Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Comme dans un miroir, un cri et on s’immobilise. Dès les premiers mots d’Emmelyne Octavie, plantés « Comme un clou dans le cœur », j’étais clouée dans les pages, avant de courir comme pour m’échapper ou ne pas laisser s’échapper ces mots qui déferlent, qui vous transportent, comme un fleuve guyanais. L’auteure est née en Guyane et en introduction elle annonce : 

« C‘est ici, 

En Guyane, 

Que mon cœur a cinq raisons de 

Battre encore plus fort. »

En me laissant emporter par l’inattendu du flot de mots, j’ai pris si rapidement des notes que je n’arrive plus à les relire. Mais reste une sensation à déposer sur cette page. La sensation d’un cri qui s’élève, d’un coup qu’on frappe. Le clou ne s’enfonce pas tout seul, il faut l’y contraindre. Émeline en a la force, la volonté de faire du bruit, de se faire entendre, de faire entendre le grondement de sa Guyane.
Publié en 2018, « Comme un clou dans le cœur » prend une résonance particulière pour un lecteur Martiniquais qui le découvre en 2020. Cette année où on assiste depuis quelques mois, au lever des jours de révolte d’une partie de la jeunesse martiniquaise, entrée en mouvement pour sa survie. Ces jeunes qui secouent le Pays-Mahogany jusque-là si tranquille, convaincu de sa force, de sa résistance aux vents forts. 

Du haut de ses 30 années l’écrivaine vous embarque dans un voyage des mots, comme en pirogue sur le Maroni où entre les bras du fleuve, vous vous laissez entraîner n’ayant d’autres choix que le regarder, l’entendre vous raconter cette Guyane qui n’est pas celle des cartes postales, mais bien une terre de talent, d’identité forte, de résistance qu’il faut entendre. 

Courez à la librairie pour découvrir l’écriture d’Emmelyne Octavie !

Lisa David

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

« Passeport pour le Galawa » de Fred Bonnet c’est comme un slam, comme un cri, comme un rire.

Il y a des annonces comme ça, qui vous éclaire une journée.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Il n'avait échappé à personne aux Antilles ou dans les aut

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

Le courage des femmes et hommes politique de Martinique n'est pas leur point fort. A de rares exceptions, les difficultés des citoyens ne les intéressent que le temps des campagnes électorales.

Pages

1 2 3 4 5 »