Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

« Mais le kwassa kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent.»  Les mots du Président de la République Emmanuel Macron, n’ont fait rire que lui. Parlant ainsi de femmes et d’hommes qui s’embarquent sur des embarcations au péril de leur vie qu’ils veulent améliorer en se rendant dans l’île sœur française, Mayotte, ne pouvait que choquer, blesser. Le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) « dénonce la plaisanterie abjecte. » 

 

Le CRAN dénonce la plaisanterie abjecte d'Emmanuel Macron

et appelle le président à créer une flotte humanitaire pour secourir les naufragés comoriens

Au cours de sa visite au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS), Emmanuel Macron a évoqué les « kwassa kwassa », embarcations de fortune qu'utilisent les Comoriens pour se rendre à Mayotte. Se croyant inspiré, le président de la République a alors tenté une plaisanterie : «Mais le kwassa kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent.» 

         Selon un rapport du Sénat publié il y a cinq ans, entre 7 000 et 10 000 Comoriens seraient morts noyés en tentant de rejoindre Mayotte à bord de ces frêles esquifs entre 1995 et 2012. Voyant enfler la polémique, les services de l'Elysée ont communiqué en évoquant une plaisanterie « mal venue ». « Soyons clairs, ce n'est pas une plaisanterie « mal venue », c'est une plaisanterie  abjecte », a déclaré Nassurdine Haidari, responsable du CRAN PACA, et président du Conseil représentatif des Français d'origine comorienne.

         Le CRAN remarque à cette occasion la formulation utilisée par le président : « du Comorien », comme qui dirait « du bétail ». Par ailleurs, se moquer ainsi de personnes qui ont péri par milliers, dans l'indifférence générale, est d'une violence absolument insupportable. « Nous ne pouvons tolérer ce mépris de la vie humaine, ce mépris de nos vies à nous : black lives matter », a affirmé Louis-Georges Tin. Evidemment, le CRAN ne peut que soutenir les appels à manifestations qui ont été lancés à ce sujet.

         Par ailleurs, le CRAN a écrit au président de la République pour lui demander de mettre en place une véritable flotte humanitaire pour venir en aide aux naufragés. Pour l'instant, rien n'est fait, ou presque. « En Méditerranée, au moins, on essaie de venir au secours des migrants, mais au large de Mayotte, on laisse les victimes se noyer sans rien tenter. L’État français est coupable de non-assistance à personne en danger, et il est temps de mettre un terme à cette criminelle incurie », a conclu le président du CRAN.

Paris, le 04/06/17

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le maire de la ville du Lamentin, Pierre Samot,  est à 80 ans le candidat le plus âgé en Martinique, pour ces élections municipales de mars 2014. Ce dissident communiste élu dep

Le Premier ministre de Trinidad-et-Tobago, Kamla Persad-Bissessar, a proposé son pays pour accueillir le secrétariat du Traité sur le commerce des armes des Nations Un

La capitale qui se meurt après plus de 50 ans de gestion PPM et le pays qui stagne avec le même PPM à la tête des collectivités départementale et régionale semble bien irriter de nombreux

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Partis de Fort-de-France où s’est déroulé la veille le prologue de la 33ème édition du Tour de Martinique des Yoles Rondes, les embarcations Rosette/Orange

Les Vénézuéliens étaient appelés ce dimanche 16 juillet à voter, lors d’une consultation populaire organisée par l’opposition sans l'aval des autorités, dans le but de rejeter la future Assemblée

Lors du sommet G20 à Hambourg (7 et 8 juillet), Emmanuel Macron a estimé que l'un des défis de l'Afrique était « civilisationnel ».

L’écrivain Patrick Chamoiseau (Prix Goncourt 1992) qui  avait été recruté comme chargé de mission par Serge Letchimy, président de l’ex Conseil  Régional, pour piloter

Un nouveau Préfet est nommé en Martinique.

Pages

1 2 3 4 5 »