Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Environnement

Les récifs coralliens des Caraïbes sont menacés par la surpêche de certains poissons, a alerté l'ONU. D'ici 20 ans la plupart d'entre eux pourraient disparaître. Particulièrement visés, la surpèche des poissons perroquets et des oursins.

Avec seulement environ un sixième de la couverture originale de corail, la plupart des récifs coralliens des Caraïbes pourraient disparaître dans les 20 prochaines années, principalement en raison de la perte des brouteurs dans la région, selon le dernier rapport du réseau de suivi mondial des récifs coralliens, l'Union international pour la conservation de la nature (UICN) et le Programme des Nations unies pour l'environnement.

La perte des principaux brouteurs, les poissons perroquets et les oursins de mer, a été la principal cause du déclin du corail dans la région car elle rompt l'équilibre fragile des écosystèmes coralliens et permet aux algues d'étouffer les récifs.

                                                   

 

Le rapport, Status and Trends of Caribbean Coral Reefs: 1970-2012 (l'état et les tendances des récifs de corail des Caraïbes : 1970-2012), est l'étude la plus détaillée et la plus complète de ce genre à être publiée à ce jour, résultat des travaux de 90 experts au cours des trois années. Il contient l'analyse de plus de 35 000 enquêtes menées dans 90 endroits des Caraïbes depuis 1970, et comprend des études sur les coraux, les algues, les oursins et les poissons.

                                                                   

Les résultats montrent que les coraux des Caraïbes ont diminué de plus de 50 % depuis les années 1970. Mais selon les auteurs, la restauration des populations de poissons perroquets et l'amélioration des autres stratégies de gestion, telles que la protection contre la pêche excessive et la pollution côtière, pourrait aider les récifs à récupérer et à les rendre plus résistants aux futurs impacts du changement climatique.

                                                    

«Les récifs coralliens des Caraïbes s'étendent sur des milliers de kilomètres de côtes, fournissant une source de nourriture et de moyens de subsistance à des millions de personnes. Malheureusement, ces précieux écosystèmes sont sous la pression croissante des activités humaines qui contribuent à la dégradation et à la détérioration des sédiments et à la pollution des eaux côtières. Le blanchiment des coraux causé par l'élévation de la température de la mer s'ajoute à ce défi, affaiblissant et détruisant les coraux à de nombreux endroits » a déclaré le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

«La dégradation et la mortalité des récifs coralliens affectera significativement l'économie régionale en réduisant l'habitat des poissons et des crustacés, le tourisme et la capacité de protéger le littoral contre la montée des eaux, » a-t-il déclaré , en ajoutant: « Nous avons besoin d'une forte collaboration aux niveaux local, national et régional pour construire la résilience et réduire les menaces qui pèsent sur les récifs coralliens et les moyens de subsistance de ceux qui dépendent d'eux. »`

                                                    

« La vitesse à laquelle les coraux des Caraïbes ont diminué est vraiment inquiétant, » a déclaré Carl Gustaf Lundin, Directeur du Programme global marin et polaire de l'UICN. « Mais cette étude apporte des nouvelles très encourageantes : le futur des coraux des Caraïbes n'est pas hors de notre contrôle et il y a des mesures très concrètes que nous pouvons prendre pour les aider à récupérer »

Le changement climatique a pendant longtemps été considéré comme la principale cause de la dégradation du corail. Bien qu'il représente une menace certaine en rendant les océans plus acides et en provoquant le blanchiment des coraux, le rapport montre que la perte de poissons perroquets et des oursins, les deux principaux brouteurs de la région, a en fait, été la principale cause de la perte de corail dans la région

                                                                 

Une maladie non identifiée a conduit à une mortalité massive de l'oursin de mer en 1983 et la surpêche au cours du XXe siècle a conduit la population de poisson perroquet au bord de l'extinction dans certaines régions. La perte de ces espèces rompt l'équilibre fragile des écosystèmes coralliens et permet aux algues, dont ils se nourrissent, d'étouffer les récifs.

