Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Les Etats-Unis et Cuba ont signé leur premier accord sur la protection de l'environnement depuis le rétablissement des relations diplomatiques rompues entre les deux pays depuis 1961. Selon l'accord, les scientifiques des sanctuaires marins américains en Floride et au Texas vont coopérer avec leurs homologues dans deux réserves cubaines, sur la préservation et la recherche.

Arrivée à La Havane la veille de la signature de l’accord, la chef du National Oceanic Atmospheric Administration, Kathryn Sullivan, poursuivra les discussions sur les questions environnementales communes aux deux pays, séparés par seulement 140 Km.

Selon le protocole, les scientifiques des sanctuaires nationaux Keys de Floride et de Flower Garden Banks du Texas travailleront en partenariat avec leurs homologues du Guanahacabibes National Park de Cuba et de la Banco de San Antonio, située dans la région la plus occidentale de l'île.

Les quatre sanctuaires partagent une population similaire d'espèces de poissons et de coraux. Les responsables espèrent que le partenariat permettra aux chercheurs de collaborer sur la meilleure façon de préserver ces écosystèmes fragiles confrontés au tourisme et à l'exploration pétrolière qui continuent de se développer.

« Cela ouvre la porte à une collaboration sur de très nombreux fronts, a déclaré Daniel Whittle, le directeur principal aux États-Unis de l'Environmental Defense Fund pour Cuba. « J’ai l’impression que ceci est attendu depuis longtemps. »

La coopération environnementale a été l'un des domaines les plus concrets de progrès dans la nouvelle relation entre les États-Unis et Cuba qui négocient et discutent d'un certain nombre de sujets. Les deux pays restent toutefois éloignés sur des questions plus épineuses.

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé en Octobre que les deux pays travaillent sur un accord de conservation marine. Le même mois, Cuba et l’EDF (Environmental Defense Fund) ont dévoilé une initiative visant à protéger les populations de requins, à répertorier les navires de pêche et à élaborer un plan de conservation à long terme. En avril, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) et des scientifiques cubains ont parcouru l'île sur un bateau de recherches pour étudier les larves de thon rouge, une espèce hautement menacée et d'une grande valeur commerciale.

L’écosystème marin de Cuba est considéré comme l'un des mieux conservés de la région, avec de grandes réserves de coraux relativement intactes, d’importantes populations de poissons, des requins et des tortues marines. Mais ces écosystèmes pourraient souffrir de nouvelles menaces, à cause de la recherche pétrolière offshore et du boum touristique.

Billy Causey, un directeur régional de la NOAA qui a aidé à négocier l'accord, a déclaré que les partenariats ont été déterminés en partie par les défis communs à relever pour les sanctuaires.

Le Parc national de Guanahacabibes est l'une des plus grandes réserves et la plus isolée de Cuba. Les scientifiques y travailleront avec des chercheurs du sanctuaire Florida Keys, une zone qui reçoit plus de 3 millions de visiteurs chaque année.

Les chercheurs de la Banco de San Antonio et de Flower Garden Banks étudieront les écosystèmes d'eaux profondes et partageront les résultats portant sur un éventail de questions, y compris la protection liée aux risques de prospection pétrolière et gazière.

Les scientifiques américains et cubains ont depuis longtemps reconnu la nécessité d'une collaboration, puisque les requins et d'autres espèces migrent à travers les eaux au large de ces deux pays.

400 délégués de quinze pays se réunissent cette semaine à La Havane au 10ème  Congrès sur les sciences de la mer ( 16 au 20 Novembre ) pour discuter du changement climatique et de la conservation.

Plus spécifiquement, seront discutés les sujets relatifs à l'ingénierie côtière, les zones marines protégées, les systèmes d'observation de l'océan et de l'influence de l'océan sur le climat, les récifs coralliens, les mangroves, la biologie et l'écologie des espèces, les potentialités de la flore et la faune marines pour le développement de médicaments, les mammifères marins, la pêche, l'éducation environnementale et l’aquariologie.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le service Météo d'Antigua a émis une prévision de transformation de la tempête tropicale Gonzalo en ouragan, d'ici mardi.

Le Collège communautaire des îles Turks et Caicos ( Turks & Caicos Islands Community College TCICC) a remporté le prix du Colloq

Haut fonctionnaire de la Banque Mondiale, spécialiste en énergie, Migara Jaywardena a déclaré à Fort-de-France que les pays de la Ca

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a choisi un titre provocateur pour dire le racisme institutionnalisé en France, déjà prouvé par les contrôles au

Philippe Joseph est professeur des Université d’Ecologie, de Biogéographie et de Botanique.

La côte martiniquaise allant des villes de Trinité à Saint-Anne, est incontestablement la plus belle.

Pages

1 2 3 4 5 »