Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Comme dans un miroir, un cri et on s’immobilise. Dès les premiers mots d’Emmelyne Octavie, plantés « Comme un clou dans le cœur », j’étais clouée dans les pages, avant de courir comme pour m’échapper ou ne pas laisser s’échapper ces mots qui déferlent, qui vous transportent, comme un fleuve guyanais. L’auteure est née en Guyane et en introduction elle annonce : 

« C‘est ici, 

En Guyane, 

Que mon cœur a cinq raisons de 

Battre encore plus fort. »

En me laissant emporter par l’inattendu du flot de mots, j’ai pris si rapidement des notes que je n’arrive plus à les relire. Mais reste une sensation à déposer sur cette page. La sensation d’un cri qui s’élève, d’un coup qu’on frappe. Le clou ne s’enfonce pas tout seul, il faut l’y contraindre. Émeline en a la force, la volonté de faire du bruit, de se faire entendre, de faire entendre le grondement de sa Guyane.
Publié en 2018, « Comme un clou dans le cœur » prend une résonance particulière pour un lecteur Martiniquais qui le découvre en 2020. Cette année où on assiste depuis quelques mois, au lever des jours de révolte d’une partie de la jeunesse martiniquaise, entrée en mouvement pour sa survie. Ces jeunes qui secouent le Pays-Mahogany jusque-là si tranquille, convaincu de sa force, de sa résistance aux vents forts. 

Du haut de ses 30 années l’écrivaine vous embarque dans un voyage des mots, comme en pirogue sur le Maroni où entre les bras du fleuve, vous vous laissez entraîner n’ayant d’autres choix que le regarder, l’entendre vous raconter cette Guyane qui n’est pas celle des cartes postales, mais bien une terre de talent, d’identité forte, de résistance qu’il faut entendre. 

Courez à la librairie pour découvrir l’écriture d’Emmelyne Octavie !

Lisa David

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

« Dis-le aux étoiles », dix nouvelles qui explorent nos vies au pays (gwada et nina) dont l'une parle de la difficulté d'être journaliste dans un petit pays. L'auteur l'a appelé « petit pays ».

Hopeton Lewis, qui avait enregistré la première chanson Rocksteady, est décédé à son domicile de Brooklyn, à New York jeudi soir. Il était âgé de 66 ans. 

L’Ati Max Gesner Beauvoir, chef suprême du vodou haïtien, est décédé le 12 septembre 2015 à Port-au-Prince.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

La Poste distribue des masques p

L’affaire des violences policières infligées au jeune militant anti-Chlordécone, Kéziah Nuissier, le 16 janvier 2020 devant le commissariat de Fort-de-France, entrera d

Au nom de la Confédération des Moyennes et Petites entreprises, Manuel Baudoin fait des propositions pour affronter la seconde vague de la pandémie du Covid 19 en Martinique, où les décisions appar

Il aura fallu la mobilisation de l’Assaupamar rejointe par d’autres militants écologistes et activistes, pour que le maire de Schœlcher sache que dans sa ville on massa

Le Secrétaire Général de la CGTG, Jean-Marie Nomertin, a été convoqué à la gendarmerie le samedi 17 octobre dernier.

Pages

1 2 3 4 5 »