Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Dans un communiqué Daniel Marie-Sainte, Vice-Président du Conseil Régional, Chef de file des élus Patriotes Martiniquais et sympathisants, trouve que la Martinique recule et il ne doit pas être le seul à le penser, en apprenant la prochaine mise en redressement judiciaire de la société qui gère l’hôtel « Le Marouba ». Yan Monplaisir l’avait annoncé dès le 13 juin dernier, ce qui lui avait valu une volée de bois-mentè. 

L’annonce par Yan Monplaisir, vice-président du GIDHOM (Groupement des Investisseurs Hôteliers des Départements d’Outre-mer), de la fermeture de l’hôtel « Le Marouba » en Martinique,  avait fait grand bruit. Le gérant de l’hôtel, Guy Aurore, démentait publiquement.

Dans une lettre à l’encre d’indignation, le Président du Conseil Régional, Serge Letchimy, attendait même des excuses de Yan Monplaisir :

« Je tiens à protester contre la méthode et ces déclarations. L’utilisation de votre organisme, à des strictes fins de propagande anti touristique à la Martinique est inacceptable.

Ce courrier, sous la forme allusive, montre la détermination de son rédacteur à faire de la désinformation.

La collectivité régionale n’a jamais été informée d’une telle situation, d’ailleurs le Marouba s’inscrit dans le programme régional de rénovation hôtelière qui a déjà permis d’intervenir sur 25 hôtels (en 4 ans) »…. 

Indiquant les couts de ce programme de rénovation, la lettre du Président du Conseil Régional, Serge Letchimy se termine ainsi :

« Je condamne fermement cette méthode et compte sur vous pour rétablir la vérité. »

Yann Monplaisir n’a pas à rétablir une vérité qui explose au visage du personnel du Marouba, qui voit son avenir se briser sur les mensonges des politiques et hommes-d’affaires-à-m’enrichir ». Celles et ceux qui iront pointer au chômage, auront en plus à subir les injures d’un gouvernement socialiste, qui à travers ses mesures d’économie, présente ces salauds de chômeurs comme des parasites qui ne veulent pas travailler;

Guy Aurore, le gérant de l’hôtel Marouba démentait formellement toute éventuelle fermeture de l'hôtel :

« Nous démentons formellement toute fermeture définitive de l’hôtel comme annoncé. Si des travaux importants s’avèrent nécessaire pour une modernisation de nos infrastructures comme pour beaucoup d’autres, c’est bien dans l’optique d’une consolidation de l’activité hôtelière. Nous rappelons d’ailleurs que l’autorité municipale a récemment, sanctuarisé cette activité sur notre site, puisque la dernière révision du Plan local d’Urbanisme validée en 2013 a vu la création d’une zone ULt ne pouvant accueillir que des constructions à vocation touristique.

Voila donc un mauvais coup porté au projet que nous défendons depuis plusieurs mois auprès de notre personnel et de ses instances représentatives, ainsi qu’auprès des Instances Régionales qui doivent nous accompagner dans la modernisation de notre outil hôtelier, et ce au moment où se déroulent des discussions décisives avec des investisseurs potentiels. Tous ces partenaires indispensables n’ont pas manqué d’être déstabilisés à juste titre par les déclarations de Monsieur Monplaisir. Nous espérons cependant que nos démarches en cours ne seront pas contrariées par ce tohu-bohu et que nous pourrons très prochainement informer notre personnel de leur aboutissement. 

Nous restons déterminés à ne pas faire l’objet de toute instrumentalisation ou déstabilisation à visée  économique ou politique et rappelons à notre clientèle que notre Hôtel est bel et bien ouvert et a d’ores et déjà entamé sa campagne « Vacances 2014. »

Des agents de l’hôtel que j’étais allais rencontrer après tout ce « tohu-bohu » m’avaient exprimé leur inquiétude. Ils sentaient que quelque chose qu’on ne leur disait pas se préparait. Vous avez dit instrumentalisation, destabilisation ?

Guy Aurore m’avait affirmé que l’hôtel allait simplement être fermé le temps de travaux de rénovation. Mais Yann Monplaisir savait ce qui se tramait dans le dos des salariés et des Martiniquais, qu’on prend de plus en plus pour des moutons.

Lisa David

Le communiqué de Daniel Marie-Sainte

DECIDEMENT … LA MARTINIQUE RECULE ! 

EMPLOIS MENACES À L’HÖTEL MAROUBA CLUB 

 

La « Gouvernance régionale » crie à tue-tête que « tout va très bien  en Martinique!» que le « taux de croissance est de +3% ! »

Pendant ce temps-là, l’hôtel Club des Trois-Îlets est mis en liquidation judiciaire, 27 salariés touchés.

Comme cela n’était pas suffisant, nous venons d’apprendre que la direction de l’hôtel MAROUBA CLUB du Carbet et le représentant des salariés sont convoqués, le mardi 28 octobre 2014, au Tribunal Mixte de Commerce de Fort de France pour le mise en redressement judiciaire de la société qui gère l’hôtel!

Depuis cette annonce, ce sont plusieurs dizaines de salariés martiniquais qui vivent dans l’angoisse de perdre leur boulot !

Nous leur assurons de notre solidarité et nous oeuvrons, au poste où nous sommes, pour que la Région intervienne pour sauver ces emplois menacés, comme elle a eu à le faire sous la mandature précédente!

Le Lamentin, le 24 octobre 2014.

Daniel MARIE-SAINTE

Vice-Président du conseil Régional

Chef de file des élus Patriotes Martiniquais et sympathisants

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Les syndicats CGT de l'EDF aux Antilles et en Guyane se mobilisent et un mouvement de grève est à prévoir, puisque selon leur communiqué, ils demandent à leurs dirigeants « au service de la finance

L'intersyndicale des salariés du BTP ne sera pas dans la rue ce lundi 10 octobre.

Le climat social en Martinique se détériore, les grèves se répètent et leur durée s'allonge.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »