Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le « Canard Enchaîné » révèle cette semaine les mauvaises habitudes de la télévision publique en France. Le journal satirique qui avait déjà évoqué le flicage des salariés par France Télévisions, s’amuse dans son édition du mercredi 23 septembre en page 4, des tentatives de la direction parisienne d’étouffer l’affaire. On y apprend que c'est sous les cocotiers, à RFO, que l'expérimentation a commencé. Qui s’en étonnera sous nos cocotiers ? On fini par savoir que pour la métropole, les colonies ont toujours servi à expérimenter le pire. D’autant que la complicité active de ses colonisés, ses meilleurs soldats qui ont appris la soumission, est souvent acquise. 

La chasse aux fiches ouverte à France Télés

   De plus en plus farce, la télé publique ! La direction vient d’interdire la destruction des fameuses fiches (pardon, de la « revue de personnel », dans le jargon maison). Dans un premier temps, elle avait expliqué que le système de fichage des salariés n’existait pas. Puis, dans un deuxième temps, qu’il allait être abandonné. Et dans un troisième temps, elle avait encore ordonné de détruire les fameuses fiches qui n’ont jamais existé. Voilà donc la dernière plaisanterie : prière de tout stopper et de ne surtout pas détruire les fameuses fiches inexistantes.

   C’est par un message interne laconique à ses cadres, jeudi 17, que la présidence a réclamé la « non-destruction d’éléments relatifs à la revue de personnel », précisant : « Les documents, là où ils peuvent exister, devront être conservés. » La pauvre direction a dû en passer par cette douloureuse consigne à la suite d’une ordonnance, la veille, du tribunal de grande instance de Paris. Saisi en urgence par la CGC, la CFDT et le Syndicat national des journalistes après la parution d’un article du « Canard » (9/9), le juge a interdit net à France Télés de « détruire les documents d’évaluation individuels » « revue de personnel – évaluation de performance et de potentiel ». Pas question de se débarrasser de « documents litigieux » qui pourraient alimenter des plaintes futures, considère la justice

Flicage sous le soleil

   Sitôt connue cette décision qui fait désordre pour la nouvelle pédégée, certains ont été un peu secoué. Comme l’ancien numéro 2 des ressources humaines, Arnaud Lesaunier, promu numéro 1. Ou encore une de ses proches, Cécile Lefevre, qui avait inauguré la première le système de fichage dans les chaînes d’outre-mer (ex-RFO), lors de sympathiques voyages sous les cocotiers. Depuis le jugement, ses salariés ont demandé à avoir accès à leur fiche secrète. Dans son message, la direction écrit à ce propos : « Afin que chaque collaborateur puisse avoir légitimement accès à son éventuelle évaluation, la direction va définir – en concertation avec les organisations syndicales – les modalités pratiques d’une restitution formalisée. »

   Tout est dans le « formalisé »….

 

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Ça pique les yeux et fait pleurer. L'odeur est désagréable et au bout de quelques heures on se sent mal.

Le 20 août dernier, le blog "Politiques Publiques" publiait sous le titre « Sargasses : l’appel de Guillaume de Reynal ».

Cette fois c’est une panne majeure du système informatique que dénonce le syndicat des médecins hospitaliers, dans une lettre ouverte à Marisol Touraine, ministre de la

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

On sétonnait de ne pas le voir lors de certains évènements au pays, le Député Jean-Philippe Nilor rassure.

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux les photos de la cuisine de l’IMFPA (Institut Martiniquais de Formation Professionnelle pour Adultes), organisme territorial de forma

Au Conseil des ministres de ce mercredi 5 février 2020, Stanislas Cazelles, administrateur civil hors cla

L'Union des Femmes de Martinique ne se contente pas de la lutte pour les droits des femmes ou contre les discriminations et violences faites à celles-ci.

Pages

1 2 3 4 5 »