Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Cette semaine c’est la revue en ligne «EducPros», sous la plume de Géraldine Dauvergne, qui s’interroge :« Bientôt une sortie de crise pour l’université des Antilles ?»  Manifestement  la journaliste n’a pas lu l’article du quotidien local « France-Antilles » (06 juin 2015), où Maître Philippe Edmond-Mariette, l’avocat des indésirables de l’Université Fred Célimène et Kinvi Logossah, annonce sans rire : « Pas un centime n'a été détourné du Ceregmia.» Si la journaliste avait lu cette révélation peut-être aurait-elle choisi, ou d’enquêter sur l’existence réelle de la Cour des Comptes qui a révélé les millions de détournements, ou de venir vérifier que la mafia ne s’est pas installée en Martinique.

Bientôt une sortie de crise pour l'université des Antilles ?

Géraldine Dauvergne | Publié le 08.06.2015 à 16H07

Le marasme législatif dans lequel est plongée l'université des Antilles depuis des mois pourrait enfin trouver une issue mercredi 10 juin 2015. Mais la colère reste vive face au traitement du scandale financier qui ronge l'institution.

Voici peut-être le dénouement d'un rocambolesque feuilleton législatif. Le 20 mai 2015, l'Assemblée nationale a enfin adopté en nouvelle lecture, au terme de débats très houleux, le projet de loi portant transformation de "l'université des Antilles et de Guyane" en "université des Antilles". Alors que l'université de Guyane dispose de moyens et fonctionne officiellement depuis janvier 2014, la création de l'université des Antilles, amputée de la Guyane, s'enlisait depuis des mois...

À PARIS, DES DÉBATS PARLEMENTAIRES HOULEUX

Au cœur des tumultueux débats des parlementaires : une "innovation" ajoutée à l'unanimité par les sénateurs au projet de loi initial qui instaure l'élection groupée du président de l'Université et de ses deux vice-présidents, martiniquais et guadeloupéen.

L'objectif de ce "ticket à trois" était d'endiguer le mouvement de décomposition de l'université ultramarine, en assurant la bonne entente préalable des futurs dirigeants.

Mais le gouvernement en a décidé autrement à la dernière minute, en apportant son soutien à deux amendements déposés par Victorin Lurel, député et président du conseil régional de Guadeloupe, et Serge Letchimy, député et président du conseil régional de la Martinique. Ils réinstaurent l'élection autonome, sur programmes distincts, du président et de ses deux vice-présidents, par les pôles guadeloupéen et martiniquais.

Mis en difficulté pour faire passer son texte en première séance, le gouvernement a obtenu en nouvelle lecture, et au forceps l'adoption du texte dans les termes qu'il souhaitait.

C'était sans compter la deuxième lecture : les sénateurs ont de nouveau ajouté au texte l'amendement qui fâche. Texte qui doit être revoté par les sénateurs le 10 juin ! 

EN MARTINIQUE, DES BARRAGES SUR LE CAMPUS

Pendant ce temps-là, à Fort-de-France, l'ambiance est tout aussi électrique. Le 26 mai 2015, à 5h30 du matin, enseignants, étudiants et membres de la société civile forment des barrages à l'entrée du campus martiniquais, pour empêcher Fred Célimène, directeur du Ceregmia (Centre d'étude et de recherche en économie, gestion, modélisation et informatique appliquée), et son adjoint Kinvi Logossah, d'accéder à leurs bureaux. 

La suite ici : Bientôt une sortie de crise pour l'université des Antilles ? - Educpros

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Conseillère exécutive à la Collectivité Territoriale de Martinique depuis les élections de Décembre 2015, Sylvia Saithsoothane a démontré sa capacité à avancer sereinem

L’affaire devait rester secrète, mais depuis deux semaines le bruit court, s’élève, résonne, s’en va et revient : il se prépare une

La Conférence des Présidents d’Université (CPU) rappelle à l'Etat que les Universités en France sont autonomes et s'indigne que « les universités et écoles n’aient conn

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

On a pu constater le silence des élus de ce pays Martinique, face aux violences policières exercées hier jeudi 16 juillet 2020, contre des jeunes militants anti

Le Préfet a choisi face à la capacité de courbettes de nombreux élus du pays autour de lui, de répondre par la violence à une mobilisation solidaire et pacifiqu

Selon les chiffres de l'Agence Régionale de Santé de Guyane, qui annonçait mardi 2.593 cas confirmés de Covid-19, 8 décès et 15 patients en réanimation, la situation sanitaire continue à se dégrade

Pages

« < 1 2 3 4 5 »