Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Médias

L'Institut international de la presse (IPI), située à Vienne (Autriche), a condamné lundi 26 mai, les menaces récentes contre le journaliste trinidadien Mark Bassant,  qui l’ont conduit à quitter son pays la semaine dernière, craignant pour sa vie.

«Nous condamnons les menaces proférées contre M. Bassant, qui ont mis en évidence les dangers auxquels les journalistes sont confrontés, en essayant de révéler des informations dans l'intérêt public, même dans un pays comme Trinidad-et-Tobago, où cette forme de harcèlement est inhabituel»,  a déclaré dans un communiqué la responsable de l’IPI,  Barbara Triomphes.

 

 

«Nous exhortons les autorités à mener une enquête approfondie sur ces menaces et à traduire les coupables en justice,  garantissant ainsi que la liberté de la presse à Trinidad-et-Tobago est maintenue et que les journalistes courageux comme M. Bassant, puissent mener à bien leur travail. »

Mark Bassant, le principal journaliste d'investigation du réseau de communication Caraïbes ( CCN ) TV6, a déclaré qu'il avait reçu des menaces de mort, alors qu’il travaillait sur des enquêtes sensibles et que les deux responsables de la Sécurité Nationale,  Gary Griffith et le commissaire de police par intérim Stephen Williams,  avaient été mis au courant de ces menaces . Un membre des services de la Sécurité nationale aurait confirmé que la menace était imminente et conseillé au journaliste de faire vite pour assurer sa protection. Le journaliste a donc décidé de quitter Trinidad-et-Tobago

Le journal «Trinidad Express», une société sœur de la station de télévision, a indiqué que «les principaux criminels de la pègre» ont proféré des menaces de mort contre Bassant.

Avant de quitter son pays, il avait déclaré «je pars ailleurs juste pour avoir la tranquillité d'esprit.» Mark Bassant a expliqué dans la vidéo diffusée par CCN TV6 en fin de semaine,  «Cela me met en colère que les journalistes, qui travaillent pour le compte du public, peuvent être ainsi menacés. Mais je reste passionné par mon travail d’investigation à la découverte des malfaiteurs.»

L’API dans son communiqué parle de « harcèlement inhabituel » mais si Trinidad-et-Tobago n’est pas connu pour porter atteinte à la liberté de la presse, un cas a retenu l’attention en mars dernier quand une journaliste a été accusée de trahison, par un fonctionnaire du gouvernement, pour avoir publié des informations critiques envers le gouvernement.

 

Dominique Bretodeau

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

9 mois et 3 semaines...

Un article de Freepawol, ayant pour titre

Patrick de Carolis, président de France Télévisions de 2005 à 2010, a été mis en examen pour « favoritisme »  par le juge Renaud Van Ruymbeke dans une enquête sur des contrats pas

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

À l’occasion du 10èmeanniversaire de la mort d’Aimé Césaire et à l’initiative de la Collectivité Territoriale de Martinique, une exposition itinérante gratui

Figure de proue de l’élite intellectuelle afro-américaine, Ta-Nehisi Coates, né en 1975 à Baltimore (Maryland) est aussi un journaliste influent.

Suite à notre article paru hier 4 octobre 2018, la Direction du Centre Hospitalier et Universitaire de Martinique a c

Les Martiniquais connaissaient déjà l’état de délabrement du Centre Hospitalier Universitaire abandonné par l'Etat, mais en découvrant indignés les mots employés dans l

Pages

1 2 3 4 5 »