Des récifs protégés de la surpêche, de même que d'autres menaces telles que la pollution côtière excessive, le tourisme et le développement du littoral, sont plus résistants aux pressions du changement climatique, selon les auteurs

« Même si nous pouvions faire en sorte que le changement climatique disparaisse demain, ces récifs continueraient leur déclin, », a déclaré Jeremy Jackson, auteur principal du rapport et conseiller principal de l'UICN sur les récifs coralliens. « Nous devons immédiatement aborder le problème des poissons brouteurs pour permettre aux récifs d'avoir une chance de survivre aux futurs changements climatiques»

                                                                               

Le rapport montre également que les récifs coralliens des Caraïbes les plus sains sont ceux où les populations de poissons perroquets sont protégés. On peut par exemple citer le sanctuaire marin national Flower banks national dans le Golf Nord de Mexico, Bermuda et Bonaire (Pays bas), qui ont tous restreint ou interdit les pratiques de pêche qui nuisent aux poissons perroquets, tels que des pièges à poisson et la pêche sous-marine. D'autres pays imitent ces pratiques.

« Barbuda est sur le point d'interdire toutes les captures de poisson perroquet et d'oursins de mers, et convertit un tiers de ces eaux côtières en réserves marines, » a déclaré Ayana Johnson de l'initiative Blue Halo de l'Institut Waitt qui travaille en collaboration avec Barbuda dans le développement de son nouveau plan de gestion. « C'est le genre de gestion dynamique qui doit être étendue au niveau régional si l'on veut accroître la résilience des récifs des Caraïbes. »

Les récifs où les poissons perroquets ne sont pas protégés ont soufferts de déclins tragique, notamment en Jamaïque, à Key West ( Miami) et dans les îles vierge des Etats Unis.

Les Caraïbes abritent 9 % des récifs coralliens du monde, et sont l'un des écosystèmes les plus diversifiés de la planète.

Les récifs des Caraïbes, s'étendant sur un total de 38 pays, sont essentiels à l'économie de la région.

Ils génèrent plus de 3 milliards de dollars par an dans les secteurs du tourisme et de la pêche et plus de cent fois plus dans le secteur des biens et services, dont plus de 43 millions de personnes dépendent

                                                          

La baisse spectaculaire des coraux peut être inversée

Le rapport recommande :

   D’adopter des stratégies de gestion pour la conservation et la pêche qui conduisent à la restauration des populations de poissons perroquets, rétablissant ainsi l'équilibre entre les algues et le corail qui caractérise les récifs coralliens sains ;

   De maximiser l'effet de ces stratégies de gestion en intégrant les ressources nécessaires pour la sensibilisation, l'exécution, et l'examen des conditions de vie alternatives pour ceux qui pourraient être touchés par des restrictions liées à la prise de poissons perroquets ;

   D’envisager d'inscrire le poisson perroquet dans l'annexe II ou III du Protocole SPAW (le protocole relatif aux zones et à la faune spécialement protégés) en plus de souligner la question du récif dans les forums pertinents sur la pêche dans les CaraïbesCommuniquer sur les bienfaits de telles stratégies pour les écosystèmes de récifs coralliens, la reconstitution des stocks de poissons et l'économie des communautés.

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

En collaboration avec la mairie du Vauclin la Collectivité Territoriale de Martinique organise, les mercredi 17 et jeudi 18 août, une opération de sensibilisation aux r

Haut fonctionnaire de la Banque Mondiale, spécialiste en énergie, Migara Jaywardena a déclaré à Fort-de-France que les pays de la Ca

Le reponsable de la police de Dominique a déclaré attendre la confirmation que les corps de deux ressortissants peuvent avoir dérivé

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

La Confédération générale du Travail de Martinique (CGTM)  a déposé un préavis de grève de 24 heures reconductible qui débutera le 5 février 2019.

La lettre du Président de la République adressée aux Français est rendue publique.

Pages

1 2 3 4 5 »