Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Ti-Punch fait partie du patrimoine national martiniquais, une évidence que n’a pas démenti l’important public venu à l’Habitation Clément vendredi soir pour assister à la finale de la « Ti-Punch Cup », organisée par les Rhums Clément. 17 barmen ont participé au concours et 10 ont été sélectionnés pour la finale. C'est avec une bonne humeur toute martiniquaise, que ces finalistes ont mis notre ti-punch dans tous ses états avec des produits locaux mélangés à des sensibilités culturelles multiples. Venus de Hong-Kong, de Suisse, de France, d’Italie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Danemark ou de Martinique, ils ont dans une ambiance chaleureuse soutenue par un bon Dj, fait preuve d’inventivité et d’humour pour élever le Rhum AOC dans tous les sens.

On ne joue pas dans la cour internationale sans speak english of course, alors l’animateur de la soirée, Yves Bussy (même s'il maitrise la langue de Shakespeare), avait à ses cotés celle qui représente les Rhums Clément aux USA. Le groupe a commencé à conquérir le marché nord américain depuis une dizaine d’années et en avril 2014, il avait invité près d’une centaine de clients US à venir visiter les usines Clément et J.M pour découvrir la fabrication du rhum AOC de Martinique.

Le vice-président de l’association des barmen des Etats-Unis, Frank Marcoussi, faisait d’ailleurs partie du jury qui a noté les dix finalistes. A sa gauche, Gaëlle Hardy, responsable qualité des rhums de Martinique et Peter Holland Responsable du site TheFloatingRumShack.com et à sa droite Jérémy Edouard, responsable radio de Martinique 1ère, plus pour la touche people.

Un petit marché avait été installé pour que les 10 candidats choisissent les produits qu’ils souhaitaient intégrer dans leur cocktail, avec toute fois un fruit obligatoire qu’ils ont à l'occasion découvert : la caïmite.

La candidate martiniquaise, Livia Verin, n'est pas arrivée parmi les trois derniers finalistes, mais elle aura laissé en souvenir la recette de son cocktail qu'elle a décrit en français pendant la préparation : eau de coco,vanille, sirop de giraumon, Mahina Coco et un peu de rhum vieux. Elle a ensuite ajouté une mixture faite avec la caïmite.

Le public n'avait pas la chance de le gouter, il était réservé au jury, mais parions que beaucoup de celles et ceux qui ont écouté, essayeront de réaliser le cocktail de la Martiniquaise.

La candidate française, Marie Picard, qui s’est aussi présentée avec une tenue martiniquaise a préparé son cocktail dans un pilon en bois, en choisissant sur le petit marché, la baie de poivre rose, la caïmite bien entendu pour être dans le thème, « 2 branches de mélisse pour la fraicheur », en disant apprécier « le marché martiniquais avec sa saveur particulière, de fraicheur et de senteur, qui nous font rêver depuis la Métropole. »  

Les autres barmen ont fait de même pendant leur préparation, mais connaissant notre handicap-english de caribéens français, leurs recettes n’auront vécu pour beaucoup d’entre nous, que le temps de la ti-Punch Cup.

Le Suisse Dirk Hanya a remporté le 1er prix de la Ti-punch Cup 2016, une magnifique œuvre en une compression de bouteilles de rhums, réalisée par le sculpteur martiniquais Robert Manscour. « Un trophée, une œuvre unique, qu’il va pouvoir emporter en Suisse, un pays où les œuvres d’art sont en sécurité » a plaisanté le plus jeune fils de Bernard Hayot.  

Robert Manscour a réalisé une copie, plus volumineuse, qui « ne passe pas dans les valises qui vont en Suisse, elle restera en Martinique et dès demain, elle sera gravée du nom du gagnant et de son pays. Et l’année prochaine, le deuxième gagnant de la Ti-Punch Cup, peut-être Suisse, ou Américain, ou Grec, ou peut-être Hongkongais, viendra inscrire son nom sur le socle du Trophée. »  Le jeune dirigeant a conclu en disant qu’il souhaite que « dans 10 ou 15 ans, Robert nous vous demandions de réaliser un trophée supplémentaire. »

Très joyeux, le vainqueur a soulevé son trophée en criant « Merci Martinique » et il a promis de revenir.

Tous les candidats ont reçu une médaille, et à les voir exprimer des gestes d’affection envers la Martiniquaise, on devine que celle-ci a assuré son rôle d’hôte, avec le légendaire sens de l’accueil du pays.

Les dirigeants des Rhums Clément dont le fondateur du groupe, Bernard Hayot, n’ont pas boudé leur plaisir, la manifestation était réussie. 17 barmen de plusieurs pays repartiront, ambassadeurs du rhum martiniquais.
 
Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La Région annonce que le financement du Très Haut débit est acquis.

Les révélations dans l’affaire HSBC et SwissLeaks concernant des millions de dollars cachés dans les banques suisses ont fait la Une de nombreux journaux en France.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

À l’occasion du 10èmeanniversaire de la mort d’Aimé Césaire et à l’initiative de la Collectivité Territoriale de Martinique, une exposition itinérante gratui

Figure de proue de l’élite intellectuelle afro-américaine, Ta-Nehisi Coates, né en 1975 à Baltimore (Maryland) est aussi un journaliste influent.

Suite à notre article paru hier 4 octobre 2018, la Direction du Centre Hospitalier et Universitaire de Martinique a c

Les Martiniquais connaissaient déjà l’état de délabrement du Centre Hospitalier Universitaire abandonné par l'Etat, mais en découvrant indignés les mots employés dans l

Pages

1 2 3 4 5 »