Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Une intersyndicale composée de l’UNSA Territoriaux de la CDMT, la CGTM, appelle à la grève à la Collectivité Territoriale de Martinique, ce mercredi 13 mars. Ils ont été reçus aujourd’hui par les conseillers exécutifs Marinette Torpille et Francis Carole. Trois mois après la mise en place de la nouvelle Collectivité, fusion du Conseil Général et du Conseil Régional, les syndicats exigent des réponses immédiates, sur des problèmes qui existent depuis des années. Mais il ne faut surtout pas leur poser cette question, ça les énerve beaucoup. 

A la veille du mouvement de grève, les représentants syndicaux étaient nombreux autour de la table, face aux deux conseillers de la CTM. Ils entendaient dénoncer « l’absence totale de dialogue », mais aussi :

Le fait  « qu’aucun Comité Technique ne s’est tenu à ce jour, sur l’organisation et le fonctionnement des services. »

L’UPCTM-UNSA « réclame l’ouverture immédiate des discussions sur l’avenir des agents en fin de contrat. »

Le syndicat demande aussi « l’amélioration de l’action médico sociale avec des moyens adaptés pour le personnel et les usagers. »

« La titularisation des agents en fin de stagiarisation ».

Les syndicats qui appellent à la grève, entendaient obtenir des réponses immédiates sur leurs revendications et à la sortie, ils ont exprimé leur insatisfaction au micro des médias présents.

 

Le syndicat Force Ouvrière de l'Ex Conseil régional a décidé de ne pas prendre part à la grève et s'en explique dans un courrier au personnel.

La secrétaire générale de FO (ex Région), Eugénie Libert, a expliqué la position de sa section syndicale qui considère qu'il il faut rester cohérent et neutre, les problèment existent depuis bien longtemps et il faut faut tenir compte du temps d'installation de la nouvelle collectivité.

La Collectivité Territoriale de Martinique a été mise en place le 18 décembre 2015, cinq jours après le résultat des élections qui ont été remportées par une nouvelle équipe. Les indépendantistes alliés à des autonomistes et à la Droite, dirigent la CTM depuis cette date.

Le 29 mars dernier, la séance plénière a été très animée, à l’ordre du jour figurait l’approbation des comptes des deux anciennes collectivités et il en ressort un déficit colossal, même si le montant de 80 millions d’euros est contesté par l’ancienne majorité.

Le débat sur les orientations budgétaires de la CTM est programmé pour le 25 avril, dans une semaine et le budget de cette nouvelle collectivité ne sera voté que mi mai, la loi prévoyant le 31 mai au plus tard.

C’est dire que le démarrage de cette nouvelle collectivité ne peut se faire en 3 mois. D’ailleurs, à l’occasion d’un amendement du gouvernement, qui a provoqué une polémique sur la la hiérarchie introduite entre conseil régional et général, Serge Letchimy alors Président de l’ex-Région et Josette Manin, alors présidente de l’ex Conseil Général, avaient dans une lettre du 15 septembre 2015, fait une mise au point.

Dans l’explication donnée pour mettre fin à la polémique, il est utile de souligner cet extrait:

« C’est dans ce cadre, et lors de l’examen du projet de loi de modernisation du droit en Outremer, au mois de juillet 2015, que le gouvernement a présenté à l’Assemblée Nationale, en première lecture, un amendement relatif au transfert des personnels des départements et des régions aux collectivités territoriales de Guyane et de Martinique.

Cet amendement du gouvernement visant à établir une organisation provisoire de 6 mois maximum de l’administration de la nouvelle collectivité territoriale avait pour objectif d’éviter une rupture brutale et d’assurer la continuité du service public qui incombe aux deux collectivités. »

Il est apparaît évident que l’organisation de cette Collectivité Territoriale ne peut démarrer en un tour de magie. Mais ça il ne faut pas l’évoquer devant les syndicalistes qui ont appelé à la grève, pour ne pas les énerver. Ils l’étaient d’autant plus que pendant que les journalistes qui attendaient la fin de leur rencontre avec les conseillers exécutifs, ont interrogé Eugénie Libert, la Secrétaire Générale de Force Ouvrière ex-Région, qui ne participe pas à la grève. Le taux de participation du personnel à ce mouvement de grève illimité, écrira la suite.

Lisa David

 

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Dans un communiqué Daniel Marie-Sainte, Vice-Président du Conseil Régional, Chef de file des élus Patriotes Martiniquais et sympathisants, trouve que la Martinique recule et il ne doit pas être le

L'intersyndicale des salariés du BTP ne sera pas dans la rue ce lundi 10 octobre.

Les syndicats CGT de l'EDF aux Antilles et en Guyane se mobilisent et un mouvement de grève est à prévoir, puisque selon leur communiqué, ils demandent à leurs dirigeants « au service de la finance

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

On sétonnait de ne pas le voir lors de certains évènements au pays, le Député Jean-Philippe Nilor rassure.

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux les photos de la cuisine de l’IMFPA (Institut Martiniquais de Formation Professionnelle pour Adultes), organisme territorial de forma

Au Conseil des ministres de ce mercredi 5 février 2020, Stanislas Cazelles, administrateur civil hors cla

L'Union des Femmes de Martinique ne se contente pas de la lutte pour les droits des femmes ou contre les discriminations et violences faites à celles-ci.

Pages

1 2 3 4 5 »