Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Ils sont la bonne surprise de ces législatives. Kaylan Fagour, 22 ans et sa suppléante Shanon Barro 27 ans, ont annoncé leur candidature au cours d’une conférence de presse samedi matin.  Avec modestie et détermination ils ont répondu à toutes les questions posées par les journalistes, démontrant qu’ils n’arrivent pas là pour faire figuration, mais bien pour porter un projet réfléchi pour le pays. Ces deux-là ont la tête bien pleine et la volonté de contribuer, au nom de « La Martinique insoumise pour une nouvelle démocratie », à l’avancée de leur pays. Shanon et Kaylan ne laisseront pas les électeurs indifférents.

Kaylan Fagour était depuis des mois sur Facebook un fervent défenseur de La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Lors de la venue de ce dernier, on l’a vu parmi les militants, remettant par exemple les badges d’accès à la presse. Mais il n’a pas été choisi comme candidat aux législatives.

En vrai insoumis, il a donc crée son Parti « La Martinique Insoumise » au nom duquel il est candidat à Fort-de-France. Une candidature qui a irrité les candidats martiniquais de « La France Insoumise qui lui reprochent d’avoir choisi comme nom « Martinique Insoumise », qu’il a d’ailleurs déposé à l’INPI. 

Kaylan Fagour explique ses désaccords avec les représentants locaux :

Il y a un article paru aujourd’hui dans le quotidien régional, me mettant en porte à faux avec Jean-Luc Mélenchon. Je tiens à préciser que je n’ai aucun souci avec J.L Mélenchon, ni avec la France Insoumise. Le souci était au niveau de la représentation locale qui ne correspondait pas vraiment à la philosophie du mouvement et qui ne l’appliquait pas vraiment. Il y a eu un désir des représentant locaux, je pense, de cloisonner les gens et de défavoriser l’émergence d’une nouvelle génération.»


 

Quand une journaliste commente : « autrement dit, Monsieur Renard vous a squeezé ? » le jeune candidat répond avec le sourire « c’est exactement ça ! »

La journaliste de Martinique Première qui a pris contact avec Thierry, Renard (le candidat ayant obtenu l’investiture du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, sur la circonscription de Fort-de-France) précise qu’il a affirmé que : « La France Insoumise vous désavoue. »

Kaylan Fagour réagit au quart de tour : Lorsque Jean-Luc Mélenchon a fait 6.500 voix en Martinique, et qu’on constate qu’il n’y a que … huit personnes pour choisir le candidat aux législatives, et qu’on dit qu’on est dans une démarche pour intégrer le peuple, trouvez-vous ça normal ?  Il y a une volonté de cadenasser le choix. »

Shanon Barro confirme,  «  nous sommes allés à la réunion pour choisir le candidat, nous étions huit. » Kaylan Fagour se fait précis : « nous étions 14, mais il n’y avait que 8 qui pouvaient voter !  Il y a eu une énorme absence de communication concernant cette réunion. Il fallait vraiment aller chercher l’information sur le site de Jean-Luc Mélenchon pour être au courant. »

Pour des investis qui voudraient refuser au jeune candidat le droit d’avoir choisi l’appellation « Martinique Insoumise », on pourrait s’attendre à une plus grande volonté de leur part, de communiquer avec les Martiniquais !

Le jeune insoumis, qui ajoute que la réunion pour choisir le candidat s’est tenue chez Thierry Renard qui a été investi, n’a pas l’intention de se laisser dicter ses actes et il se lance dans la campagne des législatives avec détermination, en proposant son projet pour la Martinique où la reconnaissance de l’identité martiniquaise est l’un des piliers, autant que la démocratie participative ou l’écologie.

Si la candidature de ces deux jeunes dérange certains membres locaux de « La France Insoumise », elle est accueillie avec enthousiasme sur les réseaux sociaux où ils sont félicités et encouragés. La page Facebook qu’ils ont ouverte rencontre déjà un vrai succès.

Face à la presse, Kaylan Fagour et sa suppléante Shanon Barro ont répondu avec efficacité aux questions, sur la forme et surtout le fond. Quand par exemple Kaylan répond à une question sur la pertinence économique des dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer, il donne des exemples concernant les répercussions concrètes sur la vie des citoyens qui subissent des décisions prises sans qu’ils aient été consultés. Pour lui ces décisions politiques d’abord basées sur la recherche de bénéfices, doivent être réexaminées et bénéficier à nos entreprises locales. Des entreprises d’ici ou d’ailleurs qui doivent avoir une responsabilité sociale et environnementale. « Elle doivent respecter l’environnement. On ne peut pas entreprendre en détruisant la Martinique. »

Pour celui qui défend une démocratie participative, la voix des citoyens doit être entendue. Et l’enfant de Dillon cite le cas des zones franches installées dans sa cité, au détriment du bien être d’une population vieillissante qui se retrouve isolée la nuit dans des maisons entourées d’entreprises.

Ces deux candidats de La Martinique Insoumise, qui veulent aller au plus près de la population qu’ils espèrent représenter à l’Assemblée Nationale, ont fait leur entrée en politique et déterminés, ils sauront se faire entendre.

Lisa David

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le président Barack Obama et le président cubain Raúl Castro ont symboliquement mis fin à plus de cinq décennies d'hostilités entre les deux nations, au cours d’une réu

Toutes les propositions du gouvernement grec ayant été rejetées depuis des mois par les créanciers du pays, la Banque centrale europ

Pas besoin d’être l’inspecteur Colombo pour s’interroger après le communiqué de Serge Letchimy en réaction à l’incendie d’une grue s

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Comme aux heures sombres de l’histoire esclavagiste en Martinique, Louis Boutrin a choisi des vigiles accompagnés de chien, pour terroriser les grévistes du Parc Nature

Ce mercredi 15 novembre, deuxième jour de la séance plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique commencée hier, sera abordé à l'ordre du jour, au point 64, l

La centrale bagasse-biomasse ALBIOAMA n’est plus seulement une menace pour l’environnement, elle est en train de devenir une fumée polluante qui envahit le monde politi

Une grande glacière blanche occupe la scène, les danseurs ne la quittent pas des yeux. Elle semble les attirer, les inquiéter, occuper leur esprit.

La grève déclenchée au Parc Naturel de Martinique à cause du licenciement du Directeur Général des Services, par le président élu de la CTM, Louis Boutrin, dure depuis

Pages

1 2 3 4 5 »