Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Les ambassadeurs de l'Union européenne dans les Caraïbes orientales, la Grande Bretagne et la France, ont rencontré jeudi à Castries, le Premier ministre de Sainte-Lucie, Kenny Anthony, pour l'exhorter à agir suite à un rapport sur les homicides commis par la police.

Les représentants européens, Eric de la Moussaye, ambassadeur de France à l'OECO, Mikael Barford, Ambassadeur de l’UE - Victoria Dean, Haut-commissaire britannique, ont déclaré à la presse qu'ils étaient préoccupés par le manque de sanction contre les policiers impliqués dans une série de meurtres extrajudiciaires entre 2010 et 2011.

Douze personnes ont été tuées par la police pendant cette période dans le cadre d'une offensive pour lutter contre la criminalité organisée, baptisée Opération restaurer la confiance.

Une enquête indépendante, menée par l'Agence de mise en œuvre de la CARICOM (Communauté des Caraïbes), connue sous le nom de CARICOM IMPACS, a confirmé l'existence d'une « liste noire » ou « liste de la mort. » Les enquêteurs ont également signalé que « tous les tirs mortels examinés étaient de fausses rencontres organisées par la police pour légitimer ses actions. » Ils ont conclu que les armes trouvées sur les scènes de fusillades ne provenaient pas des victimes, elles y ont été déposées.

Le représentant de l'UE à la Barbade et aux Caraïbes orientales s’est demandé pourquoi une procédure régulière n’est pas garantie dans cette affaire. « Nous avons transmis au Premier ministre notre message fort rappelant qu’il y a presque qu’un an, dans son discours à la nation en Mars 2015, il a présenté le rapport IMPACS au public et qu’ il doit y avoir une action. Une procédure régulière en ce qui concerne les allégations d'exécutions extrajudiciaires par des membres de la Force de police de Sainte-Lucie est une condition indispensable, pour un système qui respecte le principe de la primauté du droit », a déclaré Mikael Barford.

Les trois représentants de l'UE ont reconnu la séparation des pouvoirs en vertu de la Constitution de Sainte-Lucie, mais ont déclaré que le Premier ministre peut veiller à ce que le Directeur des poursuites publiques ait les ressources nécessaires pour faire face à cette question.

« Il y a eu une enquête et un rapport IMPACS qui doivent être suivi d’un processus. Il n’a pas eu lieu et nous sommes désireux de voir l'action qui en découle », a déclaré le Haut Commissaire britannique, Victoria Dean.

Les diplomates ont ajouté que le dialogue avec le Premier ministre se poursuit et qu’une autre réunion est prévue au début du mois d’ Avril 2016.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le mercredi 5 novembre, au Tribunal administratif de Fort-de-France, il sera question d'élections municipales.

Conseiller régional et 1er adjoint de l'ancien maire de Sainte-Luce, José Maurice a du s’expliquer devant le représentant du Procureur de la République,  suite à la décision de la justic

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »