Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Les organisations internationales, continentales et régionales ainsi qu’un certain nombre de chefs de gouvernement des Caraïbes ont salué la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba, interrompues depuis 1961. Le président américain Barack Obama a fait l'annonce surprise mercredi, à la suite d'une conversation téléphonique de 45 minutes avec le président cubain, Raul Castro. Dans un discours télévisé, qui a eu lieu simultanément avec l’intervention de Raul Castro sur la même question, Barack Obama a  déclaré qu’il a utilisé ses pouvoirs exécutifs pour rétablir des relations diplomatiques et assouplir les restrictions aux voyages à Cuba. 

Cette décision ouvre la voie à la réouverture des ambassades à la Havane et à Washington et la levée de certaines restrictions commerciales. Pour le Secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), José Miguel Insulza, c’est « le début de nouvelles voies de coopération sur des questions d'intérêt mutuel.» Le chef de l'OEA a félicité Barack Obama et salué cette étape historique nécessaire et courageuse.

« C’est une décision d’une grande vision des deux côtés, parce que ce conflit qui avait des implications négatives significatives pour les citoyens des deux pays, a duré politiquement trop longtemps », a déclaré M. Insulza.

Le secrétaire général de l'OEA a été rejoint par le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon qui s’est félicité d’une « étape très importante » décidée par les dirigeants des Etats-Unis et Cuba, vers la normalisation des relations entre les deux pays.

« Ces nouvelles sont très positives », a déclaré Ban Ki-Moon, lors d'une conférence de presse de fin d'année qui s’est tenue au Siège de l'ONU. «Je tiens à remercier le président Barack Obama et le président Raúl Castro pour avoir décidé cette étape très importante vers la normalisation des relations. »

Ban Ki-Moon espère que l'annonce de mercredi contribuera à élargir davantage les échanges entre les peuples des deux pays.

«Les Nations Unies sont prêtes à aider les deux pays à cultiver de bonnes relations de voisinage, » a t-il ajouté.

La Communauté des Caraïbes (CARICOM) a également salué le dégel des relations entre les Etats-Unis et Cuba et l'évolution vers le rétablissement des relations diplomatiques. La CARICOM a longtemps été un défenseur de la normalisation de ces relations et a soulevé la question à plusieurs reprises dans ses conversations avec les deux parties.

Aussi récemment, au 5ème Sommet CARICOM-Cuba, le 8 décembre, la Communauté a réitéré son appel pour que Cuba soit pleinement intégré dans les organisations de l'hémisphère et pour la levée du blocus économique, de cet embargo commercial et financier.

« L'annonce d'aujourd'hui marque le début d'une nouvelle ère dans notre hémisphère et démontre la valeur du dialogue comme moyen de régler les différends. La Communauté félicite les présidents Obama et Castro pour leur initiative audacieuse. Cuba et les Etats-Unis ont joué un rôle majeur pour soutenir les efforts de développement de nos Etats membres et nous sommes impatients de travailler avec eux, à mesure qu'ils avancent dans la construction de leur relation », a déclaré dans un communiqué, le Secrétaire général de la CARICOM, Irwin LaRocque.

Le Premier ministre de Trinidad-et-Tobago, Kamla Persad-Bissessar, a salué la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis d'Amérique et Cuba après «  50 années d’une longue impasse ». Persad Bissessar était l'un des dirigeants des Caraïbes qui avait appelé à la levée de l'embargo américain sur Cuba.

Récemment, en septembre 2014, dans sa déclaration à la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, Persad Bissessar déclarait : « Sur le point d'un partenariat mondial renouvelé en faveur du développement durable, je voudrais réitérer fortement le soutien de Trinidad-et-Tobago, à la fin de l'embargo économique contre Cuba.»

Elle a félicité le président Obama et le président Castro sur l'annonce de mercredi qu’elle a décrit comme « un énorme bond dans un sens positif.»

« Socialement, économiquement, géographiquement, nous sommes tous liés dans une mission commune d'une vie meilleure et plus sûre pour nos peuples. Après près d'un demi-siècle, deux voisins très proches ont recommencé à se parler et nous pouvons nous attendre à beaucoup de bénéfices en faveur des peuples des deux pays et même pour l'ensemble de la région », a déclaré Persad Bissessar.

