Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Comme dans un miroir, un cri et on s’immobilise. Dès les premiers mots d’Emmelyne Octavie, plantés « Comme un clou dans le cœur », j’étais clouée dans les pages, avant de courir comme pour m’échapper ou ne pas laisser s’échapper ces mots qui déferlent, qui vous transportent, comme un fleuve guyanais. L’auteure est née en Guyane et en introduction elle annonce : 

« C‘est ici, 

En Guyane, 

Que mon cœur a cinq raisons de 

Battre encore plus fort. »

En me laissant emporter par l’inattendu du flot de mots, j’ai pris si rapidement des notes que je n’arrive plus à les relire. Mais reste une sensation à déposer sur cette page. La sensation d’un cri qui s’élève, d’un coup qu’on frappe. Le clou ne s’enfonce pas tout seul, il faut l’y contraindre. Émeline en a la force, la volonté de faire du bruit, de se faire entendre, de faire entendre le grondement de sa Guyane.
Publié en 2018, « Comme un clou dans le cœur » prend une résonance particulière pour un lecteur Martiniquais qui le découvre en 2020. Cette année où on assiste depuis quelques mois, au lever des jours de révolte d’une partie de la jeunesse martiniquaise, entrée en mouvement pour sa survie. Ces jeunes qui secouent le Pays-Mahogany jusque-là si tranquille, convaincu de sa force, de sa résistance aux vents forts. 

Du haut de ses 30 années l’écrivaine vous embarque dans un voyage des mots, comme en pirogue sur le Maroni où entre les bras du fleuve, vous vous laissez entraîner n’ayant d’autres choix que le regarder, l’entendre vous raconter cette Guyane qui n’est pas celle des cartes postales, mais bien une terre de talent, d’identité forte, de résistance qu’il faut entendre. 

Courez à la librairie pour découvrir l’écriture d’Emmelyne Octavie !

Lisa David

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

« Dis-le aux étoiles », dix nouvelles qui explorent nos vies au pays (gwada et nina) dont l'une parle de la difficulté d'être journaliste dans un petit pays. L'auteur l'a appelé « petit pays ».

Hopeton Lewis, qui avait enregistré la première chanson Rocksteady, est décédé à son domicile de Brooklyn, à New York jeudi soir. Il était âgé de 66 ans. 

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »