Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Que peut-on demander à un élu, à un Parlementaire pour qui on a voté, sinon de s’occuper de la vie du pays, des réalités quotidiennes de ses électeurs ?  Quand au sein de l’Université Antilles-Guyane, où nos jeunes vont étudier,  règne un climat de haine alimenté par ceux-la même qui par leur gestion,   mettent en péril l'équilibre financier de l'institution et ternissent sa réputation,  aucun élu n’a le droit de se taire.  
Le Député Alfred Maris-Jeanne, connu pour son franc parler a adressé une lettre au Premier ministre le 9 mars 2014, pour s’étonner du manque de réactions de l’Etat, alors que les irrégularités du CEREGMIA sont connues pour avoir été constatées par le Cour des Comptes depuis de nombreuses années. Pour le Député Martiniquais,  "tout silence relèverait de la complicité."  Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault n’a toujours pas répondu.

                                                                                                                    Paris le 09 janvier 2014

 Monsieur le Premier Ministre,

 Je me permes d’attirer votre attention sur la situation du laboratoire SEREGMIA de l’Université des Antilles et de la Guyane qui défraie la chronique depuis de nombreuses années à cause de sa gestion de plus en plus problématique.

 En effet, ce laboratoire a déployé un important dispositif de ramifications en vue de capter des fonds européens sur des programmes dont le contenu et la réalisation sont des plus douteux.

 Deux rapports successifs de la Cour des Comptes mettent en évidence les manipulations, les dérapages et les irrégularités auxquels se livre le directeur de ce groupe de recherche.

 Le rapport de la Cour couvrant la période 199-2003 faisait état de difficultés avec des factures, émettait des observations très sévères sur l’utilisation des fonds européens et notait un déficit important généré par des activités de ce laboratoire au détriment de l’UAG.

Dix ans plus tard, un autre rapport de la Cour, relatif aux exercices 2005-2010, remis aux autorités de l’UAG début 2013, formule des observations définitives qui une fois de plus mettent gravement en cause ce même laboratoire.

 Ce document met l’accent sur plusieurs dérives notamment :

        - d’un bilan d’une opération qui ne permet pas de s’assurer de son exécution intégrale,

         - d’un compte-rendu d’exécution financière ne permettant pas de s’assurer de la réalité des dépenses consenties et leur imputabilité à l’opération,

        - de demandes de financements et de versements de subventions à postériori,

        - de programmation d’opérations, de déprogrammation, puis de reprogrammation après intervention politique,

         - de demandes de paiement intermédiaire et de titre de recettes émis qui ne concordent pas,

         - de coûts prévisionnels, de détails de postes de dépense et de subventions octroyées parfaitement identiques alors qu’il s’agit d’opérations de natures totalement différentes,

         - d’un marché qui n’a donné lieu à aucune mise en concurrence et est sans objet lors de sa conclusion,

         - d’absence d’éléments tendant à établir la consistance des prestations,

         - de signatures totalement différentes émanant pourtant de la même personne, etc.

C’est donc régulièrement, de manière répétée, sur une longue période que les agissements de ce laboratoire et de son directeur sont dénoncés par la Cour des Comptes sans conséquence à ce jour.

Convaincu de son impunité, le principal intéressé tente de déstabiliser par tous les moyens la présidente en exercice de l’UAG démocratiquement élue le 25 janvier 2013 allant jusqu’à demander publiquement sa démission et celle de ses vice-présidents.

 Monsieur le Premier Ministre, je vous demande de bien vouloir m’indiquer les initiatives que vous envisagez de prendre afin de faire cesser ces malversations qui gangrènent depuis si longtemps l’Université.

 Dans l’attente de vous lire, recevez, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

                                                                                          Alfred MARIE-JEANNE

 

 

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Un juge d'instruction a été saisi ce matin, mercredi 9 avril, pour diriger l'affaire du CEREGMIA, le laboratoire de recherches de l'Université Antilles Guyane.

L'information judiciaire pour «escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics en bande organisée », concernant le CEREGMIA (Centre d’Etude et de Recherche en Eco

A la veille des élections municipales, tous les coups sont permis.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Alfred Marie-Jeanne, président de l’autorité des transports, a rencontré une délégation de la Société Transcapital, en début de soirée ce jeudi, pour contribuer

Les deux Députés de la France Insoumise, Jean-Hugues Ratenon et Eric Coquerel sont venus témoigner leur solidarité aux étudiants en grève de Tolbiac à Paris 1.

Prétextant la sécurité des journalistes lors de l’expulsion de zadistes lundi 9 avril, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, a i

« Le Canard Enchaîné » de ce mercredi 10 avril consacre un article au nouveau Palais de Justice de Paris.

L’AUTM (Association des Usagers des Transports de Martinique) invite les automobilistes à se montrer solidaire des usagers des bus Mozaïk qui ne r

Pages

1 2 3 4 5 »