Le Premier ministre de la Jamaïque, Portia Simpson Miller, a déclaré que le gouvernement de la Jamaïque a accueilli avec enthousiasme, l'annonce conjointe à Washington et à La Havane, du rétablissement des relations diplomatiques entre les Etats-Unis d'Amérique et Cuba et elle a félicité le président américain Barack Obama et le président cubain Raul Castro, pour ce développement historique et pour leur leadership audacieux et visionnaire sur cette question.

« Cela représente une action courageuse des gouvernements des États-Unis et Cuba, qui finira par servir le meilleur intérêt des peuples des deux pays et d'établir les bases de la prochaine étape, logique, d'une fin totale et formelle du choix unilatérale des États-Unis d’un embargo contre Cuba », a ajouté le Premier ministre dans un communiqué publié mercredi. Le chef du gouvernement de la Jamaïque attend avec impatience les avantages tangibles que le nouvel engagement apportera pour le peuple cubain et la région des Caraïbes.

Le gouvernement de Saint-Kitts-et-Nevis a également salué les changements majeurs dans la politique américaine envers Cuba. « St-Kitts-et-Nevis, les gouvernements des Caraïbes, les gouvernements de tout l'hémisphère, et les gouvernements partout dans le monde, ont longtemps affirmé que l'ancienne politique d’un demi-siècle des États-Unis envers Cuba,  ne servait ni l'intérêt des Etats-Unis ni ceux du peuple cubain », a déclaré le Premier ministre, Denzil Douglas, dans un communiqué publié mercredi.

Denzil Douglas a ajouté que la décision des États-Unis de ne plus être le seul pays au monde partisan de l'isolement de Cuba, est un développement bienvenu aux yeux de la communauté internationale. « Elle reflète la détermination de l'administration Obama à fermement et méticuleusement, réexaminer des politiques qui ne fonctionnent pas, et de le faire dans l'intérêt de la paix et la stabilité mondiale. Pour cela, le président Obama mérite beaucoup d'éloges », a déclaré Denzil Douglas.

Amnesty International a déclaré que l'échange de prisonniers US-Cuba doit stimuler un changement historique des droits de l'homme. Pour l'organisation des droits de l'homme, «l'échange de prisonniers d'aujourd'hui entre les USA et Cuba représente la meilleure occasion depuis un demi-siècle, de forger un changement pour les droits humains, au centre des efforts pour normaliser les relations entre les deux pays ».

« L’échange de prisonniers d'aujourd'hui est une salve d’ouverture dans une refonte tant attendue des relations américano-cubaine, après plus d'un demi-siècle de relations épineuses, de sanctions et de récriminations mutuelles. Les efforts de changement politique et diplomatique doivent maintenant aller avec le changement historique des droits de l'homme à Cuba, main dans la main», a déclaré le directeur du programme Amériques d'Amnesty International, Erika Guevara Rosas.

« Si l'embargo américain sur Cuba et son impact négatif sur les droits économiques et sociaux des Cubains, est levé dans le cadre des efforts visant à normaliser les relations entre les deux pays, cela signifiera que les autorités cubaines ne peuvent plus utiliser les sanctions paralysantes comme excuse, pour retarder leurs obligations internationales relatives aux droits de l'homme », a t-elle ajouté.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le gouvernement cubain a confirmé ce samedi qu'il signera un protocole d'accord avec les Etats-Unis, le 16 février, pour formellement rétablir des vol

Le 2e Sommet UE-CELAC s’ouvre aujourd'hui à Bruxelles où pendant deux jours le

Le gouvernement vénézuélien a rappelé son ambassadeur en Espagne, pour protester contre le soutien exprimé par le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy,  au l

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

David Douillet ancien député des Yvelines (Les Républicains), a oublié sous le tapis une partie « substantielle » de son patrimoine dans sa déclaration à la Haute A

L’île de La Réunion est placée en pré-alerte cyclonique par la préfecture depuis midi ce lundi, la menace du passage de Berguitta se précise.

A l'occasion d'une réunion jeudi (12 janvier 2018) avec des parlementaires sur le thème de l'immigration, le Président des Etats- Unis, Donald Trump, a tenu des propos

Après 76 jours de grève, les agents du Parc Naturel Régional ont enfin obtenu la signature d’un protocole de fin de conflit.

La Collectivité Territoriale de Martinique a décidé d’inaugurer le Pont du Prêcheur, ce jeudi 21 décembre, sans associer la municipalité à l’organisation de l’événement

Pages

1 2 3 4 5 »