Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Si Exxon Mobil reste encore peu loquace sur la valeur de la découverte de pétrole et de gaz naturel au large des côtes du Guyana, un ministre du gouvernement a révélé, qu'elle pourrait valoir jusqu'à 40 milliards de dollars US, douze fois le PIB du pays. Une révélation qui intervient au moment où la tension monte dans le conflit frontalier qui oppose le Guyana et le Venezuela, depuis 1841.

Le Ministre Raphaël Trotman a révélé lundi dans une interview, qu'Exxon Mobil Liza-1 peut potentiellement produire plus de 700 millions de barils et que le pompage de pétrole brut pourrait commencer dans les cinq ans.

« Une découverte de cette ampleur pour un pays comme le nôtre, qui se trouve sur l'extrémité inférieure de l'échelle des pays de cet hémisphère, pourrait transformer le Guyana » a ajouté Raphaël Trotman.

Le Guyana pourrait en effet rejoindre les rangs des plus importants producteurs de pétrole d'Amérique du Sud.  Le pays qui traditionnellement fait piètre figure sur le plan des droits humains et des indicateurs de corruption, se classe 121ème  au niveau mondial dans l'Indice des droits humains des Nations Unies de 2014, et 124ème  à l'échelle mondiale pour la corruption.

Au moment de  la découverte initiale d’Exxon en mai 2015, le Président nouvellement élu, David Granger, avait salué la découverte et insisté sur le fait que les ressources permettraient d’aller vers le plein épanouissement de tous les Guyaniens.

La révélation, en mai dernier, de la première découverte significative d’Exxon Mobil au large des côtes Guyana, a réveillé le conflit frontalier qui oppose le pays au Venezuela, qui revendique aussi la région d'Essequibo.

Le Président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé Exxon Mobil de mener une campagne de déstabilisation contre son pays et s’oppose farouchement au contrat d'exploration accordé par le Guyana, à la compagnie pétrolière et gazière américaine.

Pour sa part, le Président du Guyana, David Granger, continue à accuser le gouvernement vénézuélien, qui rejette ses prétentions sur l'Essequibo, d'utiliser des tactiques d'intimidation visant à causer un préjudice au peuple guyanien.

 

BWÈT ZOUTI :

Le Guyana est classé parmi les pays les plus corrompus de la région, juste avant Haïti qui arrive à la dernière place.

Selon le rapport de Transparency International de 2014, Barbade est le pays le moins corrompu dans la région des Caraïbes.

Le score d'un pays ou territoire indique la perception du niveau de corruption dans le secteur public sur une échelle de 0 (très corrompu) à 100 (très propre).

Haïti a été considéré comme le plus corrompu de la région, avec un score de l'IPC (Corruption Perceptions Index) de 19, qui a placé le pays au 161ème rang sur 175.

L'indice de perception de la corruption est basée sur l'opinion d'experts du monde entier, et mesure les niveaux perçus de corruption du secteur public dans le monde entier.

Plus des deux tiers des pays classés en 2014 étaient en dessous de 50. Aucun pays n’a reçu une note parfaite.

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Articles liés

Dans un communiqué de presse publié samedi soir, le Guyana lance un avertissement à son voisin le Venezuela, lui demandant de s’abstenir de s’ingérer dans l'exploration offshore prévue par le géant

Dans une déclaration à l’Assemblée Nationale, le ministre des Affaires Étrangères, Carl Greenidge, a déclaré mercredi qu’il saisira l’ONU pour régler le différend front

Dans la même rubrique...

Serge Ménil qui n'est pas connu pour être un syndicaliste excessif dans ses propos, dit aujourd'hui les quatre vérités concernant ces fonctionnaires qui sont envoyés, tels des éléphants malades, mo

Le gouvernement d'Antigua-et-Barbuda a présenté « une proposition complète et réaliste» aux États-Unis, visant à mettre fin à leur différend de longue date sur les jeux

Une étude récemment publiée sur le rôle des femmes dans la promotion du développement humain durable dans les Caraïbes, en Afrique et dans le Pacifique (ACP) a mis en évidence la prévalence des nor

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Alfred Marie-Jeanne a pris contact avec le gouvernement cubain pour concrétiser l’arrivée en Martinique de médecins cubains, en renfort au Centre Hospitalier Universita

Cinq organisations syndicales du secteur hospitalier ( la CGTM, la CDMT, FO, l'UGTM, l'USAM) se mobilisent pour exiger des moyens, pour faire face à l'augmentation cons

Maitre Raphaël Constant et Philippe Pierre-Charles n’ont pas envie de rire et ils le font savoir au Directeur de l’Agence Régionale de Santé de Martinique.

L'UGTG avait saisi le Tribunal administratif le 25 mars dernier, pour contraindre l'Agence Régionale de Santé (ARS) et le Centre Hospitalier Universitaire de Guadeloupe

Pages

1 2 3 4 5 »