Parce que nous avons besoin d'une presse libre

La Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques a publié son avis sur les comptes des partis et groupements politiques au titre de l’exercice 2012. La plupart des partis politiques en Outre Mer ont vu leurs comptes certifiés conformes par la CNCCFP. Mais pas tous.

Pour les « Forces Martiniquaises de Progrès »  (FMP) de Miguel Laventure, parti qui a été éligible à l’aide publique en 2012 , la commission valide mais avec les réserves des commissaires aux comptes. Le parti du Conseiller Régional de Droite, dont l’audience médiatique ne dépasse pas France Antilles  retrouve à ses coté  le très connu « Walwari », parti guyanais fondé par Christiane Taubira, la très médiatique ministre de la Justice.

Le Mouvement Initiative Populaire de Brunot Nestor Azerot n’a pas déposé ses compte à la date de séance de la commission. Il en est de même pour le Parti Régionaliste Martiniquais (PRM) de la conseillère régionale Chantal Maignan.

En Guadeloupe le Parti Progressiste, l’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG), le Rassemblement pour la défense des intérêts de la 3e circonscription et l’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe sont dans le même cas. 

Quant au Parti Socialiste Guadeloupéen, éligible aux aides d’Etat en 2007, il figure sur le liste des 9 organisations politiques en France,  ayant déposé leur compte hors délai. En 2012, il avait perdu le bénéfice de l’aide publique pour n’avoir pas satisfait à ses obligations comptables au titre de l’exercice 2010.

« Objectif Guadeloupe de Lucette Michaux Chevry qui n’a pas été éligible à l’aide publique en 2012 pour les même raisons,  a été retiré de la liste des partis politiques par la CNCCFP. La commission précise que ce parti « n’a jamais déposé de compte ».

A Saint Martin, Génération Solidaire We Party,  éligible à l’aide publique en 2012,  n’a pas déposé ses compte à la date de la séance de la commission.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Que peut-on demander à un élu, à un Parlementaire pour qui on a voté, sinon de s’occuper de la vie du pays, des réalités quotidiennes de ses électeurs ?

Daniel Marie-Sainte, Vice-président du Conseil Régional de Martinique, Chef de file du groupe des élus Patriotes Martiniquais et Sympathisants, dénonce le manque de transparence de la gestion des f

Les résultats de 94% des bureaux de vote indiquent que Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs) obtient 41,75% devant Aetius Neves (Parti social démocrate brésilien)

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

La commémoration de la libération des esclaves le 22 mai 1848 en Martinique, a été salie à Sainte-Philomène, lieu historique de la révolte dans la ville de Saint-Pierre

Cuba est endeuillé après l'accident d'avion qui s'est produit ce 18 avril 2018, aux environs de midi. Une centaines de victimes est à déplorer.

Un héritage peut virer au cauchemar. La maison obtenue peut cacher des fissures où une invasion de thermites.

Si les cyclones qui frappent la Caraïbe en évitant la Martinique, arrangent des fois le tourisme au pays, celui provoqué par Karine Mousseau, présidente du Comité

Des élus du MIM, mais pas qu’eux, se sont abstenus lors du vote du budget du Comité Martiniquais du Tourisme et pour sa présidente Karine Mousseau, soutenue par Yan Mon

Pages

1 2 3 4 5 »