Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le président du Guyana, David Granger, accuse le Venezuela de déployer des troupes dans la région frontalière contestée et qualifie cet acte  de « dangereuse » escalade dans le différend qui oppose les deux pays d’Amérique du Sud depuis de longues années. Le Guyana soutient que les frontières terrestres ont été définies dans une décision de la Cour d'arbitrage de 1899, une décision que le Venezuela n'a jamais reconnue.

Le Président David Granger a déclaré mardi qu’il a reçu des rapports confirmant « les déploiements militaires extraordinaires » le long de ce que le Guyana considère comme sa frontière occidentale. Il a ajouté que les responsables de la défense ont été réunis pour discuter de la réponse à apporter.

Le Guyana a demandé à l'ONU d’arbitrer le différend frontalier et David Granger envisage de soulever la question lors de la prochaine Assemblée générale de l'organisation, le 29 septembre.

Le Venezuela réclame depuis longtemps le territoire riche en ressources connue sous le nom Essequibo, qui englobe environ les deux tiers du Guyana, ancienne colonie britannique. Le Venezuela a accentué la pression depuis que la compagnie nord américaine Exxon-Mobil a découvert du pétrole dans les eaux contestées et obtenu une concession du Guyana.

« Nous pensons que le Venezuela emprunte une voie dangereuse plutôt que de chercher une solution pacifique à ce différend », a déclaré le Président Granger.

Les tensions avaient été éclipsées ces derniers temps par une crise à la frontière ouest du Venezuela, qui a vu des milliers de Colombiens fuir le pays où ils sont accusés de contrebande par le gouvernement.

Le Président vénézuélien Nicolas Maduro et le Président colombien Juan Manuel Santos ont convenu lundi à Quito, de restaurer les contacts diplomatiques pour résoudre leurs différends.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Saint-Kitts-et-Nevis célèbre ce vendredi 19 septembre, en grande pompe, le 31e anniversaire de son indépendance acquise contre la Grande Bretagne en 1983.

Dans un message de nouvel an à la population de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le Secrétaire général, l'Ambassadeur Irwin LaRocque, a  déclaré que le mouvement d

Dire que le climat politique actuel en Martinique est détestable, c'est un euphémisme.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Déjà plus de 40 jours que les salariés du "Carrefour Market" du François sont en grève pour faire respecter leurs droits et obtenir une augmentation de salaire, pour am

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Pages

1 2 3 4 5 »