Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Premier ministre d'Haïti a démissionné, après de violentes manifestations anti-gouvernementales à cause des élections retardées. « Je quitte le poste de Premier ministre ce soir avec un sentiment d'accomplissement », a déclaré Laurent Lamothe dans un discours télévisé. Les manifestants avaient appelé le Président Michel Martelly et Laurent Lamothe, à démissionner.

Dans son discours télévisé, Laurent Lamothe a déclaré : « Ce pays a subi une transformation profonde et dynamique et un véritable changement au profit de son peuple ». Mais le Président et lui n'avaient plus d'autre choix, pour que le pays retrouve le calme. La violence est montée d'un cran quand au cours de la manifestation de vendredi, les troupes de maintien de la paix des Nations Unies ont ouvert le feu sur la foule qui marchait à travers Port-au-Prince, en direction du Palais national. Samedi un homme a été abattu au cours des manifestations dans la capitale.

                                                      

Le mandat du Parlement expire en Janvier, et l'opposition craignait que sans la tenue des élections, le Président Martelly gouverne par décret.

Une commission mise en place pour sortir de l'impasse, a déclaré vendredi que M. Lamothe devrait démissionner. Michel Martelly avait déclaré plus tôt qu'il acceptait les conclusions de la commission.

Le Président Martelly devrait rencontrer lundi des représentants du gouvernement pour discuter du rapport de la commission qui a également recommandé la dissolution conseil électoral d'Haïti et la libération des prisonniers politiques.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le président haïtien, Michel Martelly, et les présidents du Parlement et du pouvoir judiciaire, ont signé un accord pour éviter un vide parlementaire au pays.

Washington, 17 décembre - Les Etats-Unis appellent à des élections en Haïti, dès que possible.

Le bureau du Président Michel Martelly a annoncé le report des élections, qui sont déjà en retard de trois ans.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

L’affaire se murmure dans les couloirs de la CTM, mais personne n’ose affronter le vent mauvais qui souffle depuis de longs mois dans la collectivité.

Cette obsession du drapeau français sous lequel nous cherchons désespérément une place, ne produit pas toujours le meilleur.

L’assemblée Générale du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais) est une fois de plus reportée.  Présidé par Alfred Marie-Jeanne qui élimine sans crier gare toutes

Pages

1 2 3 4 5 »