Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Les Martiniquais appellent inquiets les radios. La panique gagne les automobilistes bloqués dans des embouteillages, pires que ce qu’ils rencontrent tous les jours. Impuissants ils regardent monter l’eau qui menace, en écoutant la radio qui annonce les premières inondations et dégâts.  Depuis hier jeudi il pleut sur le pays placé en vigilance jaune par la météo, pour fortes pluies et orages. Ce vendredi pourtant la vigilance reste jaune et ce n’est qu’à 14 heures que le service  Météo décide de placer le pays en vigilance orange. Devant les établissents scolaires c’est l’affolement, les parents veulent récupérer leurs enfants en urgence, la décision n’ayant pas été prise de fermer les écoles, malgré les pluies qui depuis la veille se sont abattues sur le pays toute la journée et encore la nuit et qui continuent. A 15 h les Martiniquais sont pris au piège sur les routes inondées, coupées à certains endroits. Les auditeurs interrogent à l’antenne : « que font les autorités ? »

A 15h30, il pleut des cordes, on entend sur les ondes de Martinique 1ère, l’appel de la directrice d’une école maternelle, « La Volière », elle invite les parents à venir récupérer leurs enfants.  Une heure avant on voyait les collégiens de la cité scolaire du François circuler dans l’eau qui a envahi toute la Jetée.  Une sirène retentit, les pompiers garent leur camion et partent dans la rue inondée vers l’établissement scolaire où là aussi les élèves sont pris au piège. Les bus ne  peuvent pas circuler, ils sont arrêtés dans le Rond-Point. Impossible de sortir du bourg puisque au niveau de la gendarmerie la route est inondée. Au niveau de Trianon la rivière a envahi les champs de canne et envahit la route.  Les habitants du François sont résignés, cette situation dure depuis toujours, leur maire Mauriste Antiste est devenu Sénateur PPM et il s’occupe comme presque tous les maires et le Préfet, de l’élection du PPM/Martinique Nouvelle à la tête de la Collectivité Unique.

A 16 h30 la radio publique nous apprend que le Préfet demande à la population de limiter ses déplacements. Les automobilistes qui essaient d'entrer chez eux ou de récupéer leurs enfants, n'ont pas eu à choisir de limiter leur déplacement, ils sont bloqués. Dans les entreprises les salariés sont inquiets, là aussi aucune décision n'est prise pour les libérer. Aux environs de 14 h, il est demandé à un chef d'entreprise de laisser partir des parents qui veulent récupérer leurs enfants. Alors que personne n'ignore la situation qui se dégrade, il demande qu'on lui établisse d'abord une liste des personnes qui ont des enfants !

Jean-Noël Degrace, le monsieur Météo qui nous explique tout le temps que la météo ne sait pas tout, a justifié les choix de ses services, sur Martinique 1ère dans l'émission « A l'abordage » où les animateurs se sont, comme la population, étonnés de cette tardive alerte Orange. Et on ne s'étonne même pas de sa réponse : « Vous savez ce qui se passe quand on déclenche une alerte Orange ? Tout le monde quitte son boulot ».  On a envie de lui dire de grâce, taisez vous !

Il y a quelques années, Roger De Jaham disait publiquement à Lionel Jospin, Premier ministre en déplacement en Martinique : « Monsieur le Premier ministre donnez nous un Préfet ! » Mais ça c’était avant. Le pouvoir socialiste a depuis démontré quels intérêts il défend. Avec l’invasion des sargasses, les Martiniquais savent jusqu’à quel point ils sont Français !

Lisa David

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Au Port de Fort-de-France hier soir, une soixantaine de militants écologistes ont été violemment bousculés, trainés par des gendarmes déchaînés. Ces militants n'étaient

Le passage du cyclone Matthew sur la Martinique restera inscrit dans l’histoire du pays comme un raté de la Météo et des autorités préfectorales qui n’ont déclenché l’a

Décidément les panneaux du Conseil Régional « La Martinique avance » n'ont pas fini de faire rire dans le pays.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Pour son 75ème anniversaire, l’Union des Femmes de Martinique a invité Angela Davis. Une initiative qui a eu un immense succès.

Pour le mouvement politique Péyi-a, « désormais l'égalité, ce n'est plus d'élever les retrait

Pourquoi ces associations d’entreprises demandent seulement aux activistes d’être raisonnables ?

Les responsables de l'empoisonnement au chlordécone des populations de Martinique ne peuvent plus vendre tranquillement.

Pour le CNCP (Comité National des Comités Populaires), le Président démissionnaire du Chili, Évo Morales a été chassé du pouvoir, victime de la stratégie des classes dominantes prédatrices.

Pages

1 2 3 4 5 »