Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme (Inter-American Commission on Human Rights (IACHR) appelle le gouvernement des Bahamas à corriger une « situation grave et urgente », dans le centre de détention Carmichael Road, abritant des immigrants haïtiens, à Nassau. Pour la CIDH, cette situation met en danger la vie et l’intégrité physique des immigrants.

Des organisations des droits de l'homme ont accusé le gouvernement des Bahamas, d’héberger la plupart des immigrants haïtiens dans des conditions inhumaines au centre de rétention la capitale.

Les migrants incarcérés ne reçoivent pas de vêtements propres, les femmes n’ont pas de produits d'hygiène féminine, une seule toilette en fonctionnement existe pour tous les hommes, selon une plainte déposée en décembre dernier, par le centre Robert F. Kennedy des Droits de l’Homme (Robert F. Kennedy Human Rigts) basé à Washington et l'Institut des Caraïbes pour les droits de l'homme, installé à Puerto-Rico.

Les remarques critiques, formulées dans le cadre d'une résolution de la Commission interaméricaine des droits de l'homme, font suite à l'introduction de nouvelles politiques d'immigration aux Bahamas, qui ont été critiquées à l'échelle internationale.

Dans sa volonté de réprimer l'immigration clandestine, le gouvernement des Bahamas a adopté, en novembre dernier, de nouvelles règles exigeant des non-citoyens, y compris ceux qui sont nés aux Bahamas, d'obtenir un passeport du pays d'origine de leurs parents. Des centaines de personnes, dont certaines nées dans le pays, ont été arrêtées lors de rafles visant les quartiers haïtiens.

Une femme haïtienne a donné naissance à son bébé sur le plancher de la salle de rétention, après que les autorités du centre lui aient administré des injections pour retarder ses contractions, affirment des groupes des droits de l'homme.

Vendredi, le ministère des Affaires étrangères et de l'Immigration des Bahamas a déclaré dans un communiqué, qu'il examinait les conclusions de la Commission des droits de l'homme, mais il a rejeté les accusations contre le gouvernement.

« Nous croyons que bon nombre des affirmations sont exagérées et inexactes », a indiqué le ministère, les décrivant comme « basées sur des déclarations anecdotiques, tendancieuses, non prouvées. »

Dans une déclaration précédente, le ministère avait déclaré que les militants des droits de l’homme avaient organisé des événements, pour présenter injustement certaines personnes comme des victimes.

« L’art de la victimisation est souvent pratiqué » a répondu le gouvernement en réponse à un rapport sur la nouvelle approche de l'immigration aux Bahamas, publié le mois dernier par The New York Times. « Souvent, les histoires racontées sont exagérées, et des fois purement et simplement fausses », indique un communiqué.

« Ce n’est pas la politique du gouvernement de violer les droits des personnes et à tout moment ce pays agira d'une manière conforme à ses obligations internationales envers les enfants et les apatrides. Nous ne cherchons aucune excuse, cependant nous devons faire respecter les lois et la protection de nos frontières, dans l'intérêt national et dans l'intérêt du peuple des Bahamas.»

La commission a déclaré qu'elle avait demandé au gouvernement de fournir des conditions d'hygiène et des soins médicaux adéquats aux détenus. Elle a également demandé des mesures visant à remédier au surpeuplement et aux besoins particuliers des enfants non accompagnés.

L'Organisation des Etats Américains OEA (Organization of American States OAS) a également prévu une audience, le mois prochain, pour discuter des nouvelles politiques d'immigration des Bahamas.

« Il n'est pas très commun pour la Commission d'exiger ce genre de mesures de précaution. C’est très grave », a déclaré à Santiago A. Canton, directeur exécutif du RFK Partners for Human Right, un programme du Centre Robert F. Kennedy des Droits de l’Homme.

Pour A. Canton, « 99% des personnes dans ce centre, sont des Haïtiens et c’est important car c’est lié à la situation de vulnérabilité de la population haïtienne partout. »

 

BWÈT ZOUTI :

Le rapport publié par le New York Times dénonce le durcissement de la politique d’immigration des Bahamas, qui prévoit depuis la dernière rentrée scolaire que : « les écoles sont invitées à s’assurer que chaque enfant a un permis d'étudiant qui coute 125 $, et un passeport avec un timbre de résidence seront nécessaire, même pour les enfants nés aux Bahamas et qui ne détiennent pas la citoyenneté des Bahamas. »

Ce rapport évoque les politiques discriminatoires visant les immigrants haïtiens dans plusieurs pays de la région. Saint-Domingue est largement évoqué avec sa politique qui fait des Haïtiens, mêmes ceux nés dans le pays, des apatrides : 

« La plus haute juridiction de la République dominicaine a statué en 2013, que les enfants d'immigrants illégaux, même s’ils sont nés dans le pays, n’ont pas droit à la citoyenneté. »

« Aux Îles Turks-et-Caïcos, un fonctionnaire de l'immigration a promis au début de l’année 2013, de traquer et capturer les Haïtiens illégaux dans le pays, promettant de leur rendre la vie insupportable.» Le pays avait déjà changé sa politique d'immigration en 2012, rendant plus difficile pour les enfants d’immigrants, l’obtention de la nationalité. L'année dernière, les Îles Turks-et-Caïcos ont déclaré qu'elles allaient déployer des drones pour arrêter l’immigration haïtienne.

Au Brésil, l’an dernier, les politiciens ont décidé la fermeture d'une frontière avec le Pérou, pour endiguer la  « marée des Haïtiens ».

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Corinne Mencé-Caster l’a démontré, elle n’est pas femme à fuir ses responsabilités et à se laisser emporter par l’affaire des détournements de fonds du CEREGMIA.  Dans un communiqué, elle réagit à

L'écologiste Dr Wayne Kublalsingh, a été admis dans un hôpital privé ce dimanche, après que sa sa santé se soit  « détériorée » selon un communiqué publié sur le site de Re-Route le  Mouvement cont

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »