Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

On ne les entend pas souvent les 9000 greffiers que comptent les tribunaux de France. Ils restent tellement dans la discrétion,  qu’on oublie ou méconnait leur rôle essentiel dans le système judicaire.  Ce mardi matin en Martinique le rassemblement des greffiers devant le Palais de Justice de Fort-de-France n’a pas attiré les médias. Pourtant sans eux,  la justice est à l’arrêt.  Aujourd’hui de nombreuses affaires ont été renvoyées à des dates ultérieures pour cause de grève des greffiers. Un préavis a été déposé au plan national par la CGT, la CFDT, le Syndicat des Greffiers de France. Ils ont été rejoints par l’UNSA et C Justice.  Depuis plusieurs semaines, le mouvement commencé à Agen s’est élargi en France où des greffiers se rassemblent chaque jour,  à l'heure du déjeuner, sur les marches de plusieurs dizaines de tribunaux.

Les greffiers de Martinique, comme leurs collègues de France, refusent le projet du ministère de la justice de créer un tribunal unique de première instance. Un projet qui selon eux n’est pas adapté à configuration locale et éloigne d’une justice de proximité.

Au moment où il est question de confier davantage de responsabilités au greffier, rebaptisé « greffier juridictionnel » qui pourrait même prononcer un divorce par consentement mutuel,  les grévistes réclament la revalorisation des indices statutaires des greffiers en greffiers en chef. Pour l’ensemble du corps des fonctionnaires des services judiciaires ils exigent le bénéficie de revalorisation des salaires. Pour l’intersyndicale mobilisée en Martinique, « la réforme de la justice ne peut faire obstacle à la situation actuelle des fonctionnaires, tant sur leurs charges de travail que sur l’évolution de leur carrière." Ils ont reçu le soutien des magistrats.

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon dit sa préoccupation face à l’absence d’élections en Haïti, en violation de l’accord du 5 février dernier qui les prévoyait.

Renaud Lavillenie a insulté les Brésiliens après avoir perdu à Rio la médaille d’or du saut à la perche, remporté par le jeune Brésilien Thiago Braz Da Silva.

La vidéo fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux.

Pages

« 245 246 247 248 249 »

Articles récents

Un vent de scandale souffle sur l’Université Antilles Guyane depuis que le rapport 2012 de la Cour des Comptes,  consacré à la gestion de l’UAG sur la période 2005-2010,  a été connu.

Pages

« < 244 245 246 247 248 »