Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

L’ampleur des oppositions soulevées face à l’inscription d’un « secret des affaires » dans la loi Macron a fait reculer le gouvernement. Le rapporteur général du projet de loi, Richard Ferrand, a annoncé aujourd’hui à l’AFP que le groupe socialiste à l’Assemblée nationale avait « jugé sage de retirer le texte »

La législation sur le secret des affaires, qui était vivement contestée par les médias, va être retirée du projet de loi Macron en discussion à l'Assemblée, a-t-on appris ce vendredi 30 janvier auprès du président de la commission spéciale sur le texte, François Brottes (PS).

L'instauration, via un amendement parlementaire en commission, d'un secret des affaires dans le code du commerce, assorti de lourdes peines de prison et d'amende, au motif de protéger les entreprises de l'espionnage économique, avait suscité de fortes protestations de la presse et des ONG.

« Nous gardons la conviction que ce texte n'était attentatoire ni à la liberté de la presse, ni à celle des lanceurs d'alerte mais, vu l'émoi suscité, le groupe socialiste a jugé sage de retirer le texte », a déclaré à l'AFP le rapporteur général du projet de loi Macron, Richard Ferrand.

Le rapporteur suggère que le secret des affaires, ou en tout cas « ce qui doit être protégé dans la vie des entreprises », soit rediscuté dans le cadre du projet de loi sur la protection des sources des journalistes, qui doit être débattu cette année à l'Assemblée.

Voté par l'opposition et la majorité en commission spéciale, reprenant les termes d'une proposition de loi PS, ce texte posait le principe général de l'interdiction de violer le secret des affaires; il prévoyait de punir quiconque prend connaissance, révèle sans autorisation ou détourne toute information protégée à ce titre d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 375.000 euros d'amende.

Le texte disposait également que la peine pourrait être portée à sept ans et 750.000 euros d'amende en cas d'atteinte à la sécurité ou aux intérêts économiques essentiels de la France.

Cette disposition avait notamment été réclamée par la délégation parlementaire au renseignement dans son rapport 2014 remis à François Hollande. « Il n'y a pas en France de secret des affaires, le pillage des entreprises se fait le plus souvent de façon légale, il faut nous doter d'une législation protégeant ce secret des affaires », vait expliqué à l'AFP le président de cette délégation, le député Jean-Jacques Urvoas, proche de Manuel Valls.

(Avec AFP)

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La Région annonce que le financement du Très Haut débit est acquis.

Le Journal du Net , s'appuyant sur les chiffres de 2013 du ministère de l'Economie, publie la listes des communes françaises de

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Si les indignés de la destruction des statues de Victor Schloelcher se comptent à la pelle, on les a peu ou pas du tout entendus pour critiquer l’affiche indigne publié

L'UGTG n'a pas avalé la tisane étourdissante du Préfet de la Guadeloupe, qui a décidé de maintenir le couvre-feu alors que commence le déconfinement ce lundi 11 mai.

Pages

1 2 3 4 5 »