean Bernabé est organisé par le CRILLASH (Centre de recherches interdisciplinaires en lettres, langues, arts et sciences humaines) de l’Université des

Pages

« 231 232 233 234 235 »

Articles récents